Actualité théâtrale

La Pépinière Théâtre, partenaire Réduc’Snes, depuis le 23 janvier 2014

"Le cercle des illusionnistes" Une création d’Alexis Michalik.

Un magicien en habit noir fait disparaître le foulard rouge qu’il avait en main.

Le spectacle commence par cette image "cliché" et intemporelle d’un art qui aura fasciné des générations de spectateurs, certains curieux de connaître le "fin mot de l’histoire", d’autres préférant garder le mystère intact.

L’instant d’après, nous sommes en 1984, en plein championnat d’Europe des Nations. Décembre, profitant de la cohue du métro, subtilise le sac d’Avril. Mais quand, son forfait accompli, il se trouve face à la photographie de la jeune fille qu’il a dépouillée, il n’y résiste pas, l’appelle et l’invite dans un café.

Avril est une curieuse demoiselle pas si candide que ça, professionnellement spécialisée dans (l’honnête) manipulation des coffres forts.

C’est ainsi, qu’elle entraîne Décembre dans les sous-sols de la banque du 8, Boulevard des Italiens qui fut, au XIXème siècle, le théâtre d’illusions de Jean-Eugène Robert-Houdin, horloger, inventeur et magicien dont l’art séduisit jusqu’à Napoléon III qui l’envoya en émissaire en Algérie afin de prouver aux populations locales rebelles que la magie française était la plus puissante au monde..

Un local que rachètera à sa mort un certain Georges Méliés, l’héritier d’un fabricant de chaussures de luxe, inventeur du Kinétographe qui y projettera ses films, en attendant de leur faire parcourir le monde.

Avec la roulotte d’un escamoteur, les prouesses d’un automate turc qui bat les humains aux échecs, Méliès et son voyage sur la lune dans ses studios de Montreuil, Robert-Houdin qui fera d’un divertissement un art, le spectacle d’Alexis Michalik qui nous avait déjà ravis avec son " Porteur d’histoires" nous plonge dans une rocambolesque récit d’illusionnistes, dans le sillage de doux hurluberlus.

Six comédiens nous entraînent dans un étourdissant tourbillon. Ils passent avec magie d’une époque à l’autre, d’une identité à l’autre, d’un costume à l’autre. Ils jouent à eux six, plus d’une vingtaine de personnages qui se métamorphosent tant en coulisse que sous les yeux du spectateur avec une telle agilité, un tel enthousiasme qu’à chacun des "voyages" ils nous entraînent dans une nouvelle aventure où il n’y a plus qu’à se laisser porter.

C’est inventif, drôle, réjouissant, vif, espiègle et… instructif. C’est abracadabrant mais à chaque fois, l’histoire pleine de rebondissements, retombe sur ses pieds.

Ce n’est pas seulement un spectacle sur la magie, l’art de l’illusion.

C’est un spectacle magique !

Francis Dubois

La Pépinière Théâtre, 7 rue Louis Le Grand 75 002 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 42 61 44 16

www.theatrelapepiniere.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La 7è vie de Patti Smith »
    Dans la banlieue de Marseille en 1976, une jeune adolescente au corps androgyne, timide et mal dans sa peau, entend lors d’une soirée entre amis un disque avec la voix de Patti Smith et son cri... Lire la suite (20 février)
  • « Les grands rôles »
    On entend une démarche boiteuse et un acteur arrive en traînant une chaise qui fait le bruit de sa canne. Le monologue de Richard III démarre et le rire aussi quand un acteur échappé de Lucrèce... Lire la suite (19 février)
  • « Fanny et Alexandre »
    Les spectateurs finissent de s’installer dans la salle Richelieu et Denis Podalydès s’avance au bord du plateau, vêtu d’un long manteau de scène, pour leur rappeler d’éteindre leurs téléphones... Lire la suite (18 février)
  • « La conférence des oiseaux »
    Il y a quarante ans Jean-Claude Carrière adaptait pour Peter Brook l’un des plus célèbres contes soufi du Persan Farid Uddin Attar (1142-1220). La conférence des oiseaux raconte comment, encouragés... Lire la suite (14 février)
  • « Premier amour »
    Sami Frey reprend cette nouvelle de Samuel Beckett, écrite en 1946, qu’il avait créée il y a dix ans. On y trouve déjà l’image de ces clochards célestes que seront, dans En attendant Godot , Vladimir et... Lire la suite (7 février)