Actualité théâtrale

au Lucernaire, jusqu’au 29 novembre

« Le gorille »

Un gorille est capturé dans la forêt africaine et transporté en bateau vers un zoo de Hambourg. Pour échapper à l’enfermement il décide de devenir homme. Il apprend à parler, à serrer des mains, à cracher, à fumer et à boire et devient ainsi un phénomène de music-hall. Ses progrès continus lui permettront de maîtriser tous les sujets de conversation avec lesquels les humains passent le temps, le foot, la télé, de devenir un riche industriel et d’obtenir le papier attestant son statut d’homme. « D’un trait de plume on m’avait donné une âme » dit-il et par la même occasion, tous les travers humains, volonté de s’enrichir, exploitation des autres hommes, jusqu’au moment où il prend conscience de l’absurdité de cette vie et constate que vivre ainsi n’a aucun sens.
Alejandro Jodorowsky s’est inspiré d’une nouvelle de Kafka, mais en a prolongé le propos. Chez Kafka, le singe obtient seulement la reconnaissance d’un aéropage universitaire qui reconnaît en lui la prouesse d’une bête capable d’imiter le parler et les manières d’un homme moyen. Alejandro Jodorowsky lui fait parcourir une étape supplémentaire. A la fin de la pièce il n’est plus simplement une victime. Il est un être accompli qui a conscience que tout ce paraître auquel s’attachent les hommes est stérile et qui veut retrouver ce qu’il est et qu’on l’a obligé à oublier. Pour l’adaptateur, lui-même enfant d’émigrés russo-juifs échoués au Chili, ce singe sans famille, sans amis, sans territoire est une métaphore de la situation de l’immigré que l’on accepte, mais que l’on considère toujours comme différent, voire nocif. « L’effort de s’intégrer à un monde qui nous tolère mais nous méprise est terrible ».
Sous les portraits de savants, dont Darwin, le Gorille raconte son histoire et devient de plus en plus un être noble et digne. Brontis Jodorowsky, le fils de l’adaptateur, est le gorille. Il a joué dans la troupe d’Ariane Mnouchkine et a consacré beaucoup de temps au travail sur le corps et au mime. Il est hallucinant en gorille, dont il adopte la démarche et les manières, capable de passer au stade humain dans la seconde qui suit. Le regard étincelant, il capte l’attention du spectateur, il nous montre un gorille différent et si semblable, qu’on ne peut qu’être ému, révolté, bouleversé.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75 006 Paris
www.lucernaire.fr
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Dans les forêts de Sibérie »
    Après avoir voyagé à vélo autour du monde, puis marché à travers l’Himalaya, chevauché dans les steppes d’Asie Centrale, l’écrivain voyageur Sylvain Tesson s’est décidé à choisir l’immobilité en... Lire la suite (16 octobre)
  • « Jungle book »
    Tout enfant s’est un jour entendu raconter l’histoire de Mowgli, ce petit d’homme adopté par un couple de loups, dont Rudyard Kipling a fait une ode à la tolérance. Dans la jungle Akela, le père loup,... Lire la suite (15 octobre)
  • « Sabordage »
    O Après Blockbuster, où elle dénonçait les effets de la cupidité globalisée, portée par un système ultralibéral faisant passer le profit avant toute autre considération, l’inventive troupe liégeoise Le... Lire la suite (13 octobre)
  • Des reprises à signaler
    Voici 3 spectacles que nous avons chroniqués et qui sont repris cette automne. Pour ceux qui les auraient loupés ou qui voudraient les revoir ! « Jeanne Plante est chafouin » les lundis à 20h30... Lire la suite (12 octobre)
  • « Les causeries d’Emma la Clown »
    Il y a maintenant vingt ans que Meriem Menant a crée son personnage d’Emma la clown avec sa chemise de flic bleu clair et sa cravate, sa jupe plissée qui pendouille et ses chaussettes qui godillent,... Lire la suite (11 octobre)