Actualité théâtrale

Théâtre 13 / Jardin - jusqu’au 14 octobre 2012

"Le Porteur d’histoire" Chasse aux trésors littéraires Mise en scène et écriture d’Alexis Michalik

Ils sont cinq comédiens sur scène, assis sur des tabourets et ils assistent avec le sourire du farceur, à l’installation du public.

On sait d’ores et déjà qu’ils nous réservent une surprise. On ne sait pas encore qu’elle sera une aussi bonne surprise !

A ce moment, quelque chose s’est déjà mis en place.

Et quand le premier comédien se lève, celui qui se tenait au centre, et qu’il annonce qu’ils sont là pour nous raconter une histoire, on devine qu’elle ne sera pas linéaire, qu’il s’agira d’histoires individuelles mais aussi de l’Histoire, la grande, celle qui nous a construits, qui a contribué à notre identité, l’individuelle, la collective.

Par une nuit pluvieuse, Martin Martin, perdu au fin fond des Ardennes cherche son chemin dans la nuit. Il est là pour les funérailles de son père auxquelles il assistera seul puisque son frère qui vit au Canada n’a pas pu être prévenu.

Le notaire, mais qui ne le restera pas longtemps, contraint qu’il sera d’incarner bientôt un autre personnage dans une autre histoire, apprend à Martin qu’il n’y a pour héritage que quelques dettes à payer.

Mais ce que Martin ne sait pas encore, c’est que la découverte d’un carnet manuscrit va l’entraîner dans une quête vertigineuse à travers l’Histoire et les continents.

Quinze ans plus tard, au cœur du désert algérien, une mère et sa fille qui habitaient une maison isolée, disparaissent mystérieusement.

Ces histoires en engendreront d’autres. Elles auront entre elles, par intermittence, une parenté, se recouperont, se perdront, se retrouveront au fil de rebondissements imprévisibles et savoureux.

"Le porteur d’histoire" est le fait d’une sorte de colporteur, de diseur à l’imagination débordante.

C’est un roman aux multiples épisodes, imprévisible et foisonnant qui ouvre des tiroirs narratifs et sur les chemins d’un récit qui déborde largement les limites de l’histoire linéaire ou attendue, pour nous entraîner dans un périple à travers le temps.

Et par un effet de ricochets, l’histoire de Martin Martin, celle d’Alia et de sa fille, d’Alexandre et d’Adélaïde, de Marie-Antoinette ou du Prince de Polignac, nous revient et devient la nôtre.

Ce spectacle, servi par cinq comédiens qui appartiennent à la Compagnie "Mises en capsules" nous renvoie au feuilleton, à ces histoires qui ont fait la joie de nos aïeuls, dont chaque épisode s’achevait à un moment crucial du récit, les tenant en haleine,. et dont ils attendaient impatiemment la suite.

"Le porteur d’histoire" est le travail d’un historien. C’est aussi celui d’un magnifique bâtisseur de récits, sachant monter l’édifice jusqu’au danger de tout voir s’écrouler.

C’est drôle, c’est dramatique, c’est excessif et contenu. C’est magnifiquement mis en scène et joué.

Un spectacle d’une grande richesse fait avec si peu de choses.

Il faut y courir.

Francis Dubois

Théâtre 13 / Jardin, 103 A Boulevard Auguste Blanqui – 75 013 Paris
Réservation : 01 45 88 62 22 / www.theatre13.com
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Eau chaude à tous les étages »
    1955. Quatre jeunes employées de l’Hôtel Moderne s’affairent - gentiment car le patron est absent - à tout mettre en ordre, car le lendemain va commencer l’affluence avec la semaine des Arts ménagers.... Lire la suite (21 mai)
  • « La rose et la hache »
    La mise en scène par Georges Lavaudant en 1979 de cette adaptation, écrite par Carmelo Bene du Richard III de Shakespeare, fut tout de suite très remarquée. Ovationnée ensuite au Festival d’Avignon en... Lire la suite (20 mai)
  • « Folie »
    Dans cette douce et impertinente dinguerie, on croise une fille qui parle avec amour à un artichaut et, la vie étant incompréhensible, lui annonce qu’elle va le manger, une autre qui n’est pas... Lire la suite (19 mai)
  • « Un ennemi du peuple »
    Tomas Stockmann a créé avec son frère un établissement de cure qui rend la ville, dont ce dernier est le préfet, prospère. Tomas est le médecin de l’établissement, mais il vient de se rendre compte que... Lire la suite (16 mai)
  • « Tchekhov à la folie »
    En 1887 la première pièce de Tchekhov, Ivanov est un échec. Il compose alors une courte comédie, qu’il appelle lui-même « une plaisanterie », L’ours . Le gros succès de cette pièce servira de tremplin... Lire la suite (15 mai)