Actualité théâtrale

A l’Espace Paris Plaine – Théâtre Jeune public, jusqu’au 27 avril 2011

"Le chant de coton" De Caryn Trinca et Nathalie Roche, compagnie La Sourdine

"La vie c’est coton… mais que c’est bon". Cette chanson du final résume bien le ton de cette "féérie musicale où le langage des signes est le héros" qui met sur scène, intelligemment, pour un tout jeune public (et pour tout public) des questions de société, en premier lieu le droit à la différence et la richesse de la diversité pour l’épanouissement de tous.
Louisa et Ellen sont jumelles, mais le handicap de Louisa les sépare. Louisa est malentendante, elle s’exprime avec les mains mais Ellen ne la comprend pas. Depuis son plus jeune âge, leur mère traite Louisa comme une esclave. Incapable d’accepter sa différence, elle l’oblige à travailler dans les champs de coton. (l’histoire est située dans le sud des USA en 1874, mais cela n’est pas essentiel pour la compréhension du spectacle par des enfants petits). C’est le soir de la pleine lune, la légende dit que la récolte est meilleure ces nuits là et Louisa est contrainte de sortir ramasser le coton. Effrayée, elle se glisse dans les bois. Sa route va croiser celle de personnages hors du commun : un "loup bagou" plus que bavard, des tiges de coton moqueuses qui prétendent qu’elles sont les mêmes et la fée "Coton de la Bourrasque"…

Co-auteur et remarquable interprète du personnage de Louisa, Nathalie Roche, née de parents sourds, rêvait depuis longtemps d’éveiller les enfants sur ce handicap en faisant découvrir ce "joli langage secret qu’est la Langue Des Signes, pour qu’ainsi ils puissent aborder les différences sans peur et amener leurs parents à s’y intéresser également. Chacun découvre au cours du spectacle qu’il connaît déjà quelques signes simples de cette Langue, et en apprend quelques autres presque sans s’en rendre compte.

Au-delà de la problématique de la surdité et du personnage de Louisa, l’éloge de la différence est porté par plusieurs autres personnages de cette création : l’image traditionnelle du loup – articulée avec celle des mythes et peurs du loup-garou – est renversée par le bagout de ce loup (interprété avec beaucoup de dynamisme par Jérémie Champagne qui signe aussi la musique) faisant des claquettes avec ses sabots et dont le "handicap" est d’être végétarien ! c’est aussi le personnage de la fée (interprétée par Florence Trinca), tout aussi exubérante que le loup, mais qui manque de souffle – bien que née de la rencontre improbable d’une bourrasque de vent et d’une tige de coton ! – pour mettre en œuvre ses pouvoirs…
On ne peut que regretter une mise en scène assez conventionnelle, qui aurait peut-être pu laisser place à un peu de fantaisie, introduire, y compris par les décors, une dimension un peu plus fantastique dans certaines scènes… mais cela aurait pu être au détriment de la dimension didactique pour les enfants, qui se conjugue bien avec une réelle qualité artistique. A découvrir au plus vite avec enfants et petits-enfants…
Philippe Laville

Espace Paris Plaine
13, rue Général Guillaumat
75015 – PARIS
à 15h mercredi, samedi et tous les jours sauf dimanche pendant les vacances scolaires (à partir de 5-6 ans)

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « An Irish story »
    En 1949, Peter O’Farell quitte son pays l’Irlande du Sud à 19 ans pour venir chercher du travail à Londres, emmenant Margaret, sa jeune femme de 16 ans enceinte. Mais la vie à Londres est dure pour... Lire la suite (16 avril)
  • Voyage au bout de la nuit
    « Voyage au bout de la nuit » est repris du 16 avril au 1er juin du mardi au samedi à 21h Théâtre Tristan Bernard 6 rue du Rocher, 75008 Paris Réservations : 01 45 22 08... Lire la suite (12 avril)
  • « L’amour en toutes lettres »
    Dans les années 30, l’Abbé Viollet dirigeait des revues catholiques et s’occupait du courrier des lecteurs. Des hommes et des femmes lui confiaient leurs interrogations, leurs préoccupations, leurs... Lire la suite (12 avril)
  • « Deux mensonges et une vérité »
    Ne dîtes jamais à votre conjoint que vous vous connaissez par cœur, que, après vingt-sept ans de mariage, rien ne peut plus vous surprendre. C’est pourtant l’erreur que commet Philippe, et Catherine... Lire la suite (10 avril)
  • « Les chaises »
    On sort du théâtre de l’Aquarium avec l’impression d’avoir vu pour la première fois cette pièce, pourtant si souvent jouée comme il sied à un classique du XXème siècle. Parce que Ionesco est catalogué... Lire la suite (5 avril)