Actualité théâtrale

Comédie des Champs Elysées

"Le nombril" de Jean Anouilh Mise en scène de Michel Fagadau


En 2010 apparaît à l’affichage des théâtres parisiens une pièce de Jean Anouilh. C’est "Colombe" qui réunit dans sa distribution Annie Duperrey et sa fille Sarah Giraudeau. Ce retour survient alors qu’on commençait à penser que Jean Anouilh, comme beaucoup de ses compagnons de la décennie 60, avait été relégué au rang des auteurs dépassés par le temps.
"Colombe" remporta un franc succès et c’est toujours à la comédie des Champs Elysées que Michel Fagadau exhume un autre texte d’Anouilh "Le nombril" qui aura été non seulement la dernière pièce écrite pas l’auteur mais aussi la dernière mise en scène de Fagadau, décédé à peine quelques jours après la première. représentation.
Jean Anouilh fut un auteur éclectique. Ses textes allèrent de sa célèbre "Antigone" à des comédies satiriques, souvent grinçantes, vouées aux mots d’auteur mais toujours solidement construites. Il se distingua de ses contemporains André Roussin ou Félicien Marceau sans pour autant approcher la famille de ceux qu’il admirait, Ionesco ou Beckett.
Ici, un auteur à succès qui se trouve être en panne d’écriture, et depuis quelque temps en panne de notoriété, est exposé à toutes sortes de tracas de la vie quotidienne. La goutte le fait souffrir et son médecin le prive de cigarette, d’alcool, et le théâtre d’avant-garde qui rapplique menace de le mettre au rancart. Un ami a besoin d’argent et fait appel à sa générosité, une de ses filles a un amant et compte divorcer de son riche mari, une autre épouse un jeune homme désargenté, son fils est en recherche d’un avenir autonome et sa femme a un besoin urgent de changer de voiture sans compter que son vison a bien vieilli…
Tout cet entourage préoccupé que de lui même lui inspire le sujet de sa prochaine pièce "Le nombril"
Ici, plus encore, la pièce est toute entière ce qu’en font les comédiens qui la jouent, car le texte, bondissant de mots d’auteur, pourrait s’offrir à tous les excès, toutes les dérives, à toutes les facilités vis à vis d’un public qui ne cracherait pas sur le morceau.
Rien de cela sur le plateau de La Comédie des Champs Elysées et, de Francis Perrin à Christian Bouillette en passant par Davy Sardou, personne ne mord le trait. Chacun est là pour amuser mais les partitions se jouent en mode mineur et n’en perdent pas pour autant leur efficacité boulevardière. Et puis, il y a Francine Bergé dans le rôle archi éprouvé de la bourgeoise superficielle, intéressée et capricieuse. On a envie de la remercier pour son talent. Elle a la fougue d’une Maillan, l’élégance d’une Feuillère et le panache des plus grandes. C’est une comédienne rare qu’il faut aller applaudir. Elle vaut, à elle seule, le détour !
Francis Dubois

Comédie des Champs Elysées
15 avenue Montaigne 75 008 Paris
Réservation au 01 53 23 99 19 (se recommander du Snes et de cet article ; (partenariat Réduc’snes non réalisé mais demandé)
www.comediedeschampselysées.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’éveil du Printemps » de Alat Fayez
    A est un jeune étudiant, habitant de la planète Platonium. Il rêve d’aller un jour vivre sur la Terre qui le fascine à chaque fois qu’il la voit se lever, belle et impressionnante de luminosité... Il... Lire la suite (16 janvier)
  • « Cirque Plein d’Air » Les Caramels fous
    Au début du siècle dernier, un cirque installé à la périphérie de Paris et qui avait jusqu’ici joui d’un grand succès se retrouve subitement au bord de la faillite. La mort de la femme à barbe qui... Lire la suite (16 janvier)
  • « Nos éducations sentimentales »
    Dans L’éducation sentimentale, Flaubert faisait le portrait d’un jeune homme Frédéric qui arrivait à Paris prêt à se lancer à la conquête de la capitale. À la recherche d’une position sociale enviable,... Lire la suite (15 janvier)
  • « L’autobus »
    Ils sont neuf voyageurs dans un autobus dont le conducteur invisible semble avoir pris son indépendance, ne respectant ni les horaires ni le code de la route ni même le trajet, un voyage infernal... Lire la suite (12 janvier)
  • « Le souper »
    Le 6 juillet 1815 alors que la défaite de Napoléon est consommée, que les troupes coalisées sont dans Paris et que la révolte populaire gronde, Talleyrand, homme politique et diplomate à la carrière... Lire la suite (12 janvier)