Actualité théâtrale

À partir du 17 mars au Théâtre des Mathurins

« Le monde d’hier »

Dernier livre de Stefan Zweig, publié deux ans avant son suicide au Brésil en 1942, Le monde d’hier décrit de l’intérieur le faste puis l’anéantissement de cette MittelEuropa qui fut ce que la culture pouvait produire de plus raffiné. Celui dont les lecteurs se comptaient par millions, qui fut l’ami de tout ce que ce monde avait produit de plus cultivé et talentueux, Freud, Schnitzler, Rilke, Mahler, Strauss, qui fut l’incarnation parfaite de l’esprit viennois et de son cosmopolitisme, vit ses livres brûlés et se résigna à l’exil dès 1934. Étranger partout, en Autriche en tant que Juif et en Angleterre en tant que citoyen d’un pays ennemi, il écrit : « Même la vraie patrie, celle que mon cœur a élue, l’Europe, est perdue pour moi depuis qu’elle se déchire dans une guerre fratricide ». À travers son destin, c’est celui de toute une génération qu’il fait vivre.

Théâtre : le monde d'hier

Si les nouvelles de Stefan Zweig ont souvent été mises en scène, c’est la première fois que l’est cet ultime ouvrage. Laurent Seksik a choisi avec justesse et sensibilité des moments du livre qui témoignent de l’intelligence de la situation qu’avait Zweig et du jugement désespéré que cet humaniste portait sur une Europe emportée par la folie nationaliste. Patrick Pineau qui a beaucoup joué à l’Odéon, sous la direction entre autres de Georges Lavaudant, signe une mise en scène très sobre. Jerôme Kircher, qui a joué sous la direction des plus grands tels Patrice Chéreau, André Engel, Jean-Pierre Vincent, porte la parole de Stefan Zweig. En costume et chapeau gris, il dit avec une justesse et une sensibilité remarquables les mots simples, les phrases concises de celui que l’on peut considérer comme le plus grand novelliste de tous les temps. En à peine une heure, sur la petite scène des Mathurins, sans gestes inutiles, comme s’il nous parlait personnellement, il nous fait partager l’émotion, les regrets, la douleur de celui qui écrivit : « J’ai été le témoin de la plus effroyable défaite de la raison et du plus sauvage triomphe de la brutalité. Jamais une génération n’est tombée comme la nôtre d’une telle puissance intellectuelle dans une telle décadence morale ». Il donne envie à tous les spectateurs de se plonger dans l’intégralité de ce texte qui résonne toujours aujourd’hui.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h, le dimanche à 15h

Théâtre des Mathurins

36 rue des Mathurins, 75008 Paris

Réservations : 01 42 65 90 00

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Rabelais »
    En 1968 Jean-Louis Barrault était prêt à monter à l’Odéon, théâtre qu’il dirigeait, un spectacle sur Rabelais, qui ne s’en tenait pas qu’à Gargantua et Pantagruel mais puisait aussi dans le Tiers, le... Lire la suite (12 décembre)
  • « Jusqu’ici tout va bien »
    Tout le monde a le souvenir d’un de ces repas de Noël où tout part en vrille. À la faveur de ce repas, souvent fort long et bien arrosé censé montrer l’amour que l’on porte à sa famille, il arrive que... Lire la suite (12 décembre)
  • « J’ai des doutes »
    François Morel a eu envie d’aller au paradis rendre visite à Raymond Devos. Cela commence par la petite musique de la chanson Le clown est mort et sur un grand coup de tonnerre Dieu-François Morel... Lire la suite (10 décembre)
  • « Europa (esperanza) »
    Sur une plage d’Alger deux jeunes, Nader et Djamel, 14 ans et 12 ans et demi discutent. Ils voient juste en face « l’Europe lascive Babylone ». De cette Europe ils n’ont qu’une miette, un portable, «... Lire la suite (9 décembre)
  • Des reprises
    La fin de l’homme rouge Reprise à L’Atalante, 10 place Charles Dullin, 75018 Paris du 3 janvier au 3 février Réservations 01 46 06 11 90 Deux parties : Le temps du désenchantement et Dix... Lire la suite (5 décembre)