Communiqués

Le SNES quitte les discussions sur la réforme du lycée

Le SNES avait posé en préalable à sa participation aux discussions sur la réforme du lycée trois conditions :
- le respect de la transparence des débats,
- la possibilité d’aller-retour avec la profession,
- des hypothèses de travail ouvertes.

Or il a constaté à plusieurs reprises que les hypothèses de travail formulées par Jean-Paul de Gaudemar n’ont fait l’objet d’aucun examen en rencontre multilatérale ni d’aucune communication écrite alors qu’elles sont présentées dans les médias comme quasiment actées et faisant l’objet d’un consensus.
D’autant que le chargé de mission n’apporte aucune réponse aux demandes répétées du SNES de travailler sur des hypothèses différentes de celles qu’il impose.

Le SNES a pourtant fortement récusé certaines d’entre elles.

C’est pourquoi, il s’est adressé directement au ministre pour obtenir des engagements fermes :
- concernant l’horaire élève qui ne peut être réduit à 27 heures pour tous, accompagnement compris ;
- concernant le maintien de la voie technologique ;
- concernant l’organisation générale des enseignements qui doit s’appuyer sur des séries et non sur l’accumulation de « briques semestrielles de 3 heures » dans un lycée modulaire ;
- concernant le baccalauréat qui doit rester, pour le SNES, le premier grade universitaire, construit autour d’épreuves nationales respectant l’indépendance des examinateurs et du jury ainsi que l’anonymat des candidats ;
- concernant les services des enseignants qui doivent rester définis hebdomadairement.

Le SNES quitte donc ce cadre de discussions dont le seul but semble être de valider une réforme du lycée contraire à l’intérêt des élèves et des personnels.

La journée du 19 octobre sera une nouvelle occasion de montrer au ministre la détermination des personnels à porter la nécessité d’une véritable réforme du lycée permettant la relance de la démocratisation de l’accès au baccalauréat et la réussite de tous les élèves.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • CSE du 12 juillet 2018
    Les syndicats de la FSU , le SE-Unsa, l’Unsa-éducation, A & I Unsa, , la CGT-éduc’action, Solidaires, Sud-éducation, la FNEC-FP-FO et les organisations lycéennes et étudiantes SGL, l’Unef ainsi... Lire la suite (13 juillet)
  • 10 % de recrutements en moins en 2018 : le plus difficile n’est pas la chute
    Les résultats des concours externes de certifiés et agrégés sont maintenant tous connus. Les recrutements de professeurs titulaires font apparaître une chute de 10,3 % en 2018 du nombre de reçus par... Lire la suite (6 juillet)
  • DRONISEP et CIO : poursuivre la lutte
    L’intersyndicale (SNES-FSU, SE-UNSA, Sgen-CFDT, CGT Éducation, SNFOLC, Sud éducation, SNPTES) a rencontré le 4 juillet 2018 le directeur de cabinet du ministre de l’Éducation nationale, M. Christophe... Lire la suite (6 juillet)
  • Rentrée 2018 : “Alerte-Effectifs”
    La rentrée 2018 sera marquée par une forte augmentation des effectifs dans les collèges et les lycées : plus de 25000 élèves supplémentaires alors que le nombre d’enseignant-e-s stagne. Face au risque... Lire la suite (22 juin)
  • Communiqué de l’Intersyndicale
    L’intersyndicale se félicite de la forte mobilisation engagée par les Psy-ÉN et DCIO, les personnels de l’ONISEP et les personnels administratifs et techniques des CIO, contre le projet de transfert... Lire la suite (20 juin)

Mots-clés