Actualité théâtrale

Jusqu’au 13 octobre au Théâtre 71 Malakoff puis en province pour 24 dates

"Le Roi du bois" Texte Pierre Michon, mise en scène Sandrine Anglade, musique Michèle Reverdy

"Le "héros" de cette histoire, c’est Gian Domenico Desiderii, qui fut au service de Claude Le Lorrain de 1634 a 1659. Valet, broyeur de couleurs, petit prince qui voulut être roi, se prendre pour un roi a côté de celui qui sait, de celui qui peint, de celui qui transforme le monde et le fait ainsi exister." C’est ainsi que Sandrine Anglade, qui met en scène ce spectacle, nous présente le texte de Pierre Michon, un long monologue, que Jacques Bonnaffé interprète devant nous.

Le spectateur est rapidement placé dans la difficile position de devoir capter le texte tout en laissant suffisamment son esprit divaguer à la construction des images évoquées. On aurait parfois besoin de plus de respirations, de plus de temps pour s’imprégner de cette ambiance à laquelle nous convie l’auteur. Jacques Bonnaffé par sa présence, son jeu et sa voix nous y aide et porte avec beaucoup de justesse le texte de Pierre Michon qui surprend par sa dualité. Tantôt moderne et cru, pour la parole de l’adulte, le texte se polisse dans une volontaire retenue, lorsqu’il évoque les souvenirs de l’enfance, ses émerveillements et ses espoirs.

Tout, de la mise en scène à la construction lyrique de l’accompagnement musical et des chants, participe à donner un souffle au spectacle. Par la double présence de Gian Domenico, jeune porcher face à un monde qu’il découvre, et Gian Domenico s’arrêtant avec nostalgie et regret sur ce qu’il a perdu, Sandrine Anglade fabrique, à petites touches, une évocation riche et complexe. On ressent bien dans ce jeu où chacun pousse l’autre, le bouscule, la détermination intacte de l’enfant, sa volonté de s’élever de sa condition pour s’ouvrir à un autre monde en opposition aux désirs impossibles de l’adulte de retrouver la candeur et l’insousciance à jamais passées.

Photo Pascal Gély

Deux très jeunes comédiens, Michaël Oppert et Roman Rondepierre, en alternance, stimulent ce roi campé par Jacques Bonaffé. Le choix d’un décor sobre fait d’une superposition de tulles tendus associé à un usage modéré des lumières donne beaucoup de profondeur à l’espace scénique. La musique de Michèle Reverdy qu’interprète avec discrétion le Quatuor Varèse nous plonge avec justesse dans l’ambiance particulière de la période classique italienne de l’après cinquecento.

Un spectacle d’une grande richesse artistique, qui exige du spectateur une grande disponibilité.

Alain Brayer

Mardi, vendredi à 20h30 ; Mercredi, jeudi, samedi à 19h30 ; dimanche à 16h
Théâtre 71 Scène Nationale
3 place du 11 Novembre, 92240 Malakoff
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes sur réservation impérative) : 01 55 48 91 00
www.theatre71.com

Besançon théâtre de l’espace, scène nationale | 03 81 51 13 13 | du 16 au 18 octobre
Guyancourt La Ferme de Bel ebat | 01 30 48 33 44 | du 24 au 26 octobre
Vincennes auditorium Jean-Pierre Miquel (petite forme) | les 14 et 15 novembre
Neuchâtel (Suisse) théâtre du passage | 032 717 79 07 | le 23 novembre
Beauvais théâtre du Beauvaisis | 03 44 06 08 20 | le 30 novembre
Arles chapelle du méjan (petite forme) | 04 90 49 56 78 | le 9 décembre
Limoges opéra théâtre | 05 55 45 95 00 | le 30 janvier
Nevers maison de la culture de Nevers et de la Nièvre | 09 86 93 09 09 | le 14 février

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)