Actualité théâtrale

Artistic Théâtre, jusqu’au 29 mai 2016

"Le Père Goriot" d’après Honoré de Balzac Adaptation Didier Lesour. Mise en scène Frédérique Lazarini.

En adaptant " Le Père Goriot ", l’immense œuvre balzacienne, Didier Lesour n’a pas choisi la facilité.

Comment transposer sur un plateau de théâtre non seulement le nombre, la diversité, l’étoffe et la qualité des personnages du roman, mais également le fil dramatique du récit et la reconstitution de l’époque.

Didier Lesour, dans son travail d’adaptation, a écarté le foisonnement du roman au profit d’un dépouillement qui prend le contre pied d’une grande production.

Théâtre : le père Goriot

Il a contourné l’aspect "fleuve" et naturaliste de l’histoire et a opté, comme dispositif scénique, pour un modeste castelet de marionnettes.

Un grand panneau percé de fenêtres de dimensions différentes et un jeu de lumières astucieux vont montrer trois comédiens, parfois à visages découverts quand ils interprètent le Père Goriot ou Rastignac, parfois derrière masques et perruques s’agissant de la Baronne de Nucingen, sa soeur ou de madame Vauquier.

Les thèmes principaux du roman sont respectés, la paternité, l’argent, l’ambition, l’ingratitude filiale ou la déchéance sociale, par le biais d’un traitement inattendu du roman, flirtant sans cesse entre réalisme, farce jusqu’au grotesque et une pointe de Comedia del’arte.

C’est enlevé, parfois savoureux et c’est peut-être la bonne occasion pour de jeunes spectateurs de découvrir " Le Père Goriot " à condition que le plaisir du spectacle les amène à lire le roman de Balzac.

Francis Dubois

Artistic Théâtre 45 rue Richard Lenoir 75 011 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 56 38 32

Accueil – été 2019

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)