Actualité théâtrale

Lucernaire depuis le 31 janvier 2018

"Le cercle de Whitechapel" de Julien Lefebvre Mise en scène Jean-Laurent Silvi

Conan Doyle, jeune médecin écossais , déjà auteur de “ Une Étude en rouge ”, Bram Stocker, administrateur du Lyceum Theatre, féru d’occultisme et pas encore auteur de Dracula, George Bernard Shaw, critique d’art marxiste (futur auteur de «  Pygmalion » ) et Mary Lawson, l’une des premières femmes médecins qui rêve de diriger un hôpital, sont réunis par Sir Herbert Greville, membre éminent de la gentry londonienne proche du pouvoir, dans un atelier d’artiste du quartier de Whitechapel. Tous cinq ont pour mission de percer le mystère des assassinats des trois prostituées survenus dans ce quartier et de découvrir celui qui se cache sous le nom de Jack l’éventreur.

Théâtre : Le cercle de White Chapel

Sous des dehors de comédie de divertissement, sont évoqués le problème de la misère de certains quartiers de l’autre côté de la vieille porte d’Aldgate dans une des villes les plus riches du monde ainsi que la place de la femme dans la société victorienne.

Jouée avec entrain et dans un esprit de bonne humeur, cette pièce dans le” style Agatha Christie”recèle un incessant lot de surprises et de rebondissements.

Les dialogues finement écrits vont “comme un gant” aux cinq comédiens présents sur le plateau, tous épatants, chacun se saisissant avec enthousiasme de sa partition, allant-venant dans les colorations multiples de la pièce de Julien Lefebvre.

Dans un décor, vieillot à souhait, la mise en scène vive, effervescente et à chaque instant inventive de Jean-Laurent Silvi jubile.

Elle nous entraîne dans le tourbillon du déroulement de ces semaines sanglantes que connut Londres et qui marqueront pas seulement les esprits mais également toute une génération d’auteurs.

Le costumes, la musique, les lumières vont dans le sens du plaisir d’un spectateur qui, deux heures durant est saisi par la hâte de voir percer le mystère de cet abominable “Jack l’éventreur” et de voir mettre fin à ces meurtres en série qui secouent Londres.

Un spectacle de vrai théâtre, jubilatoire comme on en redemande !

Francis Dubois

Lucernaire 53 rue Notre-Dame-des-Champs 75 006 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34 / www.lucernaire.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)