Actualité théâtrale

Jusqu’au 25 janvier au Centre dramatique de La Courneuve

« Le malade imaginaire »

C’est la dernière comédie écrite par Molière, une comédie-ballet qui figure dans les programmes scolaires, qui a été beaucoup jouée, voire réécrite sur le même thème, comme on a pu le voir l’an passé avec La grande nouvelle au théâtre de La Tempête. C’est à la fois une comédie classique avec deux amoureux contrariés, un conflit père/fille et fille/belle-mère, mais c’est aussi une farce avec multiples allusions scatologiques et une charge contre la médecine conservatrice de l’époque, qui ne soigne qu’à coup de saignées et de lavements.

L’hypocondriaque Argan, au chevet duquel se pressent, avec force factures, un médecin et un apothicaire, souhaite marier sa fille Angélique à un médecin. Ce sera moins coûteux et plus commode, car il aura toujours un médecin à portée de main. Mais Angélique aime Cléante. Elle a deux alliés, Toinette la servante et Béralde, le frère d’Argan, et une ennemie, sa belle-mère, aidée par un notaire complaisant, qui souhaite l’envoyer au couvent avec sa sœur Louison, afin de rester seule héritière de ce mari dont elle attend la mort prochaine puisqu’il semble aller bien mal.

Théâtre : le malade imaginaire

La troupe du Centre dramatique de La Courneuve, qui fête cette année ses quarante ans, a fait appel à Grégoire Tachnakian pour une mise en scène qui a su jouer avec tous les aspects de la pièce, qui a réussi à la rendre actuelle en insistant sur ce qu’elle a d’universel et en faisant appel aux technologies modernes. Argan est devenu l’archétype de l’hypocondriaque, sot et dupe, monstre d’égoïsme, mais il apparaît aussi tellement humain avec son angoisse de la mort et de la solitude qui le rend incapable d’entendre le discours de raison que lui tiennent son frère et sa servante. Si dans Don Juan , c’est la statue du commandeur qui apparaît, ici Diafoirus apparaît en monument qui met en évidence sa prétention et son ridicule, accompagné d’un petit Thomas couronné de lauriers, statue blanche qui s’anime comme un clone de son père. La dimension de farce de la pièce est respectée, avec la cuvette de WC bien en vue, puisque c’est de ses selles qu’Argan est très préoccupé. Quand il entend Diafoirus ou son médecin, il se prosterne. Grégoire Tachnakian a aussi souhaité sortir la pièce du cadre figé de son époque. La maison d’Argan est équipée multimedia. Il communique avec sa femme par de nombreux téléphones. On ne voit celle-ci que par vidéo tout comme le notaire. Cela permet des gros plans qui révèlent la noirceur de l’âme de Béline. Mais cela donne aussi de la profondeur au personnage d’Argan qui dans un propos inaugural parle de l’obscénité de la mort et finit sur un appel angoissé « Y a personne ? ». Si les ballets grand siècle ont disparu, il reste de la musique, une vidéo très drôle qui évoque les bergers et bergères qui habitaient le début de la pièce et un émouvant duo chanté Angélique-Cléante. Quant au ballet final il passe du loufoque à la cacophonie et à la folie. Les acteurs sont tous très bons. On peut particulièrement saluer Mar Allgeyer qui incarne un Argan tantôt détestable, colérique, égoïste, tantôt pitoyable et Maria Gomez qui est une Toinette pleine de bon sens et de perspicacité qui tente de ramener son maître à la raison. Cette mise en scène permet de donner à la pièce de Molière toute sa profondeur.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 20h00, le dimanche à 16h30

Centre culturel Jean-Houdremont

Place de la Fraternité, 11 avenue du Général-Leclerc, 93120 La Courneuve

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 36 11 44

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Inflammation du verbe vivre »
    Alors que Wajdi Mouawad, le directeur de La Colline, avait souhaité se lancer dans une entreprise fleuve, mettre en scène les sept pièces de Sophocle qui nous sont parvenues, le poète auquel il... Lire la suite (14 novembre)
  • « Il y aura la jeunesse d’aimer »
    Le couple que formèrent Louis Aragon et Elsa Triolet, unis par l’amour et l’engagement politique, est devenu emblématique. Didier Bezace s’est associé à Bernard Vasseur, directeur du Moulin de... Lire la suite (11 novembre)
  • « Dans la luge d’Arthur Schopenhauer »
    Yasmina Reza résume son texte en disant qu’il s’agit « de quatre brefs passages en revue de l’existence par des voix différentes et paradoxales, ou encore d’une variation sur la solitude humaine et des... Lire la suite (9 novembre)
  • « Après la répétition »
    On sait la puissance des liens qui unissent souvent un metteur en scène et ses comédiennes. En cherchant comment jouer la séduction, la naissance de l’amour, la passion, la lassitude qui s’installe,... Lire la suite (2 novembre)
  • « Contrebrassens »
    Une femme qui chante Brassens cela surprend et enchante, quand elle a la malice et la grâce féminine que célébrait le grand Georges. Très inspirée par les textes et les mélodies du chanteur, car on... Lire la suite (1er novembre)