Actualité théâtrale

Jusqu’au 13 avril au Théâtre de l’Aquarium, partenaire Réduc’Snes

« Le mardi où Morty est mort »

Il y a d’abord un style, un texte d’un très jeune auteur suédois, écrit comme de la BD, mêlant l’absurde, le tragique et le burlesque. Cela commence avec des répétitions qui disent un quotidien sans grâce, le temps qui passe avec la vie qui coule et quand survient un événement c’est un voyage à Copenhague, l’étranger le plus proche pour un Suédois, ou … la mort. L’histoire de la pièce ? C’est une belle pagaille que le critique ne va pas s’essayer à raconter ! Que disent les personnages de ce qu’ils pensent vraiment ? Souvent rien par peur du jugement de l’autre. Ils restent dans le rang, ils alignent des banalités mais ils rêvent de voyages, d’amour, d’une autre vie ailleurs. La chance du spectateur c’est qu’il entend non seulement la voix qui s’exprime, mais aussi la voix intérieure des personnages, celle qui dit les excentricités dont ils rêvent, imagine les tourments qu’ils pourraient infliger à celle qui ne répond pas à leur amour, qui interpelle un Dieu bien sourd et aveugle, celle qui dit « si seulement j’avais… » et parfois « si on lâchait prise…. ».

Pour ce texte imprégné d’humour noir, François Rancillac a imaginé une mise en scène inventive et ludique. Les personnages évoluent, le plus souvent, le bas du corps masqué par une palissade rouge et verte, derrière laquelle ils peuvent disparaître, se changer et qui constitue un hors-champ porteur de mystère. La pièce débute avec des répétitions de bouts de phrases, « c’est le matin », « c’est le soir », « là c’est noël », « là c’est deux ans après » chacune ponctuée par un passage au noir et un éclairage différent, qui font rire la salle jusqu’au moment où le ton change. On entre vite dans ce mélange d’absurde, de burlesque et de choses plus graves caractéristique de la pièce. La musique, l’usage du micro soulignent ou amplifient ce qui est dit et révèlent les excès, voire le ridicule. Les cinq acteurs entrent à la perfection dans cet univers où le loufoque jongle avec le grave. Une mention particulière pour Morty, le chien par qui toute cette pagaille arrive, brillamment interprété par JuBonnet.

C’est original, dynamique, inventif et c’est une découverte, Rasmus Lindberg ayant tout juste dépassé les trente ans.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h

Théâtre de l’Aquarium

La Cartoucherie, Route du Champ-de-Manœuvre

75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 74 99 61

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La peau de l’eau »
    Un jour au pied du phare dont il est le gardien, August a découvert un canot. A son bord un homme mort et un bébé enveloppé dans un châle. Philomène la femme d’August, qui vient de faire une... Lire la suite (1er décembre)
  • « La vie est belle »
    En 1946, Franck Capra signait La vie est belle , une sorte de joli conte de Noël moderne, qui est toujours considéré comme un classique du cinéma américain. Stéphane Daurat, qui avait déjà adapté pour... Lire la suite (27 novembre)
  • « Le paradoxe amoureux »
    Philippe Honoré poursuit sa collaboration avec le metteur en scène Philippe Person, en adaptant l’essai de Pascal Bruckner, où celui-ci explore les multiples visages du sentiment amoureux, le désir,... Lire la suite (27 novembre)
  • « L’expérience de l’arbre »
    En 2008 le jeune acteur Simon Gauchet s’initie pendant un mois au Japon au théâtre Nô de l’école Kongo avec un maître, Tatsushige Udaka. À la fin de sa formation, alors qu’il doit repartir en France, il... Lire la suite (22 novembre)
  • « Nous pour un moment »
    Stéphane Braunschweig adapte pour la quatrième fois un texte du très inventif dramaturge norvégien Arne Lygre. Dans cette pièce se rencontrent, en six séquences assez brèves, une vingtaine de... Lire la suite (21 novembre)