Actualité théâtrale

Saison 2013-2014

Le Tarmac La scène internationale francophone

C’est à la découverte de contrées nouvelles, de cultures méconnues, à la recherche d’un dépaysement, que nous convie une fois de plus Le Tarmac.

Les voyages nous façonnent l’esprit, ils repoussent les limites et les frontières de notre monde connu, pour nous offrir de nouvelles approches.

Cette saison Le tarmac nous livrera des passeports pour la Martinique, l’Algérie, le Québec, la Tunisie, le Burkina Faso, La Guadeloupe, l’Iran, la Belgique, le Mali ou le Bénin…

Du 5 novembre au 6 décembre 2013 : " Les damnés de la terre ". Théâtre création (Martinique Algérie) d’après les écrits de Frantz Fanon. Un spectacle de Jacques Allaire.

Frantz Fanon est né antillais et mort algérien. Ce médecin psychiatre a mis sa parole en actes et s’est engagé dans la résistance puis aux côtés du FLN pendant la guerre d’Algérie.

Il a laissé une œuvre puissante, lucide et subversive qui demeure, cinquante ans plus tard, une réflexion d’une pertinente actualité.

Le 16 novembre 2013 : Journée à la découverte de Frantz Fanon, de sa personnalité, de son œuvre qui mêlera réflexions, analyses et témoignages.

Du 10 au 14 décembre 2013, à partir de 6 ans dans le cadre du festival Escapades " Gold ", (Québec Danse) une chorégraphie d’Hélène Blackburn et Pierre Lecours.

Un banc, quelques accessoires, une table et une chaise trop petites, des balles, un réveil, des jouets, des jeux d’ombre et de lumière, quelques effets spéciaux.

Un pianiste génial et inspiré. Deux chorégraphes et cinq danseurs québécois qui se jouent du chef d’œuvre de Bach.

Du 14 au 24 janvier 2014 " Je suis encore en vie ", (Théâtre France) un spectacle de Jacques Allaire.

Un spectacle muet qui ne sera pas, pour autant, silencieux.

Ce sera pour mieux approcher les moindres gestes d’une femme contrainte par l’autorité mâle et des règles d’outre-temps ou mieux entendre, par-delà le corps, cette autre, morte vivante, voilée, meurtrie, aliénée, maintenue en vie par le rêve de liberté et d’insoumission.

Rencontre, en écho au spectacle, mercredi 15 janvier, à l’issue de la représentation.

Du 16 au 18 janvier 2014 " Souls " (Danse Continent africain) création et chorégraphie Olivier Dubois.

Quelques années après " Faune(s)" , une relecture du "Prélude à l’après-midi d’un faune" le danseur et chorégraphe Olivier Dubois fait appel pour " Souls" à six danseurs venus des six coins de l’Afrique.

Une mosaïque africaine des langues, des mouvements et des géographies qui fait écho à Nijinski, Mallarmé et Debussy.

Du 28 janvier au 7 février 2014 " Macbeth : Leïla and Ben – a bloody history " (Tunisie) Un spectacle musical et théâtral d’après "Macbeth" de Shakespeare. Mise en scène Lofty Achour. Direction musicale et chansons Jawhar Basti.

Et si Macbeth et sa Lady avaient rencontré Bourguiba, puis s’étaient rendus en Tunisie sous le règne finissant de Ben Ali.

Soudain, Shakespeare trouve un étrange écho sous les soleils des printemps arabes.

Macbeth et sa Lady sont devenus Ben Ali et Leïla, autre couple diabolique mais qui contrairement aux personnages élisabéthains, ne sont pas torturés par le remords.

Du 4 au 14 mars 2014 " Et si je les tuais tous madame  ?" (Burkina Faso) Texte et mise en scène Aristide Tarnagda.

Un plateau nu. Des ambiances de rue. On imagine un carrefour, un feu tricolore.

Un jeune homme interpelle une inconnue et engage le monologue comme une urgence à dire, à se dire, à se livrer, à se délivrer.

D’autres voix interviennent, comparses et complices, des musiques hip-hop du duo Faso Kombat et les chansons de Bonssa.

Du 5 au 8 mars 2014 " Monsieur, Blanchette et le loup " (Guadeloupe) à partir de 7 ans. Texte et mise en scène José Pliya. Collaboratrice artistique Danielle Vendé.

Au pays imaginaire de José Pliya, la chèvre de Monsieur Seguin est devenue la vache de Monsieur, le maître de la propriété.

Une relecture très personnelle du conte d’Alphonse Daudet, en Guadeloupe par un dramaturge né au Bénin.

Du 18 au 28 mars 2014 " Un " (Iran-Québec) Texte, mise en scène et interprétation Mani Soleymantou.

Peut-on se considérer comme un persan à part entière quand on est, certes né à Téhéran mais qu’on a passé son adolescence à Paris et que l’on est devenu, un temps, un citoyen d’Ottawa et qu’on est, aujourd’hui comédien à Montréal ?

Mani Soleymantou, assis entre quarante chaises, revient sur le patchwork de sa vie.

Rencontre en écho le 19 mars, à l’issue de la représentation.

Du 1er au 11avril 2014, " Et si nos pas nous portent… " (Belgique) de Stanislas Cotton, Mise en scène Vincent Goethals.

Il est question d’un bûcheron et du cri de l’arbre qu’on abat, du rhume d’un petit prince, de la montre-étalon, des miroirs et de Lewis Carroll.

Le dramaturge belge, Stanislas Cotton parle de l’un et de l’autre, de soi et de chacun, de nos élans, de nos émois.

Un mot en amène un autre et la musique est là qui souligne et suggère.

Du 9 au 12 avril 2014, " Les soleils pâles " (Théâtre Québec) à partir de 8 ans. Texte de Marc-Antoine Cyr. Mise en scène Marc Beaudin.

Tristan est un enfant malade. Élodie une petite fille atteinte de la maladie de vieillissement précoce. Tous deux sont dans un hôpital menacé de destruction. Mais mademoiselle Florence, une infirmière obèse veille.

Le cadre et le propos sont graves mais le texte n’est pas sinistre. Pas de compassion mais une rude tendresse.

Du 6 au 9 mai 2014 " A l’affiche : Kollhaas " (Théâtre Belgique) adaptation libre d’après "Michaël Kollhas" d’Heinrich von Kleist. Mise en scène Claus Overkamp.

Un théâtre ambulant. Une famille d’artistes, comédiens, musiciens, saltimbanques qui renouent avec la tradition des planches et des tréteaux, maquillages et postiches, marionnettes et marottes, jongleurs et cracheurs de feu…

La compagnie belge Agora est un laboratoire d’interrogations et de trouvailles qui ne cessent de proposer au "théâtre Jeune Public" des alchimies nouvelles.

Du 13 au 23 mai 2014 " Kouta " (Théâtre Mali) d’après Massa Makan Diabaté Mise en scène Hassan Kassi Kouyaté.

De retour au Mali après avoir combattu partout où la présence française était menacée, le lieutenant Siriman Keita jouit de beaucoup de prestige auprès de ses concitoyens à cause de sa présence dans les rangs de l’armée coloniale.

Mais, alors qu’il vit reclus dans sa maison, son comportement intrigue.

Une satire grinçante de la vie au quotidien d’une petite ville malienne.

Rencontre en écho, mercredi 14 mai à l’issue de la représentation.

Du 3 au 7 juin 2014 " Cross § Share " (Danse Bénin France) Conception Julie Dossavi. Chorégraphie Hamid Ben Mahi, Serge Aimé Coulibaly,Thomas Lebrun.

Athlète de formation devenue artiste, Julie Dossavi offre le paradoxe d’un solo malgré la présence de plusieurs danseurs sur scène.

Elle chante. Elle danse. Elle s’empare de Ravel et érotise son boléro…

Du 17 au 21 juin 2014 " Tchip " (Théâtre Belgique-Guyane) d’Eric Durnez, mise en scène et création lumière Ricardo Lopez Munôz.

Jérôme est un jeune homme de 22 ans. Il vit en Guyane avec sa très jeune mère et le compagnon de celle-ci, un flambeur aux affaires louches.

Il s’est réfugié dans la construction d’une fusée et dans son amitié avec Deevee, un autre égaré de la vie, échoué dans cette famille défaite.

Du 24 au 28 juin 2014 " Rano, Rano " (Théâtre Musique/ Madagascar) Texte, voix et mise en scène Raharimanana.

A Madagascar, en 1947, une révolte se produit suivie d’une répression qui provoque la mort de dizaine de milliers de personnes. Mais un énorme silence fait suite à une polémique à propos des chiffres et aux implications politiques.

Oubli des uns, silence des autres, amnésie savamment entretenue. Une chape de douleur et d’amertume est venue plomber le passé et la mémoire blessée.

Rencontre en écho, mercredi 25 juin à l’issue de la représentation.

Du 24 au 28 juin 2014 " Mika, Heure locale " (Danse Guadeloupe) Chorégraphie Myriam Soulanges.

Un couple de danseurs dans un carré huis-clos. Lui est comme rivé au sol. Elle, elle paraît avoir les pieds englués. Ils tentent de résister, de s’abstraire puis oser l’aventure du geste, libérer le corps, quitter les artifices, les musiques et les habits d’emprunt, refuser l’interdit et le simulacre.

Ce spectacle sera présenté conjointement à " Rano, Rano" au cours d’une soirée unique.

Le Tarmac, La scène internationale francophone 159 avenue Gambetta 75 020 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 64 80 80

www.letarmac.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)