Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Wagner Moura (Brésil)

"Le chemin" Sortie en salles le 11 décembre 2013.

Théo, un médecin d’une quarantaine d’année, vit avec sa femme Branca et son fils Pedro dans la riche banlieue d’une ville brésilienne.

Le couple bat de l’aile au point que Branca a décidé de demander le divorce et que la maison est sur le point d’être mise en vente.

Pedro assiste en silence aux disputes de ses parents.

Un soir, alors que Branca le croit parti en week-end avec un ami, il ne rentre pas chez lui et personne n’a plus de ses nouvelles.

Théo va se lancer à la recherche de son fils à travers le Brésil et ce voyage difficile le fera revenir à l’essentiel.

Cette fugue soudaine de leur fils va également amener le couple à reconsidérer ses projets d’avenir.

Le film de Wagner Moura est à la fois un road-movie, un thriller psychologique, un film intimiste sur une relation familiale et un conte.

Le récit repose essentiellement sur le personnage de Théo et sur son long périple à travers le pays au cours duquel, au hasard des rencontres et des péripéties, il va progressivement se transformer physiquement et moralement.

Sa détermination à retrouver son fils le fera passer à outre la dégradation de son apparence et les humiliations qu’il va être amené à subir alors que ce qui le caractérisait auparavant était la fierté et un naturel autoritaire.

Le chemin qu’il parcourt est semé d’embûches, de difficultés de toutes sortes et les renseignements qu’il glane ici et là sont des indications fragiles qui l’amènent parfois à douter de l’issue de sa recherche.

Les épreuves qu’il va traverser, la disparition de son fils, vont le conduire à mesurer ses propres carences en tant qu’époux et père.

La trame du récit qui n’est pas, au départ, d’une grande originalité trouve sa singularité dans les invraisemblances volontaires et les clichés du scénario.

Il semble miraculeux que Théo retrouve les traces de Pedro et qu’une sorte de relais de renseignements le mette à chaque fois sur la bonne route.

Le fait que l’adolescent ait parcouru des centaines de kilomètres à dos de cheval pour retrouver de la sérénité auprès d’un aïeul avec qui il communiquait par envoi de dessins relève du domaine du conte.

Et c’est ce mélange subtil des genres qui tord le cou aux clichés du récit.

La fugue de Pedro connaîtra une issue heureuse à tous points de vue. Théo retrouvera à la fois son fils et son père et Branca redécouvrira le charme et le confort du foyer.

Un peu "cousu de fil blanc" mais souvent attachant.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)