Actualité théâtrale

La Pépinière Théâtre, partenaire Réduc’Snes, depuis le 23 janvier 2014

"Le cercle des illusionnistes" Une création d’Alexis Michalik.

Un magicien en habit noir fait disparaître le foulard rouge qu’il avait en main.

Le spectacle commence par cette image "cliché" et intemporelle d’un art qui aura fasciné des générations de spectateurs, certains curieux de connaître le "fin mot de l’histoire", d’autres préférant garder le mystère intact.

L’instant d’après, nous sommes en 1984, en plein championnat d’Europe des Nations. Décembre, profitant de la cohue du métro, subtilise le sac d’Avril. Mais quand, son forfait accompli, il se trouve face à la photographie de la jeune fille qu’il a dépouillée, il n’y résiste pas, l’appelle et l’invite dans un café.

Avril est une curieuse demoiselle pas si candide que ça, professionnellement spécialisée dans (l’honnête) manipulation des coffres forts.

C’est ainsi, qu’elle entraîne Décembre dans les sous-sols de la banque du 8, Boulevard des Italiens qui fut, au XIXème siècle, le théâtre d’illusions de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur et magicien dont l’art séduisit jusqu’à Napoléon III qui l’envoya en émissaire en Algérie afin de prouver aux populations locales rebelles que la magie française était la plus puissante au monde..

Un local que rachètera à sa mort un certain Georges Méliés, l’héritier d’un fabricant de chaussures de luxe, inventeur du Kinétographe qui y projettera ses films, en attendant de leur faire parcourir le monde.

Avec la roulotte d’un escamoteur, les prouesses d’un automate turc qui bat les humains aux échecs, Méliès et son voyage sur la lune dans ses studios de Montreuil, Robert-Houdin qui fera d’un divertissement un art, le spectacle d’Alexis Michalik qui nous avait déjà ravis avec son " Porteur d’histoires" nous plonge dans une rocambolesque récit d’illusionnistes, dans le sillage de doux hurluberlus.

Six comédiens nous entraînent dans un étourdissant tourbillon. Ils passent avec magie d’une époque à l’autre, d’une identité à l’autre, d’un costume à l’autre. Ils jouent à eux six, plus d’une vingtaine de personnages qui se métamorphosent tant en coulisse que sous les yeux du spectateur avec une telle agilité, un tel enthousiasme qu’à chacun des "voyages" ils nous entraînent dans une nouvelle aventure où il n’y a plus qu’à se laisser porter.

C’est inventif, drôle, réjouissant, vif, espiègle et… instructif. C’est abracadabrant mais à chaque fois, l’histoire pleine de rebondissements, retombe sur ses pieds.

Ce n’est pas seulement un spectacle sur la magie, l’art de l’illusion.

C’est un spectacle magique !

Francis Dubois

La Pépinière Théâtre, 7 rue Louis Le Grand 75 002 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 61 44 16

www.theatrelapepiniere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)