Actualité théâtrale

Jusqu’au 22 juin au Théâtre de la Reine Blanche

« Le champ des possibles »

Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel opus, à ce passage si délicat de l’adolescence à l’âge adulte. La voilà, bac en poche, qui décide de quitter sa petite ville du Poitou-Charentes pour aller faire ses études de lettres à Paris. Elle est excitée à l’idée de prendre sa vie en mains, d’être indépendante. Elle découvre Simone de Beauvoir, le théâtre qu’elle pratique à la fac, mais ce n’est pas si simple de changer brusquement d’espace, de culture, de se retrouver seule à Paris, surtout quand, comme elle, on est doté d’une mère névrosée et reine du psychodrame.

Théâtre : Le champ des possibles

Sur la scène il y a une chaise et une malle d’où l’actrice sort quelques accessoires. Cela suffit à Élise Noiraud pour incarner une dizaine de personnages, de la conseillère d’orientation qui materne la jeune fille comme si elle était encore une enfant, à la secrétaire de la fac qui lui demande s’il n’y a pas de fac dans sa province pour qu’elle vienne encombrer les universités parisiennes, du prof de théâtre à la bourgeoise très « gauche caviar » qui l’engage pour garder son petit Agamemnon. Surtout il y a la mère d’Élise frustrée, égocentrique, hurlante, qui casse ses projets, lui fait un chantage permanent pour l’obliger à rentrer et s’immisce dans sa vie sans la moindre retenue.

L’actrice met en jeu sa propre histoire, se dévoile avec sincérité et humour. Son histoire renvoie à la nôtre. Elle nous fait rire et on la suit dans ses rages. Vérité, invention ? Peu importe, elle est juste impressionnante. Elle nous dit ses espoirs, ses peurs, ses désillusions. Émotion, drame, elle exprime tout avec une énergie dévastatrice. On a l’impression d’avoir dix-neuf ans avec elle. Elle est inoubliable.

Micheline Rousselet

Mardi, jeudi, samedi à 20h45, relâche le 11 juin

Théâtre de la Reine Blanche

2bis passage Ruelle, 75018 Parisiennes

Réservations : 01 40 05 06 96

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)
  • « 107 ans »
    Simon a tout de suite aimé Lucie quand il l’a rencontrée dans la cour de récréation et qu’elle lui a parlé de Jane Austen. Simon, assis à une table devant une feuille de papier, se souvient de Lucie qui,... Lire la suite (26 juin)
  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)