Actualité musicale, chanson...

Rock

Le présent du passé pour creuser l’avenir (2) Histoire(s) musicale(s)

Le « punk rock » ? « Je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître » chantait déjà Aznavour, mais l’histoire et la mémoire dépassent les générations successives. Le patrimoine se doit d’être conservé. Pour le rendre vivant, chaque génération se doit de le revisiter, de le bousculer pour le reconnaître comme sien. Ce n’est pas un monument, un musée à visiter, mais un abreuvoir où il fait bon puiser, boire, se rafraîchir sans se laisser noyer.

Bruno Blum s’est lancé dans cette aventure avec le concours de Frémeaux et associés.

Il nous propose un coffret de trois CD, « Roots of the punk rock music, 1926-1962 », voulant jouer avec toutes les références. Une sorte de mise en abîme. Dans le livret, il rappelle ce que fut le punk rock. Apparu dans les années 1977, il exprimait la révolte de cette génération face à un monde absurde et incompréhensible qui avait oublié les grandes leçons des années 68-70. Cette jeunesse s’enflammait et critiquait. Le groupe emblématique, les « Sex Pistols », refusait toute virtuosité, prétendant que, spontanément, chacun(e) pouvait jouer d’un instrument. Les conséquences furent quelquefois catastrophiques. Peu importe. Il fallait changer. Démontrer au monde que la génération du temps ne voulait pas faire comme leurs prédécesseurs. Une manière de suivre leur chemin sans les imiter. Les « Sex Pistols » n’ont pas vieilli. Leur musique, même enregistrée – on sait que la révolte comme le swing peut être absent de la bande enregistrée plus encore avec le MP3 qui gomme beaucoup d’aspérité - reste empreinte de liberté révoltée et volontiers sarcastique, ironique et décapante.

Bruno Blum a voulu faire la démonstration que chaque jeunesse a fait preuve de la volonté de creuser ses propres canaux, ses propres voies. Pour ce faire, il a fallu connaître les œuvres des générations précédentes.

Des musiques à la fois datées et éternelles. Certaines vous feront encore danser, d’autres seront des « madeleines » - elles charrient tellement d’émotions, de souvenirs – d’autres encore seront des découvertes. Toutes sont issues de cette révolte nécessaire face à un monde, toujours différent et malgré tout semblable, qui ne sait que susciter exploitation, misère et inégalités. Un monde qui ne connaît que le succès financier où chacun(e) ne peut peser que son poids de monnaie…

Une visite des décennies 30, 40, 50 et un peu 60, dans ces années où on cassa l’Olympia tellement de fois que Vince Taylor – qui se fait écouter ici – ne pourra chanter et mourra isolé dans une chambre d’hôtel.

Cette mémoire musicale fait partie intégrante de notre histoire. Il faut la considérer comme telle. Sans résister au plaisir que ces enregistrements procurent…

Nicolas Béniès.

« The roots of the punk rock music, 1926-1962 » présentées par Bruno Blum, coffret de trois CD, Frémeaux et associés.

Autres articles de la rubrique Actualité musicale, chanson...

  • « L’affaire Moussorgsky »
    Lorsqu’il était enfant, Alain Pierre, fondateur du septet de jazz Les 5000 doigts du Docteur K et directeur musical de ce spectacle, avait dans sa chambre un tourne-disque et des disques. Il en... Lire la suite (25 septembre)
  • La longue mémoire...
    "Le soir, je délivrais des mots de ma mémoire Que j’avais embarqués sur un grand crayon gris ; Ils respiraient encore la fureur de l’histoire Et, sur mon papier blanc ils se sont assoupis..." Sous... Lire la suite (4 mars)
  • L’intégrale Serizier
    Si vous avez manqué en janvier 2018, cet hommage à Jacques Serizier, présenté alors chez nos amis du regretté Théâtre de la Vieille Grille, ou si vous souhaitez retrouver cette présentation... Lire la suite (17 janvier)
  • « Jeanne Plante est chafouin »
    Jeanne Plante écrit paroles et musiques de ses chansons et les chante. Elle est aussi comédienne et s’est illustrée en 2016 dans un spectacle pour enfants Farces et attrapes , qui tourne encore en... Lire la suite (Décembre 2018)
  • « Bohème, notre jeunesse »
    La version française de La Bohème de Puccini est très liée à l’Opéra Comique. En 1898, moins de deux ans après sa création en italien à Turin, elle y fut représentée dans une version française approuvée... Lire la suite (Juillet 2018)