Actualité théâtrale

au Lucernaire, jusqu’au 29 novembre

« Le gorille »

Un gorille est capturé dans la forêt africaine et transporté en bateau vers un zoo de Hambourg. Pour échapper à l’enfermement il décide de devenir homme. Il apprend à parler, à serrer des mains, à cracher, à fumer et à boire et devient ainsi un phénomène de music-hall. Ses progrès continus lui permettront de maîtriser tous les sujets de conversation avec lesquels les humains passent le temps, le foot, la télé, de devenir un riche industriel et d’obtenir le papier attestant son statut d’homme. « D’un trait de plume on m’avait donné une âme » dit-il et par la même occasion, tous les travers humains, volonté de s’enrichir, exploitation des autres hommes, jusqu’au moment où il prend conscience de l’absurdité de cette vie et constate que vivre ainsi n’a aucun sens.
Alejandro Jodorowsky s’est inspiré d’une nouvelle de Kafka, mais en a prolongé le propos. Chez Kafka, le singe obtient seulement la reconnaissance d’un aéropage universitaire qui reconnaît en lui la prouesse d’une bête capable d’imiter le parler et les manières d’un homme moyen. Alejandro Jodorowsky lui fait parcourir une étape supplémentaire. A la fin de la pièce il n’est plus simplement une victime. Il est un être accompli qui a conscience que tout ce paraître auquel s’attachent les hommes est stérile et qui veut retrouver ce qu’il est et qu’on l’a obligé à oublier. Pour l’adaptateur, lui-même enfant d’émigrés russo-juifs échoués au Chili, ce singe sans famille, sans amis, sans territoire est une métaphore de la situation de l’immigré que l’on accepte, mais que l’on considère toujours comme différent, voire nocif. « L’effort de s’intégrer à un monde qui nous tolère mais nous méprise est terrible ».
Sous les portraits de savants, dont Darwin, le Gorille raconte son histoire et devient de plus en plus un être noble et digne. Brontis Jodorowsky, le fils de l’adaptateur, est le gorille. Il a joué dans la troupe d’Ariane Mnouchkine et a consacré beaucoup de temps au travail sur le corps et au mime. Il est hallucinant en gorille, dont il adopte la démarche et les manières, capable de passer au stade humain dans la seconde qui suit. Le regard étincelant, il capte l’attention du spectateur, il nous montre un gorille différent et si semblable, qu’on ne peut qu’être ému, révolté, bouleversé.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 18h30
Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75 006 Paris
www.lucernaire.fr
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La Comédie-Française lance La Comédie continue !
    COMMUNIQUÉ DE PRESSE > vendredi 27 mars 2020 > La Comédie continue ! > Tel est le nom de la première chaîne en ligne de la Comédie-Française. > À partir du lundi 30 mars 2020 à 16h, plusieurs levers... Lire la suite (31 mars)
  • « Sois un homme »
    Qu’est-ce qu’être une femme ? La question a beaucoup interrogé écrivain.e.s et philosophes depuis déjà un certain temps. Mais s’agissant des hommes, elle apparaît plus originale tant des siècles de... Lire la suite (17 mars)
  • « Illusions perdues »
    Après ses brillantes adaptations d’Homère ( Iliade puis Odyssée ) et de Chanson douce de Leïla Slimani, Pauline Bayle s’est lancé dans l’adaptation du roman de Balzac. C’est au fonctionnement du... Lire la suite (17 mars)
  • « L’éveil du printemps »
    La pièce de Franck Wedekind fit scandale a son époque (1890) et fut interdite de longues années pour pornographie. Elle offrait un regard osé sur la jeunesse, défendait le désir adolescent et pointait... Lire la suite (16 mars)
  • « Médéa mountains »
    Alima Hamel, la jeune poétesse, musicienne et chanteuse d’origine algérienne évoque ici son histoire personnelle. Elle se souvient du bonheur des vacances familiales quand elle quittait Nantes avec... Lire la suite (12 mars)