Actualité théâtrale

Lucernaire depuis le 31 janvier 2018

"Le cercle de Whitechapel" de Julien Lefebvre Mise en scène Jean-Laurent Silvi

Conan Doyle, jeune médecin écossais , déjà auteur de “ Une Étude en rouge ”, Bram Stocker, administrateur du Lyceum Theatre, féru d’occultisme et pas encore auteur de Dracula, George Bernard Shaw, critique d’art marxiste (futur auteur de «  Pygmalion » ) et Mary Lawson, l’une des premières femmes médecins qui rêve de diriger un hôpital, sont réunis par Sir Herbert Greville, membre éminent de la gentry londonienne proche du pouvoir, dans un atelier d’artiste du quartier de Whitechapel. Tous cinq ont pour mission de percer le mystère des assassinats des trois prostituées survenus dans ce quartier et de découvrir celui qui se cache sous le nom de Jack l’éventreur.

Théâtre : Le cercle de White Chapel

Sous des dehors de comédie de divertissement, sont évoqués le problème de la misère de certains quartiers de l’autre côté de la vieille porte d’Aldgate dans une des villes les plus riches du monde ainsi que la place de la femme dans la société victorienne.

Jouée avec entrain et dans un esprit de bonne humeur, cette pièce dans le” style Agatha Christie”recèle un incessant lot de surprises et de rebondissements.

Les dialogues finement écrits vont “comme un gant” aux cinq comédiens présents sur le plateau, tous épatants, chacun se saisissant avec enthousiasme de sa partition, allant-venant dans les colorations multiples de la pièce de Julien Lefebvre.

Dans un décor, vieillot à souhait, la mise en scène vive, effervescente et à chaque instant inventive de Jean-Laurent Silvi jubile.

Elle nous entraîne dans le tourbillon du déroulement de ces semaines sanglantes que connut Londres et qui marqueront pas seulement les esprits mais également toute une génération d’auteurs.

Le costumes, la musique, les lumières vont dans le sens du plaisir d’un spectateur qui, deux heures durant est saisi par la hâte de voir percer le mystère de cet abominable “Jack l’éventreur” et de voir mettre fin à ces meurtres en série qui secouent Londres.

Un spectacle de vrai théâtre, jubilatoire comme on en redemande !

Francis Dubois

Lucernaire 53 rue Notre-Dame-des-Champs 75 006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34 / www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Crise de nerfs »
    Peter Stein a choisi de mettre en scène trois courtes pièces de Tchekhov et de confier à Jacques Weber le rôle principal. Le metteur en scène a choisi de commencer par la pièce la plus sombre, qui... Lire la suite (26 septembre)
  • « Diane self portrait »
    Diane Arbus (1923-1971) est une figure majeure de la photographie de rue du XXème siècle. Fille de commerçants aisés juifs new-yorkais, elle a rencontré à quatorze ans celui qui devint son mari Allan... Lire la suite (25 septembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (25 septembre)
  • « Mademoiselle Julie »
    La pièce d’August Strindberg a été montée plusieurs fois la saison passée, pourtant on a l’impression de la redécouvrir chaque fois au gré des adaptations et des interprétations, tant elle est riche et... Lire la suite (19 septembre)
  • « L’Amérique n’existe pas »
    Un homme, bien seul au milieu de cartons plus ou moins bien empilés, se lance dans un monologue. Il raconte des histoires, il fait naître des personnages comme cet homme qui ne monte jamais dans un... Lire la suite (18 septembre)