Actualité théâtrale

Théâtre de L’Aktéon

"Le destin non incroyable d’une fille presque ordinaire" Jusqu’au 30 juin

Sur une scène occupée par de grands sacs Tati, une narratrice en tailleur canari, collant vert sapin, escarpins garnis de feuilles et couronne de fleurs parle du bonheur, de la vie. Elle dit s’appeler Bégonia et, à la manière du meneur de jeu dans Lola Montès, va nous conter le destin d’Émilie, une jeune fille qui va naître, devenir une femme, aimer, travailler et … mourir, un destin non incroyable donc.

La pièce avait été, en 2007, l’un des spectacles lauréats du concours d’écriture organisé par le Théâtre du Rond Point et la façon dont nous est contée l’histoire d’Émilie n’est justement pas si ordinaire que cela ! L’auteur, Christophe Chalufour, a laissé s’y faufiler des bribes de classiques, pièces ou films. Décontextualisés, ceux-ci prennent une autre tonalité et deviennent souvent hilarants. La rencontre d’un jeune de banlieue, avec son sweat à capuche, qui déclame avec agressivité la tirade des nez de Cyrano ou l’écoute d’une Émilie devenue syndicaliste, démarrant une manifestation sur « Nous partîmes 500, mais par un prompt renfort … » réjouit fort le spectateur qui se laisse entraîner et cherche à débusquer les références.

Crédit Colin Guillemant

Si le détournement est au cœur du texte, il l’est aussi de la mise en scène. Celle-ci renvoie à l’univers du cirque d’aujourd’hui. Dans le noir, les sacs Tati laissent apparaître une main, un pied, et enfin les comédiens. Lancés dans un joyeux capharnaüm, ils changent de personnage, de costume à une vitesse phénoménale. Ils sont jeunes, spontanés, énergiques. La musique participe au collage. On saute allègrement du disco au pop-rock ou à une musique de film. Le spectateur se sent entraîné de plus en plus loin dans ce délire déjanté, conduit par une Frédérique Renda, la narratrice, au sourire gourmand et à la présence sur scène éblouissante. C’est original, plein d’humour et très drôle.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 21h30
Théâtre de L’Aktéon
11 rue du Général Blaise, 75 011 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 38 74 62
www.akteon.fr

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)