Actualité théâtrale

La Pépinière Théâtre, partenaire Réduc’Snes, depuis le 23 janvier 2014

"Le cercle des illusionnistes" Une création d’Alexis Michalik.

Un magicien en habit noir fait disparaître le foulard rouge qu’il avait en main.

Le spectacle commence par cette image "cliché" et intemporelle d’un art qui aura fasciné des générations de spectateurs, certains curieux de connaître le "fin mot de l’histoire", d’autres préférant garder le mystère intact.

L’instant d’après, nous sommes en 1984, en plein championnat d’Europe des Nations. Décembre, profitant de la cohue du métro, subtilise le sac d’Avril. Mais quand, son forfait accompli, il se trouve face à la photographie de la jeune fille qu’il a dépouillée, il n’y résiste pas, l’appelle et l’invite dans un café.

Avril est une curieuse demoiselle pas si candide que ça, professionnellement spécialisée dans (l’honnête) manipulation des coffres forts.

C’est ainsi, qu’elle entraîne Décembre dans les sous-sols de la banque du 8, Boulevard des Italiens qui fut, au XIXème siècle, le théâtre d’illusions de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur et magicien dont l’art séduisit jusqu’à Napoléon III qui l’envoya en émissaire en Algérie afin de prouver aux populations locales rebelles que la magie française était la plus puissante au monde..

Un local que rachètera à sa mort un certain Georges Méliés, l’héritier d’un fabricant de chaussures de luxe, inventeur du Kinétographe qui y projettera ses films, en attendant de leur faire parcourir le monde.

Avec la roulotte d’un escamoteur, les prouesses d’un automate turc qui bat les humains aux échecs, Méliès et son voyage sur la lune dans ses studios de Montreuil, Robert-Houdin qui fera d’un divertissement un art, le spectacle d’Alexis Michalik qui nous avait déjà ravis avec son " Porteur d’histoires" nous plonge dans une rocambolesque récit d’illusionnistes, dans le sillage de doux hurluberlus.

Six comédiens nous entraînent dans un étourdissant tourbillon. Ils passent avec magie d’une époque à l’autre, d’une identité à l’autre, d’un costume à l’autre. Ils jouent à eux six, plus d’une vingtaine de personnages qui se métamorphosent tant en coulisse que sous les yeux du spectateur avec une telle agilité, un tel enthousiasme qu’à chacun des "voyages" ils nous entraînent dans une nouvelle aventure où il n’y a plus qu’à se laisser porter.

C’est inventif, drôle, réjouissant, vif, espiègle et… instructif. C’est abracadabrant mais à chaque fois, l’histoire pleine de rebondissements, retombe sur ses pieds.

Ce n’est pas seulement un spectacle sur la magie, l’art de l’illusion.

C’est un spectacle magique !

Francis Dubois

La Pépinière Théâtre, 7 rue Louis Le Grand 75 002 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 61 44 16

www.theatrelapepiniere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)