Actualité musicale, chanson...

Jazz

Le présent du passé pour creuser l’avenir (1) Les fanfares de la Nouvelle Orléans

Les fanfares de la Nouvelle Orléans ont fait la démonstration que le jazz n’était pas né dans les bordels – contrairement à une idée répandue par la « bonne » société américaine – mais bien dans la rue. Musique fécondée ensuite par de grands compositeurs au premier rang desquels il faut compter Louis Armstrong.

Le terme « jazz » est conçu en relation avec les bordels, avec le sexe. S’explique ainsi le refus des musicien(ne)s de ce terme péjoratif. Ils préfèrent Musique Classique Noire…

Ces fanfares, comme le rappelle opportunément Jean Buzelin dans le livret qui accompagne ce coffret de 3 CD, « First & Second Line in New Orleans 1990-2005 », ont connu une nouvelle jeunesse grâce au succès des Neville Brothers mais aussi de ces « fanfares nouveau style » comme le « Dirty Dozen »(1). Une trilogie qui commence par « La tradition, hymnes, negro-spirituals, Blues », suivi une succession, « Du Dixieland au jazz swing »(2) pour se conclure, en guise d’épilogue, sur le « Soul, Funk et mardi gras ». Une manière de vivre au rythme des musiques que la Nouvelle Orléans permet d’entendre. De nouveau aujourd’hui paraît-il.

Il a fallu trouver un producteur capable de prendre le risque d’enregistrer ces Brass Bands modernes, composés de musicien(ne)s de plus en plus jeunes indiquant une vogue, une mode, une vague musicale qui s’abreuve de l’histoire et de la mémoire. Ce fut Gary J. Edwards et son label SONO. Frémeaux et associés a déjà publié son premier album dédié au « Treme Brass Band » qui marquait ce renouveau. La tradition peut continuer à vivre au rythme des pas du « First Line » - les musiciens – suivi par le « Second Line », les parents et les amis qui suivent le cortège, comme le raconte Boris Vian dans ces paradoxales paroles françaises de cette « scie », « When the Saints Go Marching in » réintitulé « Oh quand les saints » et chanté comme il se doit par Henri Salvador. D’après Philippe Baudoin, cité par Buzelin, un gospel composé et signé en 1896 ! Ce n’est pas la moindre surprise de ces enregistrements qu’il faut découvrir.

Une musique joyeuse, dansante, revigorante, vivante venant de ces quartiers qui ont conservé des pratiques qui ne datent pas d’hier – 200 ans dit Buzelin.

Une manière de sauter dans le présent en se servant du passé. Et, pourquoi pas, construire un autre avenir. Katerina est passé par-là. L’année 2005 a vu la destruction de beaucoup de quartiers. Mais les fanfares demeureront !

Nicolas Béniès.

« Treme Brass Band, I got a big fat woman », « Modern Brass Band, First & Second Line in New Orleans 1990-2005 », coffret de 3 CD, livret de Jean Buzelin, Frémeaux et associés .

(1)Les dirty dozen sont un affrontement verbal entre des représentants de deux quartiers – ou de blocks -, à base d’insultes. Le premier qui sort de ses gonds, passe de la violence verbale à la violence tout court, a perdu.
(2) Une succession problématique. Le dixieland, forme de jazz traditionnel dont les codes sont figés, survient au même moment que le Swing, soit la période marquée par les grands orchestres, Big Band de 13 à 15 musiciens. La durée n’est plus ce qu’elle était…

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • « L’affaire Moussorgsky »
    Lorsqu’il était enfant, Alain Pierre, fondateur du septet de jazz Les 5000 doigts du Docteur K et directeur musical de ce spectacle, avait dans sa chambre un tourne-disque et des disques. Il en... Lire la suite (25 septembre)
  • La longue mémoire...
    "Le soir, je délivrais des mots de ma mémoire Que j’avais embarqués sur un grand crayon gris ; Ils respiraient encore la fureur de l’histoire Et, sur mon papier blanc ils se sont assoupis..." Sous... Lire la suite (4 mars)
  • L’intégrale Serizier
    Si vous avez manqué en janvier 2018, cet hommage à Jacques Serizier, présenté alors chez nos amis du regretté Théâtre de la Vieille Grille, ou si vous souhaitez retrouver cette présentation... Lire la suite (17 janvier)
  • « Jeanne Plante est chafouin »
    Jeanne Plante écrit paroles et musiques de ses chansons et les chante. Elle est aussi comédienne et s’est illustrée en 2016 dans un spectacle pour enfants Farces et attrapes , qui tourne encore en... Lire la suite (Décembre 2018)
  • « Bohème, notre jeunesse »
    La version française de La Bohème de Puccini est très liée à l’Opéra Comique. En 1898, moins de deux ans après sa création en italien à Turin, elle y fut représentée dans une version française approuvée... Lire la suite (Juillet 2018)