Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

Du côté des polars, présent et éternité.

« Le garçon dans le chêne », Fredrik Ekelund, Du côté de la classe ouvrière suédoise.

 

Fredrik Ekelund, à la suite de Mankell sans l’imiter, veut décrire la société suédoise actuelle en prenant pour personnage central, les banlieues ouvrières, celles de Malmö en l’occurrence. A force de lire les auteurs de polars suédois, plus généralement de l’Europe du Nord, on a l’impression de connaître ces villes, de les avoir visitées, d’avoir suivi leurs transformations. Se découvre ici, une autre face, cachée le plus souvent, de ces villes industrielles, la population immigrée, avec ses codes, ses lois, ses religions.

Yasmina Saïd a été assassinée. Une jeune fille de 17-18 ans qui devait passer son bac et l’avoir haut la main. Une bonne élève, en rupture de ban. Elle a quitté sa famille, et ses frères, ses cousins la traitent de « putain » parce qu’elle a décidé de vivre sa vie loin de toutes contraintes. Elle a rencontré une fille issue d’un milieu aisé avec qui elle partage un appartement.

Les deux flics, l’inspecteur Lindström et sa collègue Monica Gren, d’origine coréenne et stagiaire au début de cette enquête, sont chargés de l’affaire. Ils ne sont pas sans problème, lui surtout. L’auteur nous présente ses personnages qui seront les héros récurrents des autres romans. Les soupçons s’orientent vers les cousins qui auraient voulu laver l’honneur de la famille. Ils ne sont guère émus par la mort de la jeune fille…

Ce sera une fausse piste mais un bon moyen de décrire ces quartiers, ces cohabitations difficiles entre différentes cultures qui, au lieu de s’abreuver l’une à l’autre, ne cessent de se confronter et de s’opposer.

L’assassin se découvrira plus tard – c’est lui « Le garçon dans le chêne » du titre -, manière à pénétrer un autre milieu social, celui de la classe aisée et ses enfants déboussolés. Un paysage de 2003 qui met du plomb dans l’aile d’une représentation un peu trop mythique de cette société traversée, tout autant que les autres pays capitalistes développés, par une crise morale, éthique.

Nicolas Béniès.

« Le garçon dans le chêne », Fredrik Ekelund, Folio/Policier .

Autres articles de la rubrique Lectures : littérature, poésie, polars, essais, revues

  • « Le disparu de Larvik », Jorn Lier Horst
    William Wisting est le personnage récurrent de Jorn Lier Horst, un auteur de polar, norvégien, reconnu dans le monde entier. Wisting vieillit. Sa femme est morte et il essaie d’avoir une vie... Lire la suite (27 août)
  • « Le mystère de la chambre bleue »
    « Le mystère de la chambre bleue », qui n’a rien à voir avec la jaune, est une enquête de Louis Fronsac, un héros récurrent de Jean d’Aillon. Un notaire, fils de notaire qui exerce son métier de détective... Lire la suite (26 août)
  • « La proie », Deon Meyer
    Deon Meyer est chroniqueur de son pays à travers son personnage récurrent, Benny Griessel policier de la brigade des Hawks – faucons en français. Le bandeau jaune annonce « Le retour de Bennie... Lire la suite (26 août)
  • « La danse du temps », Anne Tyler
    « La danse du temps » est un curieux roman. Trois moments de la vie d’une femme américaine, celle de Willa Drake. Anne Tyler prétend, dans une note préalable, avoir une théorie : « une unique décision... Lire la suite (25 août)
  • « Nickel Boys », Colson Whitehead
    La rentrée littéraire fait preuve d’un bel optimisme. 510 romans sont programmés, soit environ 30 de moins que la rentrée de l’an dernier. La COVID 19 ne gagnera pas ! Le message est clair. A la... Lire la suite (25 août)