Actualité théâtrale

 MC93 Bobigny puis Scène Nationale de Sénart

"Le Suicidé" Comédie de Nicolaï Erdman Mise en scène de Patrick Pinaud.

MC93 de Bobigny jusqu’au 15 janvier

Scène Nationale de Sénart du 17 au 21 janvier 2012

Théâtre Firmin Gémier/La Piscine du 24 au 28 janvier

"Le Suicidé" Comédie russe de Nicolaï Erdman. Mise en scène de Patrick Pinaud.

Au milieu de la nuit, un homme réveille sa femme pour qu’elle satisfasse sa subite envie de saucisson. Une dispute s’en suit, le propos s’envenime si bien que l’homme quitte la chambre en lançant une phrase qui pourrait laisser supposer qu’il va mettre fin à ses jours.

Alors qu’il est simplement parti à la recherche de la charcuterie, sa femme le croyant sur le point d’attenter à ses jours, appelle sa mère à la rescousse, puis un voisin et les voilà tous trois à la recherche de Sémione, voulant l’empêcher de commettre l’irréparable.

La rumeur du suicide annoncé se répand comme une traînée de poudre et chacun y voyant une aubaine, voudra convaincre l’intéressé de se suicider pour sa cause.

L’homme, flatté par l’idée de la gloire posthume qu’on lui promet, est convaincu jusqu’à l’heure fatidique qu’il n’a d’autre choix que de passer à l’acte…

Nicolaï Erdman écrivit "Le suicidé" dans cette URSS que Staline venait de plonger dans l’industrialisation obligée et la collectivisation. Ecrite à la suite du grand succès que connut " Le mandat" , elle ne fut jamais montée du vivant de l’auteur, ayant été interdite par la censure.

Le texte, jugé subversif à juste titre, fait sa cible du régime stalinien. Il traite des questionnements métaphysiques à hauteur d’homme avec la force de la dérision et la puissance de la vérité, qui, de séquence en séquence, prennent avec drôlerie et âpreté, l’ampleur d’un pamphlet politique ravageur.

Cette pièce condamnée à être morte née, Patrick Pineau et sa troupe de comédiens s’en sont emparés pour en faire un spectacle des plus vivants.

Menée tambour battant, la mise en scène ne déborde jamais les limites d’un rythme qui n’a pour objectif que de mettre en valeur la partition de chacun des protagonistes, et situe le propos entre les règles de la farce et celles qui posent, non sans gravité, des sujets de réflexion. En plus des problèmes du chômage et de ses séquelles, y sont posés les questionnements à propos du sens de la vie, de l’existence de Dieu, de l’immortalité de l’âme ou de la tentation de devenir célèbre à quelque prix que ce soit.

Si "Le suicidé" se prête à la farce dans laquelle la mise en scène de Patrick Pinaud se complaît pour le plus grand plaisir du spectateur, ce n’est pas un vaudeville, une comédie de mœurs ou le portrait de la faiblesse humaine. C’est avant tout, vu à travers le prisme du quotidien, le portrait d’une mécanique à déshumaniser.

  Francis Dubois

 

Après Bobigny, Sénart, Chatenay-Malabry le spectacle sera donné au Théâtre de l’Agora à Evry le 31 janvier, au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France le 4 février, au Volcan Scène nationale du Havre les 7 et 8 février, au Théâtre Jean-Arp à Clamart le 11 février, au Théâtre du Nord à Lille, du 15 au 23 février, aux Célestins à Lyon du 29 février au 4 mars, au Grand T, Scène subventionnée de Loire atlantique du 7 au 17 mars, à l’Archipel de Perpignan les 20 et 21 mars, au Théâtre de la Colonne à Miramas le 27 mars et au CNCDC à Châteauvallon les 30 et 31 mars.

www.mc93.com 

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 60 72 72

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Tristesse et joie dans la vie des girafes »
    Girafe, une petite fille de neuf ans que sa maman a surnommée ainsi en raison de sa taille, vit seule avec son père à Lisbonne depuis la mort de sa mère. Elle veut faire un exposé en classe sur la... Lire la suite (17 décembre)
  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)