Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Hana Makhmalbaf

"Le cahier" sortie en salles le 20 février

Autour des trous béants qu’ont laissés, après leur destruction par les Talibans, les statues géantes des Bouddhas, vivent dans des grottes sommaires, des centaines de familles. C’est là que Baktay, petite fille de six ans, entend à longueur de temps son jeune voisin dire l’alphabet. Du coup, elle décide d’aller elle aussi à l’école pour appendre à lire et à écrire. Mais pour cela, il lui faut un stylo et un cahier. Tous les obstacles qu’elle rencontre pour se procurer ces deux éléments du savoir ne viendront pas à bout de sa détermination…
L’Afghanistan est un pays exsangue qui a connu, au cours des 25 dernières années le pouvoir des communistes russes, d’Al Qaeda, des Talibans, des occidentaux, chacun ayant eu comme priorité de chasser le précédent dans le but de "libérer" le pays. La ruine du pays, la destruction, la misère sont le résultat de ces différentes tentatives. Cet aspect de l’état du pays est bien sûr visible dans le film à travers les conditions de vie de ces familles réduites à vivre dans des conditions d’extrême pauvreté.
Mais ce qui inquiète surtout, et c’est ce qui constitue le sujet de ce film qui a obtenu le Grand prix au Festival de San Sébastien, ce sont les jeux guerriers auxquels se livrent au quotidien les enfants d’Afghanistan. Jeux qui consistent à mimer les armes des adultes, les contrôles, les embuscades, les tortures ou la lapidation des filles non voilées. Le film pose la question de savoir ce que deviendront ces enfants qui ont fait de la guerre le sujet essentiel de leurs jeux lorsqu’ils deviendront des adultes.

Tous ces jeunes garçons n’ont retenu de ce qu’ils ont connu de la guerre que les déterminations aveugles, la violence, les injures et la certitude qu’ils sont investis comme leurs aînés, d’une mission salvatrice. L’imitation est saisissante et la marge est étroite entre la guerre et sa version ludique. Face à eux, la petite fille dont le désir d’apprendre à tout prix en fait, avec la naïveté de ses six ans doublée d’une étonnante maturité, une militante avant l’âge. Le moment où, ayant réussi à entrer dans l’école des filles, elle tente de trouver une place où s’asseoir est un moment de profonde émotion. Réalisé par une jeune femme de vingt ans dans la tradition des films iraniens des années 90 dont le sujet minimaliste était construit autour d’un objet, Le cahier met un éclairage brut et efficace sur l’état actuel de l’Afghanistan. Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)