Actualité théâtrale

à la Manufacture des Abbesses

"Le nazi et le barbier" Jusqu’au 15 juin

Adaptée d’un roman d’Edgar Hilsenrath, né en 1926 dans une famille juive allemande et qui a erré du ghetto roumain de Mogilev-Podolsk à New-York, en passant par Israël et la France, avant de revenir en Allemagne où il vit toujours, la pièce est à l’image de cette vie mouvementée digne d’un roman de Kafka. C’est Max Schulz, fils bâtard mais aryen de pure souche, qui raconte son histoire. Ami de son voisin juif, Itzik Finkelstein, le fils du coiffeur, il ne tarde pas à s’engager dans la SS, à devenir un génocidaire consciencieux, assassinant son ami et ses parents. Lors de l’arrivée des Russes, il parvient à se circoncire, à se tatouer et à prendre l’identité de son ancien ami. Avec son nom il partira en Palestine, prendra les accents d’un sioniste militant, deviendra barbier en Israël et y mourra apparemment sans remord, puisque Dieu est bien plus coupable que lui !

Le ton de la pièce surprend. On passe du réalisme le plus cru à une sorte de rage, de la vulgarité au lyrisme, pour raconter sur le mode du grotesque et de la dérision une histoire de viol, de meurtre et de crime de masse. Pour mettre sur scène ce récit déjanté, où une dérision rageuse masque une certaine désespérance face aux turpitudes dont est capable un homme, il fallait un acteur capable à la fois de mener à bien le récit et de jouer plusieurs personnages. C’est David Nathanson qui est successivement Max Schulz et Itzik Finkelstein, mais il est aussi la mère de Max, son patron, il est celui qui tue dans les camps, mais aussi celui qui fête la naissance d’Israël. Pour accompagner sa performance, pas de décor, seulement un fauteuil de barbier, point d’ancrage de sa vie d’avant et d’après, et l’enseigne lumineuse de la boutique du barbier « L’homme du monde » qui ajoute encore à l’ironie amère de l’ensemble.

Crédit : Thérèse Gacon

Il est seul en scène, il endosse les voix et les attitudes de tous les personnages, il dialogue avec lui-même et avec son histoire. Il est l’enfant craintif violé par l’amant de sa mère, éructe aux discours de Hitler, part dans les rues tabasser les juifs, apprécie la beauté paisible du camp de concentration et exulte en jeune sabra sautillant. Il est violent, cynique, ironique et sert avec beaucoup de talent cette pièce surprenante qui interroge le spectateur bien après la fin de la représentation.

Micheline Rousselet

Les jeudi, vendredi et samedi à 19h
Manufacture des Abbesses
7 rue Véron, Paris 75008
Réservations : 01 42 33 42 03
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)