Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Jasmila Zbanic (Bosnie)

"Le choix de Luna" Sortie en salles le 9 février 2011

Amar a dû abandonner son travail pour alcoolisme. Cette situation complique la vie du couple qu’il forme avec Luna et cela, malgré l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre. Par hasard, Amar rencontre un ancien ami converti au wahhabisme qui lui propose un travail au sein de sa communauté. Luna tente de le dissuader d’accepter une proposition qui risque de les éloigner à la fois physiquement et moralement.
Au bout d’un certain temps, sans nouvelles d’Amar, elle décide d’aller le rejoindre. Elle découvre alors une communauté aux règles ancestrales basées sur le travail, la surveillance étroite des individus, une absence totale de liberté. Or, Amar prétend que sa vie nouvelle lui apporte la paix intérieure et l’a guéri de l’alcoolisme. Lorsque, quelques semaines plus tard, il revient vivre chez lui, c’est un homme complètement transformé dont l‘esprit a été modelé pas l’idéologie de la communauté. Les souvenirs encore douloureux de la guerre hantent Luna et son amour pour Amar sera-t-il assez fort pour supporter l’épreuve ?

"Le choix de Luna" est l’histoire d’un couple dans le Sarajevo d’aujourd’hui encore déchiré par une période de guerre particulièrement meurtrière. Et ce qui apparaît de chacun dans le récit, n’est que la surface visible des situations. Le vrai combat qu’ils mènent reste enfoui.
Luna, de nature pragmatique pensait que les problèmes qui l’avaient tourmentée appartenait au passé. Elle n’imaginait pas qu’un jour, elle aurait à se confronter à des difficultés de couple de cet ordre là. De façon imprévisible, leurs deux destins prennent des chemins
différents et Amar appartient désormais à cette partie dure de la population de Bosnie-Herzégovine engagés dans une pratique extrémiste et puritaine de l’Islam.
On peut s’interroger sur les raisons qui font qu’Amar adhère aussi vite et aussi facilement aux règles de la communauté wahhabiste. Amar est un ancien soldat qui a perdu ses repères et qui a été très marqué par la mort de son frère, par la guerre et les difficultés de la vie moderne. Si l’amour de Luna reste important, il ne s’en réfugie pas moins dans la religion où il trouve du réconfort, une identité compensatrice et une reconnaissance auprès des autres membres. La lutte de persuasion et de dissuasion qu’ils vont entreprendre l’un contre l’autre ou chacun envers lui-même va déboucher sur un vrai choix mûri par les événements auxquels les circonstances les auront confrontés.
"Le choix de Luna" pose des questions universelles à propos de l’amour mis au pied du mur ; mais aussi sur les blessures longues à cicatriser pour ceux qui ont traversé à l’âge où l’on se construit, les horreurs d’une guerre. Sur la recherche d’une identité et sur le refuge que peut représenter la religion pour des individus mis hors de leurs repères.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Bagdad Station »
    . Bagdad 2006, le jour de l’exécution de Saddam Hussein. Sara pénètre dans la gare centrale de Bagdad déterminée à commettre un attentat suicide au milieu de la foule. Mais c’est sans compter avec sa... Lire la suite (19 février)
  • « La chute de l’empire américain »
    Malgré un doctorat en philosophie, Pierre-Paul Daoust est chauffeur pour une société de livraison. Un jour, il assiste à un hold-up au cours duquel deux des trois malfaiteurs sont abattus,... Lire la suite (18 février)
  • « Les moissonneurs »
    En Afrique du Sud, Free State est le bastion d’une communauté blanche isolée, les Africaners. Au milieu d’une famille de riches éleveurs, catholiques fervents, profondément conservateurs où la force... Lire la suite (17 février)
  • « La liberté »
    Dans la plaine orientale corse, Casabianda est un centre de détention au sein d’un vaste domaine agricole. C’est une prison à ciel ouvert qui n’a rien à voir pour l’essentiel des conditions de vie... Lire la suite (17 février)
  • « Peu m’importe si l’histoire nous considère comme des barbares »
    En 1941, l’armée roumaine massacre 20 000 juifs à Odessa. De nos jours, une jeune réalisatrice s’attache au projet de monter un spectacle de cet épisode douloureux, par une reconstitution militaire,... Lire la suite (16 février)