Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 janvier au Lucernaire

« Le neveu de Rameau »

Un philosophe ( Moi ) raconte ses rencontres dans un café du Palais Royal avec un original, fantasque et excentrique, lui aussi philosophe à sa manière. Lui est le neveu de Rameau, mais c’est un musicien raté, excédé par la réussite de son oncle, un traîne-savate provocateur et amoral toujours à la recherche d’un gîte et d’un couvert.

Théâtre : le neveu de Rameau
Diderot fait de cette rencontre un duel philosophique, où de nombreux thèmes seront abordés, l’éducation, l’immoralisme, l’aide aux indigents, la musique, le génie, la flatterie. Le philosophe incarne la réflexion et fait parler Rameau, qu’il regarde avec une certaine ironie. Rameau se flatte d’être un bouffon dont les bourgeois ont besoin pour animer leurs dîners.

Il réfute les valeurs morales imposées par la société, remarque que chacun agit selon ses intérêts, qu’il faut être immoral pour réussir et fait l’éloge du parasitisme.

Un guéridon, deux chaises, une bouteille, des verres, un morceau de clavecin et voici posé le cadre de cette rencontre. Pour le metteur en scène Jean-Pierre Rumeau, « la priorité est l’expression des acteurs qui donne vie aux idées ». Son intention est « d’habiller les idées abstraites d’un corps, de sueur, d’énergie débridée et de mouvements ». Et il a choisi des acteurs capables d’exprimer, avec un raisonnement impeccable dans un cas comme dans l’autre, des sentiments nobles ou les pensées cyniques de celui qui se moque des valeurs. Gabriel Le Doze, vêtu élégamment d’un costume beige, est Moi , le philosophe qui observe Lui avec une bonne dose d’ironie, s’interroge sur ses contradictions et son manque total de vertu. Il marche, tourne autour de Lui et s’interroge. Lui , c’est Nicolas Vaude, clown de génie qui dérange les certitudes du philosophe. En tenue débraillée, pantalon retenu par une ficelle, longue redingote noire poussiéreuse, il pérore, parle avec les mains, son visage est d’une expressivité surprenante. Il est formidable.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 17h. Relâches les 12 et 13 décembre

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)