Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Stéphanie Brillant (France-USA)

« Le cerveau des enfants » Sortie en salles le 23 mai 2018.

« Nombre de nos contemporains sont totalement déconnectés de leur être profond et survivent plus qu’ils ne vivent. Il me semble donc essentiel de comprendre le fonctionnement du cerveau pour apprendre aux enfants a être véritablement pilote de leurs existence »

« Le cerveau des enfants » est une plongée dans les neurosciences et le film est là pour démontrer que les expériences vécues pendant l’enfance façonnent les cerveaux et sont déterminantes pour la construction de l’être.

Il donne les clés essentielles pour continuer à le développer et des pistes sur comment aider les enfants à gérer leurs colères, à apprendre efficacement, à se relever des échecs, à faire des choix à développer un esprit critique.

De l’émotion à l’apprentissage, le film présente tout ce qu’il est nécessaire de savoir en tant que parent ou en tant qu’éducateur pour accompagner les enfants dans l’accès à leur plein potentiel et leur permettre de s’épanouir.

Le film pousse à éveiller les consciences et à pousser à la réflexion personnelle de chacun sur le sujet.

Cinéma : Le cerveau des enfants

Stéphanie Brillant aussi sensible soit-elle au problème que pose le peu d’intérêt qu’on accorde au façonnement du cerveau des enfants dès leur plus jeune âge, aussi sincère qu’elle puisse être dans sa démarche de cinéaste rompue au sujet, ne fait ici que raviver une question récurrente mais sans cesse laissée en attente dans la réalité.

Le choix de faire passer le message avec un film de cinéma qui interroge sur cette prise de conscience n’est peut-être pas le meilleur choix pour sensibiliser le plus grand nombre à la question.

Mettre en évidence ces questionnements certes essentiels par le biais d’un film qui ne sera visible que dans un réseau confidentiel de salles et de cette façon ne touchera qu’un public non seulement réduit mais déjà sensibilisé.

La démarche de Stéphanie Brillant forte de s’être penchée en profondeur sur le problème, était d’être en mesure de proposer un film largement documenté. Aux directives théoriques s’ajoute sa propre expérience de mère de famille.

Son but est de rendre accessible tous les phénomènes de l’évolution du cerveau des enfants.

Le choix des intervenants auxquels elle a fait appel ne porte pas essentiellement sur des neuro-scientifiques. A eux, elle a joint des experts en parentalité, des enseignants et des acteurs de terrain.

La destination d’un tel film ne serait-elle pas plutôt une diffusion à la télévision que des projections confidentielles sur un écran de cinéma ?

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)