Actualité théâtrale

au T2G Théâtre de Gennevilliers

"Le musée de la mer" de Marie Darrieussecq Mise en scène de Arthur Nauziciel

Après avoir présenté à Reykjavik deux de ses mises en scène, "Le malade imaginaire ou le silence de Molière" et "L’image", Arthur Nauziciel s’est vu proposer par le Théâtre National d’Islande, d’y réaliser une création..
Le metteur en scène français dont le travail est parfois déroutant se savait des point communs avec la romancière Marie Darrieussecq, et en dehors d’un goût commun pour l’Islande, ils avaient celui des fantômes, des histoires de famille, des voyages lointains.
Marie Darrieussecq s’est souvenue de cette histoire remontant à la seconde guerre mondiale où l’armée de libération italienne, face au manque de nourriture, avait fini par manger les poissons du Musée de la mer. Elle a trouvé là, le sujet de la pièce qu’elle allait écrire et l’a proposé à Arthur Nauziciel comme l’aventure qu’ils allaient mener ensemble.

© Frederic Nauczyciel

Il résulte du travail en commun de ces deux artistes, une pièce imprévisible, un moment de théâtre reposant sur une atmosphère singulière, avec des personnages à l’étrange consistance, à la fois exposés à un réalisme palpable et s’en évadant parfois pour aller vers une transparence qui les fait appartenir au domaine du conte avec, notamment avec le personnage non identifiable de Bella, une sorte de monstre à la fois terrorisant, monstrueux mais qui pleure comme un enfant ;
Liz et Will débarquent chez May et Man avec leurs deux enfants. Ils ont dû abandonner leur voiture faute d’essence et se sont présentés dans la première maison venue. Or la maison qu’habitent May et Man est le musée de la Mer avec ses aquariums où ne subsistent plus que quelques spécimens d’espèces assez communes…
La maison baigne dans une humidité oppressante et Bella s’y contorsionne sans qu’on sache la raison de cette imprévisible agitation.
Une énorme bulle transparente, de grands murs de plastique dégoulinants de gouttelettes d’eau, un sol détrempé où les personnages se vautrent.
Le spectacle du duo Nauziciel-Darrieussecq se dérobe au moment où on croit en saisir le sens et il n’y a plus qu’à se laisser porter par cette histoire qui en est une et qui n’en est pas, sans doute livrée, comme ça semblait être le souhait de la romancière à l’imagination du spectateur.
Dans tous les cas, la singularité du spectacle, ses fausses pistes et peut-être ses personnages illusoires finissent par nous captiver, laissant sans cesse notre curiosité en éveil.
Francis Dubois

T2G Théâtre de Gennevilliers
41 avenue des Grésillons 92 230 Gennevilliers
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 32 26 26
www.theatre2gennevilliers.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Tableau d’une exécution »
    En 1571 la République de Venise commande à une femme peintre, Galactia, un tableau monumental destiné à célébrer la victoire de Lépante, que la Sainte Ligue vient de remporter sur l’Empire ottoman.... Lire la suite (19 janvier)
  • « My ladies rock »
    En 2015 Jean-Claude Gallotta avait enthousiasmé le Rond-Point avec My rock . Il avait souhaité faire se croiser sur la scène le rock et la danse contemporaine. Cette fois il rend hommage aux femmes... Lire la suite (19 janvier)
  • « Les reines »
    La scène se situe le 20 janvier 1483 à Londres, dans les ténèbres d’un palais envahi par la peur, où le Roi Édouard IV est en train d’agoniser tandis que son frère Richard III prépare son règne en... Lire la suite (18 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Cette pièce, adaptée du roman de Flaubert avec des références à "Jules et Jim" de Truffaut, a fait l’objet d’une critique, lisible ici « Nos éducations sentimentales ». Un autre contributeur a voulu y... Lire la suite (18 janvier)
  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)