Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Maxime Ginoux (Canada)

« Le déserteur » Sortie en salles le 21 août 2019.

Quelque part dans le monde où la guerre fait rage.

Philippe, un homme fasciné par le personnage et l’univers des films de Charlie Chaplin a fui Montréal pour un Ouest américain aussi sauvage qu’hypnotisant. Au cours de son périple, il découvrira que la cruauté de l’humanité ne se limite pas aux pays en guerre. Philippe va découvrir la face cachée du rêve américain.

La première image qui est venue à l’esprit du scénariste Simon Beaulieu est celle d’une silhouette chapelinesque déambulant dans un paysage d’une Amérique désertée. L’idée a grandi autour de cette image et le tournage s’est très vite imposé en dépit d’un maigre budget. Le film s’est fait dans un élan un peu adolescent.

Cinéma : Le déserteur

«  Le déserteur  » s’ouvre sur une phrase optimiste extraite de «  Le dictateur » de Charlie Chaplin : «  On veut tous aider les autres. L’être humain est comme ça. On peut se faire du bien, dans ce monde il y a de la place pour tout le monde.  » que le récit qui suit ne cesse de démentir pendant une heure et demie. A l’inverse de cette ouverture généreuse et utopique, le film développe l’idée que l’humain est violent malgré tout et qu’il est hanté par un besoin viscéral de pouvoir. Car il y a de toutes parts des forces obscures qui agissent contre les bons sentiments, les bons comportements.

Le Philippe du «  Déserteur  » entame un parcours initiatique au cours duquel il va croiser des personnages de nature contrastée dans des décors et des univers libres, détendus ou au contraire sombres et oppressants. Sur les chemins qu’il emprunte il va connaître le meilleur des rapports humains, essuyer violence et cruauté et connaître la lutte d’une Amérique lumineuse contre son double sombre.

A l’origine du projet, «  Le déserteur » devait se dérouler pendant la première guerre mondiale mais l’idée a été abandonnée pour des raisons de budget.

Même si les choix esthétiques le rattachent à une période passée, et s’il échappe à des repères spatiaux et temporels, le film de Maxime Ginoux parle d’aujourd’hui.

Cette œuvre très personnelle, sans concession, autant dans son propos que dans son traitement et sa construction, apparaît comme un OVNI dans le paysage cinématographique actuel.

Les interrogations qu’ont peut avoir à propos de la démarche artistique de Maxime Ginoux, du charme envoûtant de l’image et des atmosphères pourraient déboucher en conclusion que l’aventure de Philippe pourrait être un rêve.

Les spectateurs curieux qui iront voir le film auront peut-être chacun leur propre réponse...

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Terminus Sud »
    Dans un pays en plein chaos plongé dans un climat d’insécurité et de conflit armé où chaque partie rivalise d’actes de violence, un médecin tente de continuer à accomplir sa mission de soignant sans... Lire la suite (18 novembre)
  • « Vivre et chanter »
    Zhao Li dirige une troupe d’opéra traditionnel de Sichuan composée d’hommes et de femmes qui vivent et travaillent ensemble depuis dix années dans la banlieue de Chengdu. Lorsqu’elle reçoit un... Lire la suite (18 novembre)
  • « Les éblouis »
    Camille est une jeune adolescente et l’aînée d’une fratrie de quatre enfants. Elle est passionnée de cirque, un art qu’elle apprend à pratiquer, mais le jour où ses parents intègrent une communauté... Lire la suite (17 novembre)
  • « Temporada »
    Pour prendre un poste d’employée au service municipal de l’hygiène, Juliana quitte les quartiers du centre ville d’Irauna où elle vivait avec son mari pour la métropole de Contaguem, au Brésil. Elle... Lire la suite (17 novembre)
  • « Les misérables »
    Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, prend ses fonctions au sein de la brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93, un secteur réputé sensible de la banlieue parisienne. Il rencontre ses... Lire la suite (16 novembre)