Actualité théâtrale

Théâtre 14, jusqu’au 25 avril 2015

"Le banquet d’Auteuil" de Jean- Marie Besset. Mise en scène Régis de Martrin-Donos

" Le Banquet d’Auteuil " est une pièce originale de Jean-Marie Besset dont le texte écrit en 2011, repose sur des personnages et des faits historiques réels.

Les protagonistes sont des artistes contemporains de Molière qui se retrouvent chez lui, dans sa maison d’Auteuil au moment où, celui-ci souffrant de l’éloignement amoureux d’Armande Béjart, trouve compensation dans les bras d’un très jeune acteur de dix-sept ans, Michel Baron.

La liaison de Molière avec celui dont il veut faire l’interprète de ses prochaines pièces va attirer chez lui des gens d’art tels Chapelle, Lully, Dassourcy ou le fantôme de Bergerac délaissant tous à la fois leur attirance pour des femmes au profit de relations libertines avec de jeunes hommes efféminés (Nantouillet, Jonsac, Osmane et Pierrotin).

Théâtre : le banquet d'Auteil

La pièce de Jean-Marie Besset respecte les règles des unités classiques avec une action qui se déroule sur vingt-quatre heures.

Elle renoue avec la tradition du "banquet" tel qu’il fut inventé par les classiques gréco-latins (de Platon à Pétrone en passant par Xénophon, Plutarque ou Épicure) en réunissant une assemblée d’hommes savants, érudits, penseurs qui, tout en se livrant à des excès de nourriture et de boissons, s’entretiennent d’éthique et d’esthétique.

Les dix personnages que la pièce réunit sur le plateau du Théâtre 14 appartiennent à la fin de ce dix-septième siècle français où des hommes artistes pouvaient se montrer assez hardis pour défier Dieu et les règles des bonnes mœurs.

Le libertinage auquel ils se livrent, la liberté de leurs discours, le libre cours qu’ils laissent à des attirances peu conventionnelles, ouvrent la voie aux futurs hérétiques en matière de religion de mœurs : Sade, Fourier, Wilde et plus près de nous André Gide, Michel Foucault ou Pier-Paolo Pasolini.

"Le Banquet d’Auteuil " fait la lumière sur la grande histoire d’amour entre Molière et Baron, restée longtemps occultée ou censurée tout en restant au cœur de l’histoire politique et artistique de la France.

La petite histoire rejoint ici la grande Histoire sous la forme d’un divertissement élégant et de qualité, souvent irrésistible, parfois pathétique ; d’un spectacle qui même s’il cède à la fantaisie effrénée, à des moments audacieux et drôles, ne perd jamais de vue la réalité des personnages et du contexte historique..

Un bien agréable moment.

Francis Dubois

Théâtre 14, 20 rue Marc Sangnier 75 014 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 45 45 49 77

contact@theatre14.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)