Actualité théâtrale

au Lucernaire, jusqu’au 29 novembre

« Le gorille »

Un gorille est capturé dans la forêt africaine et transporté en bateau vers un zoo de Hambourg. Pour échapper à l’enfermement il décide de devenir homme. Il apprend à parler, à serrer des mains, à cracher, à fumer et à boire et devient ainsi un phénomène de music-hall. Ses progrès continus lui permettront de maîtriser tous les sujets de conversation avec lesquels les humains passent le temps, le foot, la télé, de devenir un riche industriel et d’obtenir le papier attestant son statut d’homme. « D’un trait de plume on m’avait donné une âme » dit-il et par la même occasion, tous les travers humains, volonté de s’enrichir, exploitation des autres hommes, jusqu’au moment où il prend conscience de l’absurdité de cette vie et constate que vivre ainsi n’a aucun sens.
Alejandro Jodorowsky s’est inspiré d’une nouvelle de Kafka, mais en a prolongé le propos. Chez Kafka, le singe obtient seulement la reconnaissance d’un aéropage universitaire qui reconnaît en lui la prouesse d’une bête capable d’imiter le parler et les manières d’un homme moyen. Alejandro Jodorowsky lui fait parcourir une étape supplémentaire. A la fin de la pièce il n’est plus simplement une victime. Il est un être accompli qui a conscience que tout ce paraître auquel s’attachent les hommes est stérile et qui veut retrouver ce qu’il est et qu’on l’a obligé à oublier. Pour l’adaptateur, lui-même enfant d’émigrés russo-juifs échoués au Chili, ce singe sans famille, sans amis, sans territoire est une métaphore de la situation de l’immigré que l’on accepte, mais que l’on considère toujours comme différent, voire nocif. « L’effort de s’intégrer à un monde qui nous tolère mais nous méprise est terrible ».
Sous les portraits de savants, dont Darwin, le Gorille raconte son histoire et devient de plus en plus un être noble et digne. Brontis Jodorowsky, le fils de l’adaptateur, est le gorille. Il a joué dans la troupe d’Ariane Mnouchkine et a consacré beaucoup de temps au travail sur le corps et au mime. Il est hallucinant en gorille, dont il adopte la démarche et les manières, capable de passer au stade humain dans la seconde qui suit. Le regard étincelant, il capte l’attention du spectateur, il nous montre un gorille différent et si semblable, qu’on ne peut qu’être ému, révolté, bouleversé.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75 006 Paris
www.lucernaire.fr
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La vie de Galilée »
    La pièce, écrite par Brecht en 1938 et retravaillée jusqu’aux années 50, suit la vie de Galilée astronome, mathématicien et physicien italien du XVIIème siècle. Toujours avide de mettre au point de... Lire la suite (17 juin)
  • « Mary said what she said »
    Robert Wilson a offert le trône de Marie Stuart à Isabelle Huppert, une comédienne avec laquelle il se sent beaucoup d’affinités car elle comprend ce qu’il veut faire sans avoir besoin de beaucoup... Lire la suite (15 juin)
  • « Huckleberry Finn »
    Ce roman est considéré comme le chef d’œuvre de Mark Twain. L’histoire, qui se situe dans les années 1850 avant la guerre de sécession, est celle de Huckleberry Finn , un gamin si maltraité par son père... Lire la suite (7 juin)
  • L’école des femmes en accès libre sur internet
    Le spectacle L’école des femmes crée à l’Odéon en novembre 2018 avec une mise en scène de Stéphane Braunschweig est disponible en accès libre sur le site internet du théâtre et sur la plateforme Vimeo... Lire la suite (7 juin)
  • « Le champ des possibles »
    Après ses deux premiers spectacles ( La banane américaine, consacré à l’enfance et Pour que tu m’aimes encore, à l’adolescence), qui ont connu un joli succès, Élise Noiraud se consacre, avec ce nouvel... Lire la suite (6 juin)