Actualité théâtrale

Jusqu’au 26 mai au Théâtre de la Tempête

« Le pas de Bême »

Bême est un fils agréable et un élève brillant, studieux et actif en classe. Il est bien intégré, a des amis et même une petite amie. Cet élève parfait n’a qu’un problème. Il rend systématiquement et pour toutes les matières une copie blanche aux devoirs sur table ! Ce n’est pas un rebelle, il ne revendique rien et ne donne aucune explication. Les menaces sont sans effet, les zéro non plus. Pour ne pas pénaliser cet élève gentil et intelligent, les professeurs ont choisi en désespoir de cause de lui mettre 10. Mais tout comme le « I would prefer not to » du Bartleby de Herman Melville, cette situation déstabilise tout le monde et installe le trouble dans la classe, chez les enseignants et dans l’institution scolaire toute entière.

Théâtre : le pas de Bême

Adrien Béal et la Compagnie du Théâtre Déplié ont eu l’idée de la pièce en partant d’un texte de Michel Vinaver, L’objecteur . Il y racontait l’histoire d’un jeune soldat, Bême, qui un jour sans avoir réfléchi ni prémédité son geste et sans explication, avait posé son fusil au sol. Ce sont les perturbations causées par ce geste qui ont intéressé le metteur en scène. Le dispositif scénique est simple. Un plateau vide autour duquel s’asseyent les spectateurs. Les trois acteurs (Olivier Constant, Charlotte Corman et Etienne Parc) sont assis au premier rang parmi eux, se lèvent et parlent, échangeant les rôles avec une fluidité stupéfiante. Tantôt professeurs, tantôt proviseur, tantôt parents, tantôt Bême, tantôt ses camarades qui cherchent à l’aider, tantôt au cours d’éducation physique, tantôt face au professeur principal. Les scènes s’enchaînent sans colère ni drame. On est plongé dans l’opacité de la décision de Bême et dans les interrogations qu’elle suscite chez tout le monde. C’est drôle et extrêmement vivant. Chacun parle, raconte, commente, émet des hypothèses. Les professeurs tentent de le raisonner, lui parlent bac ou conseil de discipline. Les élèves votent, discutent. Bême reste silencieux, impassible campant sur son refus d’écrire.

Un vertige délicieux s’empare du spectateur quand, à la fin, il se demande si cette « objection » ne pourrait pas faire trembler l’ordre établi et s’il n’y a pas, en lui aussi, un rebelle qui pourrait se réveiller.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30

Théâtre de La Tempête

Cartoucherie

Route du Champ-de-Manoeuvre, 75012 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 43 28 36 36

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Ruy Blas »
    Cet été le château de Grignan se met à l’heure de l’Espagne du XVIIème siècle pour accueillir le drame romantique de Victor Hugo. La reine d’Espagne vient d’exiler Don Salluste qui a déshonoré une de ses... Lire la suite (21 juillet)
  • La nuit juste avant les forêts
    Tout d’abord, il y a le texte, dur, puissant, superbe, qui résonne fortement avec l’actualité. Et pourtant, Bernard-Marie Koltes l’a écrit et fait représenter dans le Off d’Avignon en 1977. Il ne sera... Lire la suite (20 juillet)
  • Alain Paris chante les fables de La Fontaine
    Est-ce l’horaire ? Est-ce le lieu très excentré près des remparts de l’Oulle ? Il y avait peu de monde pour ce joli spectacle et c’est bien dommage. Alain Paris chante les fables de La Fontaine,... Lire la suite (17 juillet)
  • Beaucoup de bruit pour rien
    La modernité de cette pièce écrite en 1600 est saisissante. Elle est accentuée par la mise en scène intelligente de Salomé Villiers et Pierre Hélie. L’action est placée dans un cadre qui évoque tout... Lire la suite (8 juillet)
  • « Dévotion, dernière offrande aux dieux morts »
    Clément Bondu, écrivain, poète, musicien et metteur en scène en résidence aux Plateaux Sauvages signe le texte et la mise en scène de ce spectacle dont il nourrissait le projet depuis plusieurs années... Lire la suite (3 juillet)