Actualité théâtrale

Au Nouveau Théâtre de Montreuil, du 15 mars au 15 avril

"Le mystère du bouquet de roses" de Michel Puig, mise en scène de Gilberte Tsai

On connaît surtout Michel Puig, écrivain argentin, pour "Le baiser de la femme araignée" dont l’adaptation au cinéma connut le succès, ou pour "La trahison de Rita Hayworth". "Le mystère du bouquet de rose" est le dialogue ininterrompu entre une vieille dame riche souffrante et son infirmière, une femme sans âge que la vie a cabossée avant de la laisser sur la touche.
Pendant une heure quarante, dans le décor unique d’une chambre de clinique, les deux femmes vont s’approcher, s’opposer, se mentir, se rejeter, se rapprocher et nous faire découvrir, au détour d’une phrase, au hasard d’un comportement, d’une réaction, d’un geste, ce que chacune d’elle enfouissait jusque là dans le silence. Leur approche est prudente, guidée par les règles qui régissent les relations entre maître et serviteur. La patiente est une vieille dame capricieuse qui, parce qu’elle s’était depuis longtemps refusée à se laisser aller à toute émotion, repousse la sympathie que lui inspire celle qui est rentrée à son service. et qui, pourtant, pourrait représenter un palliatif à sa maternité frustrée, à la douloureuse privation d’un petit fils mort prématurément et qu’elle idéalise dans son souvenir.
La vérité se dévoile. L’éclairage se fait partiellement sur le passé des deux femmes et leur dialogue prend alors des allures d’enquête dont devrait ressortir la vérité sur un passé jalousement gardé, distillé avec un mélange de parcimonie, de pudeur et de respect des règles de la hiérarchie sociale. Quelque chose se passe entre les deux femmes qui sert de déclencheur et la solitude, l’isolement ou l’approche de la mort feront le reste.
Gilberte Tsai a opté pour une mise en scène à la fois fluide et tendue et, pour les épisodes oniriques du récit, de jeux de lumière subtils. Elle s’est entourée de deux comédiennes magnifiques. Christine Cohendy est époustouflante en vieille dame capricieuse, vestale des bonne manières et de la hiérarchie sociale. Elle sait donner le temps d’une lueur dans l’œil la malice ou l’effet de la solitude. Sylvie Debrun est à l’opposé toute en retenue et candeur. Discrète et appliquée, elle n’est sans doute pas la plus ignorante du jeu de dupes qui s’est engagé entre elle-et la vieille dame.
Un beau spectacle drôle et touchant mené avec autant de rigueur que de souplesse par une Gilberte Tsai très inspirée.
Francis Dubois

Nouveau Théâtre de Montreuil,
10 place Jean-Jaurès. 93 100 Montreuil.
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative) : 01 48 70 48 90
ou www.nouveau-theatre-montreuil.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)