Actualité théâtrale

Jusqu’au 3 janvier au Lucernaire

« Le neveu de Rameau »

Un philosophe ( Moi ) raconte ses rencontres dans un café du Palais Royal avec un original, fantasque et excentrique, lui aussi philosophe à sa manière. Lui est le neveu de Rameau, mais c’est un musicien raté, excédé par la réussite de son oncle, un traîne-savate provocateur et amoral toujours à la recherche d’un gîte et d’un couvert.

Théâtre : le neveu de Rameau
Diderot fait de cette rencontre un duel philosophique, où de nombreux thèmes seront abordés, l’éducation, l’immoralisme, l’aide aux indigents, la musique, le génie, la flatterie. Le philosophe incarne la réflexion et fait parler Rameau, qu’il regarde avec une certaine ironie. Rameau se flatte d’être un bouffon dont les bourgeois ont besoin pour animer leurs dîners.

Il réfute les valeurs morales imposées par la société, remarque que chacun agit selon ses intérêts, qu’il faut être immoral pour réussir et fait l’éloge du parasitisme.

Un guéridon, deux chaises, une bouteille, des verres, un morceau de clavecin et voici posé le cadre de cette rencontre. Pour le metteur en scène Jean-Pierre Rumeau, « la priorité est l’expression des acteurs qui donne vie aux idées ». Son intention est « d’habiller les idées abstraites d’un corps, de sueur, d’énergie débridée et de mouvements ». Et il a choisi des acteurs capables d’exprimer, avec un raisonnement impeccable dans un cas comme dans l’autre, des sentiments nobles ou les pensées cyniques de celui qui se moque des valeurs. Gabriel Le Doze, vêtu élégamment d’un costume beige, est Moi , le philosophe qui observe Lui avec une bonne dose d’ironie, s’interroge sur ses contradictions et son manque total de vertu. Il marche, tourne autour de Lui et s’interroge. Lui , c’est Nicolas Vaude, clown de génie qui dérange les certitudes du philosophe. En tenue débraillée, pantalon retenu par une ficelle, longue redingote noire poussiéreuse, il pérore, parle avec les mains, son visage est d’une expressivité surprenante. Il est formidable.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 17h. Relâches les 12 et 13 décembre

Théâtre du Lucernaire

53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée »
    Comme chaque semaine le Comte se rend chez la Marquise le jour où elle tient salon. Il craint qu’elle ne soit entourée de la foule habituelle des importuns, mais ce jour-là la météo en a décidé... Lire la suite (14 juin)
  • « L’avare »
    Comme l’a dit Louis Jouvet, ce n’est pas tant une passion de l’argent qui habite Harpagon, qu’une maladie qui le rend stupide, dur et égoïste à un degré magnifique ». C’est ce côté très noir qui habite... Lire la suite (13 juin)
  • « VxH – La voix humaine »
    Une femme attend, seule à côté d’un téléphone, un signe d’amour de celui qui l’a quittée. Elle parle, comprend, l’excuse, s’excuse. Elle aime toujours, s’invente des culpabilités pour ne pas faire face à un... Lire la suite (12 juin)
  • « L’Établi »
    Dans la foulée de mai 1968, des étudiants militants maoïstes choisirent de s’établir en usine pour encourager la création d’un mouvement révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Robert Linhart,... Lire la suite (11 juin)
  • « King Kong Théorie »
    Paru en 2006, l’essai de Virginie Despentes a été présenté comme « un manifeste pour un nouveau féminisme ». Les controverses se déchaînèrent autour du livre où l’auteur parlait du viol qu’elle avait subi... Lire la suite (4 juin)