Actualité théâtrale

Manufacture des Abbesses, jusqu’au 3mai 2014

"Le jour où je suis devenue chanteuse black" de Caroline Devismes et Thomas Le Douarec. Mise en scène Thomas Le Douarec.

Caroline, jeune femme à l’abondante chevelure blonde et crépue, se retrouve pour une audition, face à Stevie Soul, un manager et producteur aveugle, qui prétend avoir accompagné la carrière des plus grands : Michael Jackson, Quincy Jones, Diana Ross ou Stevie Wonder…

Au cours d’une improvisation à laquelle il la soumet, celui-ci décèle dans la voix de la jeune femme un "grain" de chanteuse black.

Or, du jour où elle a appris que son grand-père était noir et originaire de Dallas, Texas, Caroline a toujours rêvé, elle qui est blonde aux yeux bleus et née dans le Pas-de Calais, de devenir une "chanteuse noire".

Assurée que la cécité de Stevie Soul lui laisse ignorer la couleur de sa peau, elle lui fait d’autant plus facilement croire que sa voix lui vient de ses origines afro-américaines.

Mais ce qu’elle ignore c’est que son pygmalion est né en Alsace, que ses cheveux crépus sont une perruque et que, n’étant pas aveugle, il n’ignore rien, depuis leur première rencontre de sa blondeur et de la couleur de ses yeux.

 

" Le jour où je suis devenue chanteuse black" est une mini comédie musicale qui tire parti d’un prétexte délibérément "cousu de fil blanc" et déjanté, pour mieux devenir, à force d’une bonne humeur communicative et du savoir-faire des deux artistes qui occupent le plateau, un spectacle enthousiasmant où l’on se laisse porter.

Si le sujet est mince, il n’en est pas moins l’occasion d’un retour savoureux à la musique soul et groove des années 70-80 et d’un passage par des créations et parodies inédites inspirées, drôles, parfois burlesques et toujours agréablement rythmées.

 
Le charme du spectacle tient à la fois à la modestie du prétexte, aux clins d’œil aux codes de la comédie musicale et à ses paillettes, et à la "présence" sur scène de deux artistes formidables qui savent faire montre de l’étendue de leur talent sans jamais se prendre au sérieux.

Lauri Lupi est un Stevie toujours drôle sans jamais avoir recours à la moindre facilité et Caroline Dewismes est une superbe chanteuse et danseuse, aussi à l’aise en timide candidate au moment de l’audition que plus tard en meneuse de revue, façon Joséphine Baker avec coiffe de plumes sur la tête.

Un spectacle qui reste, avec intelligence et talent, dans les limites du divertissement pur et qui n’ "affiche" le professionnalisme de ses comédiens-chanteurs-danseurs que pour le plus grand plaisir du spectateur.

 

Francis Dubois

 

La Manufacture des Abbesses, 7 rue Véron, 75 018 Paris.

 
Réservations 01 42 33 42 03

 

La Manufacture des Abbesses

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La valse d’Icare »
    Un musicien qui s’est perdu dans le succès se retrouve au chevet de son fils, plongé dans le coma, et se retourne sur les années qui viennent de s’écouler. Fuyant un père plongé dans ses maquettes... Lire la suite (14 décembre)
  • « Au café Maupassant »
    Quoi de mieux qu’une brasserie pour observer les hommes et les femmes, écouter leurs dialogues, percevoir leurs mesquineries, leurs désirs, leurs angoisses, surtout quand on le fait en compagnie de... Lire la suite (13 décembre)
  • « Granma, les trombones de La Havane »
    Cuba a fêté cette année le soixantième anniversaire de sa Révolution. Désormais, alors que Fidel Castro est mort, que reste-t-il des idéaux et de l’espoir que souleva et soulève encore cette révolution,... Lire la suite (12 décembre)
  • "Portrait de Ludmilla en Nina Simone"
    « Portrait de Ludmilla en Nina Simone » est repris du 13 au 21 décembre au Théâtre des Abbesses 31, Rue des Abbesses 75018 Paris - 01 42 74 22 77 https://www.theatredelaville-paris.comLire la suite (11 décembre)
  • « Féministe pour homme »
    Noémie de Lattre n’a pas attendu l’affaire Weinstein et me-too pour parler des femmes et du féminisme dans ses pièces et dans son livre. Et sur ce sujet son spectacle, qui tient du théâtre, du cabaret... Lire la suite (6 décembre)