Actualité théâtrale

« Le cirque de la lanterne magique » Espace Paris plaine, jusqu’au 1er février

Cela commence avec des enfants qui s’échauffent en faisant l’équilibre sur scène tandis qu’un homme bizarrement attifé accueille les spectateurs, enfants et parents, par des plaisanteries et cela se termine par une grande bataille de polochons avec les petits spectateurs qui s’étranglent de rire.
Dans la tradition du cirque familial, «  le cirque de la lanterne magique » nous transporte dans un monde poétique où les exploits du couple d’acrobates-équilibristes, Michele Chen et Amélie Demay, soulèvent les « oh ! » émerveillés des enfants tandis que Frank Desmaroux avale un sabre, crache le feu et s’allonge sur une planche à clous avant de finir par accepter de « faire le clown ». Les trois enfants des deux couples participent au spectacle. Romina a déjà des qualités exceptionnelles d’équilibriste, dont son père joue avec un bonheur visible pour les deux partenaires. Nell suit sa maman équilibriste, Svetlana Zindovic, et joue du violon avec grâce, tandis que son frère préfère être clown. Mais il n’y a pas que le cirque, il y a aussi du théâtre. Il y a un fil directeur qui relie les numéros et leur donne sens. Le scénario imaginé par Frank Desmaroux nous conduit du rire, autour du plat de pasta que tous les adultes veulent manger, à l’émotion. Par la grâce de la musique et d’un décor très simple de roulotte, les adultes retrouvent la nostalgie de l’enfance tandis que les yeux de leurs enfants s’écarquillent de plaisir et que leurs rires fusent.
Micheline Rousselet

Espace Paris-Plaine
13 rue du Général Guillaumat
75015 Paris
Mercredi 15h, samedi 15h et 18h et dimanche 15h
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 40 43 01 82
www.brancion-paris15.asso.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)