Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Mohsen Makhmalbaf (Allemagne-Angleterre-France)

"Le Président" Sortie en salles le 18 mars 2015

Le Président a tous les pouvoirs dans ce pays que Moshen Makhmalbaf a voulu imaginaire, mais qui pourrait être un condensé de tous ceux qui, par un soulèvement du peuple, ont renversé une dictature en place.

culture/cinémaLe Président qui veut faire de son petit-fils de cinq ans, déjà rodé au mécanisme du pouvoir, son successeur, l’initie de façon ludique à l’ivresse que procure la possibilité de décider de tout, comme sur un simple coup de téléphone, plonger dans le noir total la ville à leurs pieds.

Pourtant, alors qu’il semble au zénith de sa gloire, le peuple se soulève soudain contre les abus de la dictature et le Président et son petit-fils, pour fuir les menaces dont ils sont l’objet, en sont réduits à se grimer en musiciens de rue.
C’est ainsi que, devenus des saltimbanques, ils sont confrontés à la misère, à la souffrance et à la haine que le Président a suscitées.

Mohsen Makhmalbaf a choisi comme trame pour conduire son sujet, la fable, le récit stylisé avec tous les risques que représente cette option.

Puisqu’il s’agit d’une fable le récit peut dans son déroulement faire fi de tout réalisme. Ainsi, pour son ouverture, le film passe, presque sans transition, d’une scène ludique entre le président et son petit-fils, au soulèvement du peuple.

Dans la première scène, on est dans l’univers du conte et dans la deuxième, on assiste à une émeute très réaliste, débordant les forces de l’ordre et obligeant le Président, lâché par son fidèle chauffeur, à prendre la fuite.

Avec la fuite du vieil homme et de son petit-fils, le spectateur est plongé de nouveau dans l’univers du conte quand les deux fuyards sont obligés de se vêtir de haillons pour devenir méconnaissables.

Il s’agira, bien sûr, de confronter le dictateur à des situations qu’il a lui-même induites, de misère et de souffrance.
Mais Mohsen Makhmalbaf ne s’en tient pas à la prise de conscience d’un homme puissant soudain réduit à l’errance. Il a voulu respecter le déroulement douloureux de l’après-printemps arabe et doubler son propos de la difficulté à une démocratie de se mettre en place.
Démontrer que la destitution par le peuple d’un dictateur ne débouche pas sur l’avènement d’un régime démocratique l’a conduit à des séquences réalistes et de cruauté mais aussi à des moments mélodramatiques qui seraient parmi les plus réussis du film, s’ils n’étaient hors sujet et d’une autre tonalité encore. Ainsi cet homme qui a connu la prison, qui a échappé à cinq années de tortures et qui lorsqu’il retrouve sa maison, voit sa femme remariée, mère d’un bébé de six mois.

Toutes ces nuances qui marquent le récit, allant jusqu’aux ruptures de ton, donnent à ce "Président" un côté décousu, hétéroclite qui n’est pas sans charme. D’autant que le film bénéficie d’une interprétation convaincante et que le travail sur le photographie est particulièrement soigné. Les couleurs de l’image s’assortissent au déroulement du récit

Un cinéma inhabituel et à ce titre-là , un film qu’on peut aller voir.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Zibilla ou la vie zébrée »
    Zibilla est une jeune zèbre qui a été adoptée par des parents chevaux. Dans l’école où elle va et où tous les élèves sont des enfants chevaux, ses rayures sont sujet à de constantes moqueries. Si bien... Lire la suite (12 novembre)
  • « J’aimerais qu’il reste quelque chose »
    « J’aimerais qu’il reste quelque chose », c’est la phrase que prononce une donatrice sans descendant qui vient déposer des documents personnels relatifs à la Shoah dont elle est en possession et qui n’a... Lire la suite (12 novembre)
  • « Le bel été »
    Amed, Mohamed et Wally, réfugiés de Guinée et du Mali ont été recueillis par Robert, Simon et Sophie dans leur maison du bord de la Manche, siège de l’association « des lits solidaires » Ils vont... Lire la suite (11 novembre)
  • « Rendre la justice »
    En France, l’appareil juridique apparaît le plus souvent comme une machine infernale, opaque, mystérieuse, impersonnelle à laquelle il vaut mieux ne pas avoir à faire, qu’il vaut mieux ne pas... Lire la suite (9 novembre)
  • « Noura rêve »
    Jamel a été condamné à une peine de prison ferme pour différents vols, escroqueries et récidives et Noura a demandé le divorce d’autant plus déterminée à retrouver sa liberté qu’entre temps elle a... Lire la suite (9 novembre)