Actualité théâtrale

La Colline Théâtre national jusqu’au 16 février 2013

"Le cabaret discrépant" d’après Isidore Isou Mise en scène Olivia Grandville

Isidore Isou est le créateur du "lettrisme" qui consiste à inventer des dispositifs créatifs sans jamais les exploiter. Il ne s’agit pas de "détruire des mots pour d’autres mots", "de forger des notions pour préciser leurs nuances"," de mélanger des termes pour leur donner plus de signification". Il s’agit de "rendre compréhensible et palpable l’incompréhensible et le vague, concrétiser le silence, écrire les riens". Telles en sont quelques-unes des règles. Le lettrisme qui fut qualifié d’ultime avant- garde n’est pas une école de la poésie mais une attitude solitaire.

Olivia Grandville a décidé de mettre sur scène toutes sortes de textes écrits dans le cadre et l’inspiration de ce mouvement. Une première partie de son spectacle est une promenade déambulatoire au dernier étage du théâtre, dans les abords de la petite salle. Sur cinq mini-scènes occupées chacune par un de ses comédiens, ceux-ci disent des textes de Isidore Isou sur des sujets variés, qui ne sont quelque fois qu’onomatopées, font des démonstrations loufoques mais très sérieusement, sur tableaux blancs. Les déambulations de trop de spectateurs à la fois, dans ces étroits espaces, gênent l’écoute et ces moments éclatés souffrent de ne pas être assez bien entendus. Pourtant il se dégage de ces différents exercices (dont un strip-tease à l’envers) une atmosphère presque festive.

La deuxième moitié du spectacle se déroule dans la salle et là, on assiste à des moments de grande drôlerie qui nous font regretter de ne pas avoir assez tendu l’oreille à tous les textes qui se disaient à l’extérieur. Un danseur fait un solo avec des airs de potache farceur. Chacune des partitions portant essentiellement sur l’art de la danse est réjouissante, de finesse, de fantaisie, d’excentricités de toutes sortes.

C’est élégant, raffiné, farceur, rythmé. On sollicite le spectateur. On triche avec les questions des intervenants. On provoque. On ne se prend pas au sérieux et c’est sans doute la meilleure façon de prendre au sérieux l’œuvre et la personnalité excentrique d’Isidore Isou. Un spectacle complètement neuf dont on ressort content.

La Colline Théâtre national
15 rue Malte Brun 75 980 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 44 62 52 52
www.colline.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Les pieds tanqués »
    Pétanque vient du provençal « pé », pied et « tanca » pieu. Jouer à la pétanque c’est donc jouer aux boules pieds joints et non en prenant de l’élan comme à la lyonnaise. Comme on est en Provence, un... Lire la suite (27 septembre)
  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)