Actualité théâtrale

À partir du 16 janvier au Théâtre Rive gauche

« Le K »

Treize nouvelles qui donnent aux événements banals de la vie quotidienne une dimension fantastique, tantôt inquiétante, tantôt drôlissime. Gregori Baquet les a prises dans Le K de Dino Buzzati, le grand écrivain italien. Il termine justement par la nouvelle éponyme qui raconte l’histoire de Stefano. Toute sa vie il a fui ce qu’il pensait être un monstre, le K . La vieillesse venue il est parti à sa rencontre et celui-ci lui a révélé qu’il l’avait suivi pour lui donner une perle énorme qui lui aurait apporté fortune, amour et paix de l’âme. Mais il est trop tard. On retrouve ce thème dans d’autres nouvelles où le héros passe à côté de sa vie et se retrouve vieux sans s’en apercevoir. Toutes les nouvelles sont empreintes d’ironie sur les surprises que réservent la vie et le temps qui passe ou encore d’autodérision sur l’art de l’écrivain et sur les aléa de la gloire.

Théâtre : Le K

Gregori Baquet et Xavier Jaillard ont adapté et mis en scène treize nouvelles extraites du K . Sur la scène nue, un grand K en bois qui devient bureau ou lit ou k ! Gregori Baquet monologue, faisant vivre les personnages et ceux qui les entourent, enfants qui jouent au parc tandis que la mère tricote, homme qui regarde par la fenêtre les femmes tomber, homme qui regarde dans le jardin les insectes et autres animalcules qui s’entre-dévorent. Il est même Dieu à qui on propose, devis à l’appui présenté sur un grand paperboard, toute la chaîne de la création jusqu’à celle des humains et qui, erreur fatale, hésite mais finit par signer ! Une fois de plus (rappelons qu’il a déjà eu un Molière et y a été nominé plusieurs fois) le comédien nous ensorcelle. On ne le quitte pas des yeux, on s’accroche à sa voix, on attend la suite comme un enfant qui écoute une histoire. Et ces histoires sont surprenantes, déconcertantes, irréalistes voire surréalistes. Mais comme nous avons quitté l’enfance, on s’émerveille sur cet art de philosopher sans avoir l’air d’insister et on y ajoute le frisson de la chute des nouvelles qui sont des petits bijoux dont on se régale longtemps après.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 17h30

Théâtre Rive Gauche

6 rue de la Gaîté, 75014 Paris

Réservations : 01 43 35 32 31

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)