Année 2017-2018

Le lycée de l’impossible (Reims)

Les réformes du lycée, du baccalauréat et de l’accès au supérieur vont conduire à des difficultés accrues pour les lycéens et futurs étudiants. Loin de répondre aux besoins éducatifs et permettre un accès élargi des élèves à des niveaux de qualifications élevés, elles vont constituer des freins et des éléments de fragilisations des parcours.

Amélioration des conditions d’encadrement ?
Non car rien n’est dit sur la possibilité d’horaires à effectifs réduits et d’un meilleur encadrement des élèves, le tronc commun va permettre au contraire « d’optimiser les structures ».

Amélioration de la cohérence des parcours ?

Non, car les parcours impliqueront des choix précoces pour les élèves qui auront des incidences y compris sur leur accès aux études supérieures. Par ailleurs, nous savons que les lycées ne pourront pas ouvrir toutes les spécialités, particulièrement dans des académies comme la nôtre ou certains lycées ont atteint un seuil critique d’effectifs.

Amélioration et simplication du bac  ?
Non car le renvoi à un contrôle continu organisé localement va fragiliser la valeur du diplôme. La multiplication des épreuves de contrôle continu en classe de première et de terminale va aussi désorganiser les enseignements, multiplier la perte d’heures de cours. C’est la folie évaluative !

Amélioration de la pratique de l’oral ?
Non car nous ne savons pas dans quelles conditions les élèves pourront préparer le grand oral prévu en épreuve terminale. Il n’y a pas d’horaires dédiés.

Quelle organisation de la classe de seconde à la rentrée prochaine ?
Que pouvons nous répondre aux familles qui nous interrogent ?

Et que dire de l’accès au supérieur ?
Le Conseil supérieur de l’Education réuni le 5 mars a massivement rejeté le projet de décret parcoursup. Le ministère refuse de retirer la disposition d’annulation de tous les vœux en cas de retard pour répondre à une seule proposition, les délais par ailleurs très courts peuvent conduire à la radiation d’un nombre important de candidatures. Est cela le dernier mot laissé aux lycéens comme le laissait entendre la communication ministérielle ?

Ce chamboule tout éducatif annonce un désastre pour le lycée.

Chantal Dupont

Autres articles de la rubrique Année 2017-2018