Actualité théâtrale

Artistic Théâtre, jusqu’au 29 mai 2016

"Le Père Goriot" d’après Honoré de Balzac Adaptation Didier Lesour. Mise en scène Frédérique Lazarini.

En adaptant " Le Père Goriot ", l’immense œuvre balzacienne, Didier Lesour n’a pas choisi la facilité.

Comment transposer sur un plateau de théâtre non seulement le nombre, la diversité, l’étoffe et la qualité des personnages du roman, mais également le fil dramatique du récit et la reconstitution de l’époque.

Didier Lesour, dans son travail d’adaptation, a écarté le foisonnement du roman au profit d’un dépouillement qui prend le contre pied d’une grande production.

Théâtre : le père Goriot

Il a contourné l’aspect "fleuve" et naturaliste de l’histoire et a opté, comme dispositif scénique, pour un modeste castelet de marionnettes.

Un grand panneau percé de fenêtres de dimensions différentes et un jeu de lumières astucieux vont montrer trois comédiens, parfois à visages découverts quand ils interprètent le Père Goriot ou Rastignac, parfois derrière masques et perruques s’agissant de la Baronne de Nucingen, sa soeur ou de madame Vauquier.

Les thèmes principaux du roman sont respectés, la paternité, l’argent, l’ambition, l’ingratitude filiale ou la déchéance sociale, par le biais d’un traitement inattendu du roman, flirtant sans cesse entre réalisme, farce jusqu’au grotesque et une pointe de Comedia del’arte.

C’est enlevé, parfois savoureux et c’est peut-être la bonne occasion pour de jeunes spectateurs de découvrir " Le Père Goriot " à condition que le plaisir du spectacle les amène à lire le roman de Balzac.

Francis Dubois

Artistic Théâtre 45 rue Richard Lenoir 75 011 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 43 56 38 32

www.artistic-athevains.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)