Actualité théâtrale

Jusqu’au 15 février au Théâtre de La Tempête

« Le Révizor »

L’inquiétude règne parmi les autorités d’une petite ville russe, le Bourgmestre, l’Inspecteur des Collèges, le Juge et le Directeur des hôpitaux. Corrompus et inefficaces, ils craignent les plaintes des marchands que pourrait recueillir l’Inspecteur du Gouvernement, dont l’arrivée est annoncée par le Directeur des Postes qui, selon son habitude, a ouvert un courrier qui ne lui était pas destiné. Justement un client inhabituel s’est installé à l’auberge. Il ne sort pas de sa chambre, ne paie pas. C’est sûrement le Révizor. Les spéculations vont bon train et les petites manœuvres aussi.

Théâtre : Le Revizor

Paula Giusti, qui avait mis en scène Le Grand Cahier d’Agota Kristof au Théâtre du Soleil, met en scène la pièce de Gogol. Elle utilise un décor léger de portes mobiles qui laissent passer de façon parfois inattendue les personnages. Un musicien, Carlos Bernardo Carneiro Da Cunha, joue sur scène de divers instruments pour ponctuer l’action ou y insérer un peu de poésie et une touche d’humour. Fidèle à Gogol, qui disait ne pas tant chercher à dénoncer la corruption qu’à « rendre ridicules les déviations arbitraires et individuelles de l’ordre régulier et légitime », Paula Giusti s’emploie à souligner les bassesses de chacun des personnages. S’appuyant sur le fait qu’une nouvelle célèbre de Gogol s’intitule Le nez et que, selon Proust « le nez est l’organe où s’étale le plus aisément la bêtise », elle a affublé les personnages de faux nez. Ils changent leur physionomie, les tirant vers la caricature, tout en n’empêchant pas leur corps et leur visage de s’exprimer. Par ailleurs elle a choisi de remplacer le personnage du Révizor par une marionnette, tantôt manipulée par Ossip, son serviteur, qui parle à sa place, tantôt actionnée de façon chorale par les personnages qui gravitent autour d’elle. La femme du Bourgmestre, une ambitieuse prête à tout pour faire avancer la carrière de son mari et sa fille naïve et sotte dansent avec elle un tango sophistiqué et inattendu. Si tous manipulent la marionnette avec une habileté remarquable, on peut toutefois s’interroger sur ce choix. Le Révizor, qui n’en est pas un finalement, est un habile escroc qui trompe tout le monde, mais le faire manipuler par son serviteur change le sens de la pièce et si on l’ajoute aux faux-nez, tire trop largement la pièce vers la farce et la commedia dell’arte. On s’amuse, mais la pièce perd de son intérêt et s’étire un peu.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre de la Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

www.la-tempete.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)