Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Philippe Lioret (France)

"Le fils de Jean" Sortie en salles le 31 août 2016.

A trente-trois ans, Mathieu n’a jamais su qui était son père. Divorcé et père d’un petit garçon qui est au centre de sa vie, il reçoit un matin un coup de téléphone de Montréal d’un inconnu qui lui apprend que Jean, son père, vient de mourir. Il apprend par la même occasion qu’il a deux demi-frères.

Mathieu décide de faire le voyage, pas tant pour assister aux obsèques d’un géniteur qu’il n’a jamais connu que pour faire la connaissance de cette fratrie sortie de nulle part.

A Montréal, il est accueilli par Pierre, un médecin dont la fille avait épousé un de ses deux frères. Pierre lui apprend qu’on n’a pas retrouvé le corps de son père dont on suppose, pour avoir retrouvé la barque vide, qu’il a péri noyé dans un lac.

Les quatre hommes décident, à bord d’une embarcation, de partir à la recherche du corps de Jean…

Ces deux jours de recherches, s’ils distendent les rapports entre Mathieu et ses demi-frères insaisissables plus qu’hostiles, vont marquer le rapprochement entre Mathieu et Pierre…

Philippe Lioret avec sa délicatesse de style habituelle revient à un de ses thèmes favoris : celui de la paternité qu’il avait abordé dans " Je vais bien, ne t’en fais pas " et dans " L’équipier" , et qui était aussi dans un dosage moindre, dans " Tombés du ciel " et " Welcome" .

Mathieu a gardé quelque chose de l’enfance. Malgré une activité professionnelle lucrative, un divorce plutôt réussi, un épanouissement dans les relations qu’il entretient avec son tout jeune fils, sa nature, pourtant calme, le fait agir par pulsions. Au moment de prendre la décision d’entreprendre un voyage lointain dont les raisons sont incertaines, il met dans la balance les obsèques de son père au Canada et la compétition de judo de son fils qu’il va sans doute rater.

Pierre qui l’accueille à sa descente d’avion à Montréal était un ami de longue date de Jean.

Pendant ce court séjour, comment Mathieu va-t-il se positionner dans cette famille de substitution ? Pour quelle raison profonde, une sympathie immédiate s’installe-t-elle entre Mathieu et Pierre alors que naît une attirance immédiate entre lui et Bettina, la fille de Pierre.

Cinéma : Le fils de Jean

Philippe Lioret s’est librement inspiré du roman de Jean-Paul Dubois " Si ce livre pouvait me rapprocher de toi ". Il s’en est imprégné plus qu’il n’en a fait une adaptation.

Il tisse des relations limitées dans le temps, en procédant par touches successives au moyen de scènes qui laissent entrapercevoir, à travers une familiarité qui s’installe, une approche qui ne cessera de se préciser. De la même façon, il place Mathieu au centre d’une histoire de famille complexe, de secrets à peine dévoilés et d’une tragédie familiale qui s’annonce.

Le récit qui ne compte pas de faits saillants, distille pourtant un léger suspense, une sorte d’impatience à percer un mystère plus qu’à savoir si Jean est vraiment mort ou s’il a fait une fugue amoureuse.
Le fils de Jean n’est pas un film à énigme. C’est un récit en sourdine mené par deux comédiens formidables : Gabriel Arcand et Pierre Deladonchamps qu’on avait découvert dans " l’inconnu du lac" d’Alain Guiraudie et qui donne à Mathieu la tendre et forte nonchalance des êtres qui attendent pour cibler le bon moment pour laisser libre cours à leurs sentiments.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Manifesto »
    « Manifesto » réunit des manifestes futuriste, dadaïste, situationniste ainsi que les pensées d’artistes, d’architectes, de danseurs et de cinéastes à travers différents personnages incarnés par une... Lire la suite (21 mai)
  • « Le cerveau des enfants »
    « Nombre de nos contemporains sont totalement déconnectés de leur être profond et survivent plus qu’ils ne vivent. Il me semble donc essentiel de comprendre le fonctionnement du cerveau pour apprendre... Lire la suite (20 mai)
  • « Le ciel étoilé au-dessus de ma tête »
    Bruno a connu un beau succès de librairie avec son premier roman. Mais depuis, vingt ans ont passé sans qu’il ait pu retrouver la notoriété. Il a maintenant cinquante ans, il est célibataire, n’a... Lire la suite (20 mai)
  • « Manhattan stories »
    Au cours d’une même journée à Manhattan, les déboires de cinq personnes. Cinq histoires individuelles qui ne se chevauchent jamais. Benny, grand amateur de vinyles collectors doit récupérer un... Lire la suite (19 mai)
  • « Plaire, aimer et courir vite »
    Au cours d’un déplacement professionnel à Rennes, Jacques, écrivain, la quarantaine et atteint du sida rencontre Arthur, vingt deux ans. Ils se plaisent et tout les pousserait à s’aimer si Jacques, à... Lire la suite (14 mai)