Actualité théâtrale

Théâtre de l’œuvre, partenaire Réduc’Snes, jusqu’au 28 février 2014.

"Le Misanthrope " de Molière Mise en scène Michel Fau.

 

 

 

 

Alceste, l’atrabilaire amoureux n’a plus de mystère pour le spectateur.

On sait tout, depuis les bancs du collège, de son inimitié pour les gens de Cour qu’il étend à l’espèce humaine dont il ne supporte pas les compromissions, le goût pour le faire-semblant et les flatteries vaines.

Mais Alceste est pris dans ses contradictions puisque son amour n’a d’autre visage que celui de Célimène, une jeune veuve qui se prête au jeu artificiel des petits marquis.

Pour avoir dit sans précautions ce qu’il pensait du sonnet que soumet Oronte, un homme bien placé à la Cour, à son appréciation, il devra se soumettre à un procès qu’il va perdre pour son grand bonheur, puisque l’injustice dont il est victime fera grandir à ce point sa misanthropie qu’il s’en repaîtra et se retirera définitivement du monde…

 

On a souvent cherché à reconsidérer dans un esprit "moderne" les classiques et la pièce de Molière en la jouant en costumes actuels, dans des décors assortis.

Ce n’est pas le choix de Michel Fau qui, fuyant toute actualisation réductrice, tout en restant fidèle à son goût pour l’esthétique expressionniste et baroque, sert au plus près le texte de Molière et du XVIIème siècle avec une mise en scène traditionnelle qu’il émaille ici et là d’une légère distanciation.

Derrière son interprétation "classique" d’Alceste, se profilent à peine, avec de très légers débordements, les penchants espiègles du comédien, avec ici et là, un geste, une mimique décalés et bienvenus.

Julie Depardieu joue avec retenue une Célimène juste et touchante et le face à face de ces deux comédiens débouche sur le meilleur qu’on puisse attendre du théâtre classique et ici, de la pièce de Molière, qu’ils servent magnifiquement.

Toute la distribution serait à citer tant elle est harmonieuse et cohérente. Chacun donnant sa partition, comme il convient, dans l’excès (Jean-Paul Muel en Oronte) ou dans le retenue de l’honnête homme (Jean-Pierre Lorit en Philinte).

Edith Scob est une Arsinoé des plus savoureuses.

Le décor est superbe soumis à de constants jeux de lumière qui en modifient le grain et les costumes, au diapason, et sont un ravissement pour l’œil.

Un magnifique spectacle à tous points de vue mais aussi une lecture limpide du texte.

Il faut y courir.

Une belle occasion pour un jeune public de découvrir Molière.

 

Francis Dubois

 

Théâtre de l’œuvre, 55 rue de Clichy 75 009 Paris

 

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 53 88 88

 

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Magnetic »
    On l’avait quitté cet été au festival Teatro a Corte à Turin où il avait imaginé une promenade jonglée au Château de la Venaria Reale qui se terminait par un très subtil et léger jonglage avec un sac de... Lire la suite (15 février)
  • « J’ai rêvé la Révolution »
    Olympe de Gouges, révolutionnaire et femme de lettres, auteur de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne meurt guillotinée en 1793. C’est en s’inspirant librement de sa vie et de sa... Lire la suite (15 février)
  • « Mademoiselle Julie »
    C’est la nuit de la Saint Jean, une nuit magique placée sous le signe de la fête et de l’amour. Mademoiselle Julie, la fille du comte vient de rompre ses fiançailles et a décidé de transgresser les... Lire la suite (15 février)
  • "Le cercle de Whitechapel" de Julien Lefebvre
    Conan Doyle, jeune médecin écossais , déjà auteur de “ Une Étude en rouge ”, Bram Stocker, administrateur du Lyceum Theatre, féru d’occultisme et pas encore auteur de Dracula, George Bernard Shaw,... Lire la suite (14 février)
  • « Constellations »
    Marianne est physicienne, Roland apiculteur. Ils se rencontrent lors d’un barbecue chez des amis. Ils vont s’aimer, se trahir, se séparer, se retrouver, apprendre à s’écouter, se marier et se trouver... Lire la suite (14 février)