Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

un film de Jeon Yun-Su (Corée du sud)

"Le grand chef" Sortie en salles le 24 juin

Le jeune Sung-Chan, un fin cuisinier, participe à un concours prestigieux au cours duquel il est opposé à l’ambitieux Bong-Joo. Le dernière épreuve qui doit les départager consiste en la préparation du poisson Lune, le Fuga, dont le découpage et la cuisson nécessitent infiniment de précautions, faute de quoi le mets peut, au lieu d’être un délice, devenir très toxique.
Or, dès la première bouchée de la préparation de Sung-Chan, les membres du jury périssent empoisonnés. La victoire revient à Bong-Joo et Sung-Chan, obligé d’abandonner la profession pour laquelle il nourrissait une réelle passion, s’exile à la campagne où il devient fermier.
SNES_LeGrandChef
Mais sa rencontre avec Jin-Su, une jeune journaliste va le remettre sur le chemin de la cuisine. Celle-ci parvient à le convaincre de relever le défi et de participer à une compétition gastronomique de haut niveau. Le hasard voudra, que cette fois encore, il soit opposé à Bong-Joo… Lequel des deux va devenir le successeur du légendaire Grand Chef Royal de la Dynastie Joseon ?
"Le grand chef" est adapté de la célèbre bande dessinée Sik-Gaek qui dévoilait le goût très marqué de certains jeunes coréens pour les arts culinaires.
La cuisine coréenne qui n’emploie que des ingrédients naturels y est présentée sous la forme de joutes sans merci opposant affrontements et démonstrations de force aux subtilités, à la finesse et à l’esthétisme des préparations culinaires.
S’il n’échappe pas à un certain didactisme, s’il prend parfois des airs de mélo et si sa construction alternant scènes de compétition, moments bucoliques et flash-back relatant les dernières années du grand chef royal est parfois un peu systématique, "Le Grand chef" reste une comédie "savoureuse", une histoire simple, drôle et touchante qui nous renvoie au plaisir du conte et de la belle image…
Le réalisateur souhaitait, avec ce film, rendre la mémoire olfactive à chaque coréen. Il est probable que le public occidental ne restera pas insensible à toutes ces magnifiques "constructions culinaires"qui ponctuent le film et mettent l’eau à la bouche…
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La juste route »
    En août 1945, dans un petit village du centre de la Hongrie, chacun se prépare au mariage du fils du notaire. Alors que la bourgade est plongée dans l’effervescence de la noce, débarquent du train,... Lire la suite (15 décembre)
  • « Maria by Callas »
    Quand Maria Callas disait « Il y a deux personnes en moi : Maria et Callas », s’agissait-t-il d’une formule ou au contraire, du fruit d’une vraie réflexion à propos de sa vie ? Le film de Tom Volf... Lire la suite (12 décembre)
  • « Soleil battant »
    Gabriel et Iris, un couple de trentenaires, sont retournés dans la maison familiale au Portugal où ils ont vécu quelques années auparavant, au cours de vacances, un terrible drame qui les a privés à... Lire la suite (12 décembre)
  • « Mariana »
    Mariana, la quarantaine passée, issue de la haute bourgeoisie chilienne, a d’abord cédé aux influences de son père et plus tard à celles de son mari. Elle se réveille de sa soumission dès lors qu’elle... Lire la suite (11 décembre)
  • « Les bienheureux »
    L’Algérie, quelques années après la guerre civile. Amad et Samir, lui est médecin, elle est universitaire, ont décidé de fêter leur anniversaire de mariage au restaurant. Pendant le trajet en voiture... Lire la suite (11 décembre)