Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Nobuhiro Suwa (France-Japon)

« Le lion est mort ce soir » Sortie en salles le 27 décembre 2017.

Jean, un acteur vieillissant, est en tournage dans la sud de la France, une région où il a séjourné autrefois et avec laquelle il a gardé des liens.

Lorsqu’on lui annonce que la réalisation du film est suspendue pour plusieurs jours, il décide de rendre visite à une vieille amie et, non loin de là, s’introduit clandestinement dans une maison à demi abandonnée dans laquelle vivait autrefois Juliette qui fut le grand amour de sa vie.

Or, une bande d’enfants et adolescents, apprentis cinéastes, découvrent au même moment la même demeure en laquelle ils voient le décor idéal de leur prochain film d’horreur artisanal.

Jean et le groupe d’enfants vont fatalement se rencontrer.

Mais Jean acceptera-t-il de jouer dans le film des enfants qui, quand ils découvrent qu’il est acteur, le sollicitent pour tenir un rôle ?

Cinéma : Le lion est mort ce soir

En 2012, Nobuhiro Suwa rencontre pour la première fois, au Festival de La Roche-sur-Yon, Jean-Pierre Léaud. Tous deux y sont présents pour un rétrospective de leurs films. Pour Nobuhiro Suwa, Jean-Pierre Léaud, est une personnalité importante du cinéma et l’envie récurrente du cinéaste japonais de réaliser un film un jour avec lui se trouve renforcée au moment de leur rencontre quand il mesure la puissante poésie cinématographique de l’acteur mythique de la nouvelle vague.

Ils évoquent à peine un projet commun qui hantera celui dont le désir était de capturer la présence de l’acteur avec une caméra.

Le projet que Nobuhiro avait en tête était mince. Il tenait au départ en une simple image : Jean Pierre Léaud en présence d’une femme. Mais cette femme dans l’image, avait une particularité : c’était un fantôme.

Le projet prend forme. Le sujet de la mort s’installe. C’est un thème cinématographique qui plaît à Jean-Pierre Léaud qui a ses avis sur la question mais à la condition que la mort soit couplée avec l’affirmation de la vie. C’est alors que se greffe au sujet, cette histoire d’un groupe d’enfants apprentis cinéastes qui réalisent avec infiniment de sérieux mais avec beaucoup d’innocence, un film avec des fantômes.

Le vieil acteur, qui dans le rôle qu’il interprète vit les moments qui précèdent la mort, va retrouver à l’occasion d’une suspension de tournage les fantômes de son passé dans une vieille maison où vécut la grand amour de sa vie, que les enfants cinéastes découvrent et qu’ils désirent choisir comme le décor de leur film avec des fantômes...

«  Le lion est mort ce soir » est un film lumineux qui met face à face un Jean-Pierre Léaud immense d’inventivité de jeu, un groupe d’enfants remuants, inventifs, terriblement investis, sérieux vis a vis de leur projet, aussi joyeux que candides.

Le film est l’occasion de retrouver Jean-Pierre Léaud (la malice du réalisateur lui fait rencontrer une vieille amie interprétée par Isabelle Weingarten qui fut une de ses partenaires dans «  La maman et la putain  ») dans un film éclatant, à peine étrange et d’entrer dans la passion que de jeunes enfants se découvrent pour le septième art.

A voir.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Have a nice day »
    Alors qu’une pluie ininterrompue s’abat sur une petite ville du sud de la chine, Ziao Zhang, qui veut offrir les service d’un chirurgien renommé à son amie défigurée au cours d’une première opération... Lire la suite (23 juin)
  • « Jerico, l’envol infini des jours »
    C’est dans le village de Jérico, niché au cœur de la Cordillère des Andes où vivait sa grand mère que Catalina Mesa est allée à la rencontre de femmes qui, face à sa caméra, évoquent leur passé et leur... Lire la suite (23 juin)
  • « Sicilian Ghost story »
    Habitant d’ un village sicilien, Giuseppe, un garçon de 13 ans disparaît subitement. Toutes les éventualités sont envisagées, mais Luna, sa camarade de classe, écarte l’idée d’une disparition... Lire la suite (13 juin)
  • « Filles du feu »
    Elles ont à peine vingt ans et elles affrontent, en guerrières, l’état islamique au Kurdistan syrien. Dans cet endroit du monde où l’homme marche devant et la femme derrière, le fait qu’elles aient... Lire la suite (12 juin)
  • « Désobéissance »
    Ronit est allée vivre à Manhattan où elle est devenue une photographe reconnue. Elle est partie aux États-Unis pour faire carrière mais aussi, et peut-être plus encore, pour prendre de la distance avec... Lire la suite (10 juin)