Actualité théâtrale

Spectacle itinérant : Les 20 et 27 janvier au Théâtre du Nord-Ouest. Les 29 janvier et 5 février au Théâtre Auguste .

« Le dernier jour d’un condamné » Adapté par Cédric Coppola d’après l’œuvre de Victor Hugo.

En 1829, Victor Hugo publie «  Le dernier jour d’un condamné » , un réquisitoire politique pour l’abolition de la peine de mort.

Théâtre : Le dernier jour d'un condamné

Le jeune metteur en scène Cedric Coppola et la comédienne Pauline Smile ont écrit une adaptation au féminin du texte originel en opérant des coupes mais tout en gardant l’essence de l’œuvre et et la charge de sa portée politique.

Ici, sur le point d’être condamnée à la peine capitale, une jeune femme, mère d’une petite fille témoigne de sa fin de vie.

A travers sa réflexion, depuis le calme résigné jusqu’à l’emportement, ses angoisses et le flot de ses souvenirs, la jeune femme oscille entre lucidité et délire. Elle nous plonge au cœur de son enfermement, l’espace d’un jour, le dernier de son existence.

Le retour à ce texte de Victor Hugo, est ici doublement intéressant.

Il l’est par la féminisation du personnage qui apporte une dimension et un éclairage nouveaux au réquisitoire.

Il l’est quand il aborde la dimension toujours actuelle avec la menace de voir se rétablir la peine capitale dans certains pays du globe.

Sur le plateau du Théâtre du Nord Ouest où le spectacle est donné depuis un an et pour deux dates encore avant une reprise non encore fixée, la mise en scène de Cédric Coppola ne cherche pas à reconstituer le cachot de Bicêtre dépeint par Victor Hugo.

Mais dans le déroulement du monologue riche de ruptures de ton minutieusement orchestrées et grâce à l’interprétation de Pauline Smile, on se trouve au cœur de l’enfermement physique et psychologique de la jeune condamnée.

Cedric Coppola a pris le parti d’inspiration cinématographique de donner au spectacle soumis à la règle des trois unités, l’intensité d’un plan séquence où le personnage ne dispose pour en sortir, ni d’un refuge, ni d’un support musical ni du moindre fondu au noir.

Pauline Smile prend à bras le corps le texte avec force, émotion et dignité et réussit une belle composition

Les élèves de collège qui ont pu voir «  Le dernier jour d’un condamné » ont découvert un texte propice au débat d’idées et la performance de la jeune comédienne.

Francis Dubois

Théâtre de Nord-Ouest 13 rue du Faubourg Montmartre 75 009 Paris

Auguste théâtre 6 impasse Lamier 75 011 Paris

Représentation possible dans collèges et lycées.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)