Actualité théâtrale

Jusqu’au 20 décembre au Grand Parquet

« Le maniement des larmes »

Après s’être attaché à la question du pétrole ( Elf, la pompe à fric ), puis au nucléaire ( Avenir radieux, une fission française ), Nicolas Lambert consacre le troisième volet de sa trilogie Bleu-Blanc-Rouge à l’armement, le troisième secteur où nos valeurs démocratiques se trouvent, au fil des affaires, menacées.

Théâtre : Le maniement des armes

La pièce est organisée en trois parties, les deux premières s’attachent aux affaires liées aux ventes d’armes au Pakistan et à la Libye, la dernière s’interroge, à partir d’un discours de Michel Rocard, sur l’opportunité de l’armement nucléaire. Les deux premiers volets révèlent combien la démocratie est bafouée dans ces ventes d’armes. Le Parlement ne légifère plus depuis des lustres sur ces questions, réglées par le « Ministre de la Justice sur la base de décrets-lois pris à la sauvette ». Ces ventes donnent lieu à des tractations bassement politiques (libération des infirmières bulgares) ou au versement de commissions qui servent au financement occulte des campagnes électorales, quand elles n’aboutissent pas dans la poche de politiques corrompus ou d’intermédiaires véreux. Les enquêtes autour de l’attentat de Karachi sont au cœur des deux premières parties.

Nicolas Lambert fait entendre la voix des responsables politiques (Présidents de la République, Premiers Ministres, Ministres de la Défense) mais aussi celle des intermédiaires (Ziad Takieddine et Thierry Gaubert), des journalistes et les écoutes. Nicolas Lambert est tous ces personnages. Un écran précise dates et lieux des interventions des protagonistes dont il reprend les termes exacts. Il est excellent en Nicolas Sarkozy, imitant à la perfection ses mouvements d’épaule, ses haussements de menton, le balancement de ses bras, ses tics et sa façon d’éluder les questions gênantes. Mais il est aussi Anne Lauvergeon, Ziad Takieddine, le journaliste de télévision et l’enquêteur qui s’ennuie à l’écoute de conversations factices entre Ziad Takieddine et Thierry Gaubert, qui se savent écoutés. Il est assisté d’un musicien et d’un acteur qui, casques sur les oreilles, sont à l’écoute. Il y a des moments drôles, mais le ton est plus grave que dans Elf et la conclusion avec le discours de Michel Rocard, même s’il est empreint d’humour, sonne comme un avertissement lorsqu’il dit que la course aux armements est devenue ruineuse et que nos exportations d’armes dépendent de plus en plus de commandes venues de pays qui sont devenus des poudrières du terrorisme. Quant à la bombe atomique, c’est au danger de sa prolifération que l’on est aujourd’hui confronté.

C’est un cours d’histoire politique récente que nous offre Nicolas Lambert et l’on aimerait que tous les cours soient aussi passionnants que celui-là.

Micheline Rousselet

Du mercredi au samedi à 19h, le dimanche à 15h.

Le Grand Parquet

35 rue d’Aubervilliers, 75018 Paris

Réservations : 01 40 05 01 50

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Danser à la Lughnasa »
    Un jeune homme se souvient de l’été 1936 dans la maison familiale isolée en Irlande où il vivait avec sa mère et ses quatre tantes. Michaël s’en souvient car il y eut cet été là le retour de son oncle,... Lire la suite (16 septembre)
  • « Les naufragés » suivi de « La fin de l’homme rouge »
    Après Ressusciter les morts , Emmanuel Meirieu s’attache à nouveau à adapter deux livres témoignages, Les naufragés, avec les clochards de Paris de Patrick Declerck et La fin de l’homme rouge de... Lire la suite (16 septembre)
  • Théâtre 14
    Les nouveaux directeurs du théâtre 14, Mathieu Touzé et Édouard Chapot, proposent aux abonnés et aux curieux, pendant la durée des travaux au théâtre qui vont durer jusqu’au 20 janvier, UN PARCOURS... Lire la suite (13 septembre)
  • « Tempête en juin »
    Ce sont les deux parties de Suite française que Virginie Lemoine et Stéphane Laporte ont adapté et mis en scène (Virginie Lemoine seule pour la seconde partie) dans ces deux spectacles. Irène... Lire la suite (13 septembre)
  • « Marie-Antoinette »
    De Marie-Antoinette Stefan Zweig dit « Elle n’était ni la grande sainte du royalisme ni la grande « grue » de la Révolution, mais un être moyen, une femme en somme ordinaire, pas trop intelligente, pas... Lire la suite (13 septembre)