Actualité théâtrale

au Théâtre 13 / Seine

"Le cercle de craie caucasien" Jusqu’au 3 mars

Cette pièce de Bertold Brecht relève du théâtre dans le théâtre. Après un prologue où s’opposent deux kolkhozes à propos de la possession de terres - doivent-elles rester à ceux qui les ont toujours possédées ou aller à celui qui veut réaliser un projet d’irrigation qui profitera à tous - les villageois vont se lancer dans un récit, inspiré du jugement de Salomon et d’une ancienne légende chinoise. Lors d’un attentat révolutionnaire, le Gouverneur de la province est tué. Son épouse, trop préoccupée par ses bagages et ses toilettes, fuit en abandonnant son fils Michel. Le bébé est recueilli par une servante du palais, Groucha. Poursuivie par les insurgés, Groucha fuit à travers le pays, franchit des montagnes et des torrents impétueux, traverse mille épreuves. Contrainte de trahir son fiancé et de se marier, elle accepte tout pour sauver cet enfant. La contre-révolution ayant triomphé, elle est rattrapée. La veuve du Gouverneur, pour des raisons d’héritage, veut récupérer l’enfant que Groucha considère désormais comme son fils. Le tribunal présidé par un juge excentrique, décide d’appliquer l’épreuve du cercle de craie caucasien pour décider à qui reviendra l’enfant.

Crédit Bastien Capela

Sur scène deux plans inclinés, manipulés à vue dans tous les sens, permettent de créer tous les mondes de la pièce, les portes du palais, le tribunal, une maison paysanne, mais aussi tous les espaces traversés par Groucha. Dix comédiens interprètent les nombreux personnages de la pièce, accompagnés par une marionnette, l’enfant, que manipulent à vue les hommes et qui grandit avec le temps qui passe et l’engagement grandissant de Groucha. Toute la partie où les comédiens racontent la légende est généralement jouée avec des masques. Le metteur en scène Fabien Chappuis a préféré y substituer de belles coiffes fabriquées en détournant des objets du quotidien - des paniers, une bourriche - qui laissent entièrement visible le visage des comédiens. Les masques n’interviendront que sous la forme de crânes de buffles utilisés dans une pièce chorégraphique imaginée par Serge Ricci. Dans la distribution, on remarque particulièrement Stéphanie Labbé qui campe une Groucha tendre et généreuse et Florent Guyot incarnant le juge extravagant, souvent ivre et qui pourtant défend une véritable justice.

C’est une belle mise en scène de cette pièce de Brecht, dont le propos est plus intemporel que celui de ses oeuvres plus politiques, où il magnifie le dévouement, la bonté et l’amour, pour la terre comme pour un enfant, que nous offre le Théâtre 13.

Micheline Rousselet

Mardi, jeudi et samedi à 19h30, mercredi et vendredi à 20h30, dimanche à 15h30
Théâtre 13 / Seine
30 rue du Chevaleret, 75013 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)
  • « Dépendances »
    Deux frères, Henri et Tobias se retrouvent dans un appartement vide et un peu délabré qui fut celui de leur famille. Ils attendent leur frère Carl, qui comme d’habitude est en retard, pour décider de... Lire la suite (18 janvier)
  • « Un conte de Noël »
    La metteuse en scène Julie Deliquet a fait des études de cinéma et s’est toujours intéressée au rapport entre théâtre et cinéma, comme elle l’avait si bien montré avec Fanny et Alexandre créé l’an passé... Lire la suite (17 janvier)