Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 décembre au Grand Parquet

« Le maniement des larmes »

Après s’être attaché à la question du pétrole ( Elf, la pompe à fric ), puis au nucléaire ( Avenir radieux, une fission française ), Nicolas Lambert consacre le troisième volet de sa trilogie Bleu-Blanc-Rouge à l’armement, le troisième secteur où nos valeurs démocratiques se trouvent, au fil des affaires, menacées.

Théâtre : Le maniement des armes

La pièce est organisée en trois parties, les deux premières s’attachent aux affaires liées aux ventes d’armes au Pakistan et à la Libye, la dernière s’interroge, à partir d’un discours de Michel Rocard, sur l’opportunité de l’armement nucléaire. Les deux premiers volets révèlent combien la démocratie est bafouée dans ces ventes d’armes. Le Parlement ne légifère plus depuis des lustres sur ces questions, réglées par le « Ministre de la Justice sur la base de décrets-lois pris à la sauvette ». Ces ventes donnent lieu à des tractations bassement politiques (libération des infirmières bulgares) ou au versement de commissions qui servent au financement occulte des campagnes électorales, quand elles n’aboutissent pas dans la poche de politiques corrompus ou d’intermédiaires véreux. Les enquêtes autour de l’attentat de Karachi sont au cœur des deux premières parties.

Nicolas Lambert fait entendre la voix des responsables politiques (Présidents de la République, Premiers Ministres, Ministres de la Défense) mais aussi celle des intermédiaires (Ziad Takieddine et Thierry Gaubert), des journalistes et les écoutes. Nicolas Lambert est tous ces personnages. Un écran précise dates et lieux des interventions des protagonistes dont il reprend les termes exacts. Il est excellent en Nicolas Sarkozy, imitant à la perfection ses mouvements d’épaule, ses haussements de menton, le balancement de ses bras, ses tics et sa façon d’éluder les questions gênantes. Mais il est aussi Anne Lauvergeon, Ziad Takieddine, le journaliste de télévision et l’enquêteur qui s’ennuie à l’écoute de conversations factices entre Ziad Takieddine et Thierry Gaubert, qui se savent écoutés. Il est assisté d’un musicien et d’un acteur qui, casques sur les oreilles, sont à l’écoute. Il y a des moments drôles, mais le ton est plus grave que dans Elf et la conclusion avec le discours de Michel Rocard, même s’il est empreint d’humour, sonne comme un avertissement lorsqu’il dit que la course aux armements est devenue ruineuse et que nos exportations d’armes dépendent de plus en plus de commandes venues de pays qui sont devenus des poudrières du terrorisme. Quant à la bombe atomique, c’est au danger de sa prolifération que l’on est aujourd’hui confronté.

C’est un cours d’histoire politique récente que nous offre Nicolas Lambert et l’on aimerait que tous les cours soient aussi passionnants que celui-là.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 15h.

Le Grand Parquet

35 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris

Réservations : 01 40 05 01 50

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La mégère apprivoisée »
    Un jeune homme Lucentio arrive à Padoue avec son valet, aperçoit une jeune fille fort jolie et en tombe amoureux. Mais le père de Bianca a décidé qu’elle ne pourrait se marier que lorsqu’un mari se... Lire la suite (24 janvier)
  • « Dom Juan ou le festin de pierre »
    Une adaptation du mythe de Don Juan et du texte de Molière d’une originalité et d’une force qui éveillent la réflexion et l’émotion. Même si Don Juan est un séducteur habile, il est loin de n’être que... Lire la suite (23 janvier)
  • « Comparution immédiate II : une loterie nationale ? »
    Plusieurs pièces se sont attachées ces derniers mois au spectacle des prétoires. Ce qui s’y passe ressemble souvent à du théâtre, les prévenus comme les avocats, le procureur et les juges se mettant en... Lire la suite (21 janvier)
  • « Le reste vous le connaissez par le cinéma »
    Présentée en juillet dernier au festival d’Avignon, cette version contemporaine des Phéniciennes d’Euripide, écrite par l’auteur britannique Martin Crimp et mise en scène par Daniel Jeanneteau, est... Lire la suite (20 janvier)
  • « Une histoire d’amour »
    Justine sort d’une histoire d’amour avec un garçon et tombe amoureuse de Katia, un amour brûlant. Justine veut un enfant, Katia trop blessée par la vie est très réticente. L’enthousiasme de Justine... Lire la suite (19 janvier)