Actualité théâtrale

Théâtre Contemporain Lucernaire Jusqu’au 3 décembre 2017

« Le pavé dans la Marne », de et avec Jean-Paul Farré. Réduc’Snes

Il entre sur le plateau,chemise blanche, pantalon noir à bretelles, mi-gentleman, mi-clown, l’œil qui frise et dès les premières phrases de son monologue, on entrevoit ce que sera le ton de ce spectacle que Jean-Paul Farré adapté pour la scène de son ouvrage publié en 2014 et dédié à ses deux grands pères mobilisés le 1er août 1914.

Théâtre : Le pavé dans la Marne

Jean-Paul Farré conduit la première partie de la pièce comme un retour sur le déroulement de cette première guerre mondiale, à la façon d’un cours magistral, en revenant sur les faits qui l’ont marquée mais en les revoyant à sa manière.

Depuis l’assassinat de l’archiduc François Ferdinand le 28 juin 1914 à Sarajevo en passant par la bataille de la Marne, la défaite française, le sombres manœuvres de diplomates en sous-main, l’intransigeance obtuses des uns, les déclarations claironnantes des autres comme celle du Président du Conseil René Viviani ( La mobilisation n’est pas la guerre) ...

Et si la Grande Guerre n’avait duré que quarante-cinq jours au lieu de 1562...

Jean-Paul Farré n’hésite pas à bousculer le récit national, toutes les certitudes sur cette guerre qui vont avec, et le spectacle devient la réécriture de l’histoire par une sorte de clown qui saurait rester grave et précis derrière le rire.

Entre une vraie fausse conférence historique et une représentation du « Théâtre aux armées » par un clown, ce monsieur Loyal évolue dans un castelet de foire avec, comme dans « l’histoire du soldat » l’accompagnement au violon de Muriel Raynaud dont les accords aigrelets représente à la fois les musiciens des tranchées et les femmes de soldats dans leur attente angoissée.

Puis, au survol mi ironique mi grinçant des différents épisodes de la Grande Guerre, succède, venu d’on ne sait où, un moment d’émotion pure où Jean-Paul Farré, sur un ton presque confidentiel, une pièce à conviction au bout des doigts, revient sur le souvenir de ses deux grands pères.

« La pavé dans la Marne » est le spectacle ciselé d’un poète, une espièglerie empreinte de gravité qui n’en renvoie pas moins au devoir de mémoire.

Francis Dubois

Théâtre du Lucernaire
53 rue Notre Dame des Champs, 75006 PARIS
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : : 01 45 44 57 34

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)