Actualité théâtrale

à la Comédie Saint Michel

"Le joueur d’échecs" Jusqu’au 24 avril

Sur un paquebot, des passagers jouent aux échecs pour tromper l’ennui. Un passager lance des paris et l’on découvre qu’il y a à bord le champion d’échecs, Czentovic, arrogant, fruste et cupide. Il affronte avec morgue l’ensemble des joueurs qu’il bat sans peine, jusqu’au moment où un mystérieux et discret passager souffle des coups vainqueurs aux adversaires de Czentovic. Personne ne le connaît, d’où vient-il, quel est son secret ?

Cette nouvelle de Stefan Zweig, écrite en 1941, peu avant son suicide, s’inscrit dans le contexte historique de l’époque et propose un récit en abîme où le jeu d’échecs peut renvoyer aux rapports de force qui s’exercent sur les hommes ou à la manipulation du lecteur. La brièveté de cette nouvelle, petite merveille de force et d’intensité a séduit André Salzet. Il est seul sur scène, avec pour tout décor une chaise, il est le narrateur assis sur cette chaise. Puis il s’anime et fait revivre la fièvre de l’affrontement entre les passagers et le champion, le murmure du mystérieux M. B., le trouble du champion. Il est enfin M. B., qui nous révèle sa terrible histoire et nous entraîne au bord de la folie.

Avec beaucoup de sobriété, André Salzet joue, car il ne s’agit pas seulement de dire, ce superbe de texte de Stefan Zweig que l’on a grand bonheur à redécouvrir.

Micheline Rousselet

Les mardis et mercredis à 20h (relâches le 22 janvier, le 19 mars et le 3 avril)
Comédie Saint Michel
95 boulevard Saint Michel, 75005 Paris
Réservations : 01 55 42 92 97

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)
  • « Comment ça va ? »
    Cette question appelle toujours ou presque la même réponse « Bien » ! Pourtant quand on est une comédienne qui vient d’avoir cinquante ans, qu’on a un mari informaticien au chômage et un fils adolescent... Lire la suite (26 juin)