Actualité théâtrale

Théâtre 71 Scène Nationale de Malakoff jusqu’au 18 octobre avant départ en tournée.

"Le malade imaginaire" de Molière. Mise en scène de Jean Liermier.

Argan, un veuf remarié à Béline qui ne l’a épousé que pour sa fortune, est un hypocondriaque gémissant qui multiplie saignées, lavements et absorption de toutes sortes de remèdes.

Pour son confort d’éternel malade, il souhaite que sa fille épouse un médecin. Mais celle-ci a un autre projet et Toinette, la servante complice, plus d’un tour dans son sac…

Si on ne connaît pas la pièce de Molière sur le bout des doigts, il reste à l’esprit les moments qu’on a étudiés en classe, des bribes de tirades, la scène du poumon…

Et Molière ne désarme pas. Il est celui dont quatre ou cinq de ses pièces parmi les plus connues, continuent de se relayer sur les plateaux des théâtres de saison en saison.

Pas une saison théâtrale sans qu’on ne trouve à l’affiche " Le Tartuffe ", " Le Misanthrope ", " Dom Juan " ou ce " Malade imaginaire " dont Jean Liermier propose sa vision au Théâtre 71 après une longue tournée à travers la France.

Théâtre : le malade imaginaire

Le personnage d’Argan y est interprété par Gilles Privat qui en donne une interprétation "sur mesure" assez appuyée pour faire éclater de rire le public et plus encore, celui des scolaires auquel le spectacle est peut-être surtout destiné.

Il y a au moins deux options pour mettre en scène les comédies de Molière.

Celle où le texte est immédiatement lisible avec une mise en scène qui en permet une lecture limpide et qui puise ses effets attractifs dans les dialogues et rebondissements comiques de la pièce.

Une autre option peut offrir une "revisite" de l’œuvre, en extraire l’essentiel, remanier la construction comme a pu le faire Gwenaël Morin ou Philippe Adrien dans une adaptation franchement contemporaine, dernièrement au Théâtre de La Tempête.

Jean Liermier est, par son travail, dans le premier cas de figure et son " Malade imaginaire" qui refuse d’être audacieux ou trop inventif, s’en tient à une mise en scène peut-être un peu trop "raisonnable" mais efficace.

Les audaces ici et là semblent, elles-mêmes, un peu retenues. On attendait plus du parti-pris de disparité des costumes par exemple.

Une bonne idée que de faire de Béline une sorte de vamp à la chevelure blond-platine à la Marylin Monroe, mais on en reste là.

Les cauchemars d’Argan lui venant de sa peur de la mort, représentés par des marionnettes géantes spectaculaires auraient pu être plus exploitées.

Le parti-pris de réduire les divertissements (la fête turque), de tronquer la scène pour ne laisser voir après le prochain lever de rideau que quelques maigres traces de la fête, était également une bonne idée pour rompre avec une mise en scène attendue.

Mais dans tous les cas, on a l’impression que Liermier bride volontairement ses velléités d’audaces, qu’il fait preuve d’une sorte de prudence.

Il n’en demeure pas moins que son "Malade imaginaire" fait mouche et que l’interprétation de Gilles Privat sait convenir à ce qu’on en attend pour un plaisir immédiat.

Ces restrictions n’ont certainement guère d’importance et Jean Liermier réussit son travail de metteur en scène. Son spectacle tel quel, provoque le rire et ne laisse pas les spectateurs étrangers à la dimension plus grave de la pièce.

Francis Dubois

Théâtre 71 –Scène Nationale de Malakoff – 3, Place du 11 novembre 92 240 Malakoff.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) 01 55 48 91 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rémi Larrousse, Songes d’un illusionniste »
    Nous rêvons tous. Que nous révèlent nos rêves ? Cauchemars ou fantasmes, que signifient-ils ? Pour certains ils sont prémonitoires, d’autres y voient le rappel d’un passé oublié ou enfoui. Rémi... Lire la suite (14 décembre)
  • « Cap au pire »
    Cap au pire est l’un des derniers textes écrits par Beckett, un texte écrit en anglais et qu’il ne s’était pas résigné à traduire comme s’il avait hésité à se relancer dans ce dédale, un texte destiné à... Lire la suite (13 décembre)
  • « Probablement les Bahamas » de Martin Crimp
    Milly et Franck savourent le confort de leur cottage où s’annonce pour eux une retraite paisible. Ils ont même à leurs côtés pour faire barrage à leur solitude, la présence rassurante d’une étudiante... Lire la suite (13 décembre)
  • « Mélancolie(s) »
    La pièce commence au printemps, au milieu d’une journée magnifique. Le temps est à la fête pour l’anniversaire de Sacha qui est entourée de son mari qu’elle n’aime plus comme avant, d’Olympe sa sœur... Lire la suite (9 décembre)
  • « La fuite ! » Comédie en huit songes de Mikhaïl Boulgakov.
    1920. Les « Russes blancs » sont aux abois. La guerre civile qui a suivi la révolution bolchevique s’est finie en échec. Il ne reste plus à cette population que de fuir et d’aller trouver refuge en... Lire la suite (4 décembre)