Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Frédérique Pressmann (France)

"Le monde en un jardin" Sortie en salle le 22 janvier 2014.

Sur la colline de Belleville, à la suite d’une vaste opération de rénovation urbaine, un parc a vu le jour.

Parvenu aujourd’hui à maturité après vingt-cinq années d’existence, ce havre de verdure est devenu un des jardins les plus populaires de la capitale.

Il reçoit quotidiennement la visite de simples promeneurs mais également, celle de nombreux habitués du quartier qui y ont planté leurs marques.

Gérard, le chef jardinier-philosophe règne sur la végétation tout en accueillant les uns et les autres et en leur prodiguant des secrets d’horticulteur.

Une accordéoniste solitaire, un ami des chats, des mères de famille, des retraités, des jeunes gens désœuvrés s’y côtoient, recherchant dans ce lieu familier remède à leur solitude ou un endroit calme où se retrouver.

Elle-même habituée du Parc de Belleville, Frédérique Pressmann, réalisatrice de documentaires et de créations sonores pour Arte et France Culture a été marquée par sa rencontre avec Gérard, le chef jardinier.

Et c’est cet homme "de proximité", dont l’optimisme et la foi en l’espèce humaine sont réjouissants et communicatifs, qui lui a fourni une image nouvelle sur la vie de quartier.

Avec lui, elle partage une passion pour le végétal mais au-delà, pour le sens du contact humain.

" Le monde en ce jardin" gravite autour du personnage de Gérard, la richesse du personnage, son verbe fort et généreux, le regard très personnel qu’il porte sur le monde et sa grande tolérance.

Mais cette présence charismatique n’aurait pas suffi à" faire" le film.

Au parc de Belleville, nous sommes au cœur d’un quartier en pleine mutation dont la population regroupe à la fois des vieux habitants qui se sont plus ou moins adaptés à la transformation de cet îlot dont ils gardent un souvenir précis et beaucoup de nostalgie, des familles d’immigrés et une population de bourgeois bohèmes chez qui résonne le passé "folklorique" du quartier qui fut l’un des plus populaires de Paris.

"Le monde en ce jardin" fonctionne à la fois sur des témoignages passionnants – Moussa, jeune habitant de Belleville qui porte un regard politique, lucide et précis, sur la jeunesse à laquelle il appartient, cette vieille dame d’origine maghrébine au manteau rouge qui s’apprête à finir sa vie dans l’hypothétique obtention d’un studio de quinze mètres carrés, une jeune mère très "pédagogue"- et sur le paradoxe que constitue le lieu même : comment la nature a pris racine sur les ruines d’un quartier à bout de souffle pour devenir un lieu qui inspire le renouveau d’un lien social.

Le parc de Belleville se révèle comme un huis-clos à ciel ouvert, comme un modèle réduit de notre société, avec ses enjeux, ses difficultés et ses richesses. Avec la description d’un microcosme, il donne un certain visage de la France.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les Grands voisins. La cité rêvée »
    Maël est un artiste peintre sans papiers, Adrien est luthier et musicien. Eux et d’autres résidents de tous crins et venus de tous les horizons ont donné naissance à une utopie moderne en plein cœur... Lire la suite (14 mai)
  • « The room »
    Kate, elle traductrice et Matt artiste peintre, un couple de trentenaires dans l’impossibilité d’avoir un enfant, lassés d’une existence citadine s’installent dans une maison isolée qu’ils ont achetée... Lire la suite (14 mai)
  • « Benni »
    Benni est une fillette de dix ans enfermée depuis sa petite enfance dans un état d’ instabilité, une suractivité permanente et des accès de violence qu’elle ne parvient pas à contenir. Prise en charge... Lire la suite (17 mars)
  • « Le cœur du conflit »
    Un cinéaste japonais et une cinéaste française décident de faire ensemble, non pas un enfant qui serait jeté en pâture à une société offerte à un avenir de plus en plus inquiétant, mais un « enfant... Lire la suite (11 mars)
  • « Femmes d’Argentine »
    En Argentine l’IVG est interdite et les femmes qui la pratiquent clandestinement peuvent encourir des peines de prison si elles sont dénoncées. Toute hospitalisation pour traiter les séquelles d’un... Lire la suite (10 mars)