Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de René Féret

"Le prochain film" Sortie en salles le 21 août 2013

A cinquante ans et au bout d’une longue carrière au cinéma, Louis Gravet n’a interprété que des rôles sérieux. Il aimerait devenir au moins une fois un acteur comique.

Son frère Pierre, qui est réalisateur, saisit la balle au bond et décide d’écrire une comédie où Louis pourrait enfin réaliser son vœu, se montrer sous un jour nouveau et révéler ses qualités d’acteur comique.

L’écriture du scénario est en route mais les circonstances familiales, les aléas du quotidien, les exigences des uns et des autres, l’arrivée inopinée d’une nièce capricieuse vont finir par avoir raison du projet.

Il n’y aura plus qu’à choisir de tourner un tout autre film, neuf et inattendu.

Électron libre du cinéma français, René Féret nous propose avec " Le prochain film " une comédie familiale savoureuse et drôle à la fois bricolée et aboutie, légère et solide, bénéficiant d’une grande marge de liberté.

Il n’y a sans doute pas loin de Pierre Gravet, le personnage du réalisateur dans l’histoire, à René Féret, le réalisateur du film. Pierre Gravet a une vision du cinéma très voisine de celle de René Féret et de ses pratiques de créateur.

Tout comme chez René Féret, le film que Pierre Gravet s’apprête à réaliser est une affaire de famille. Tout comme René Féret, Pierre Gravet navigue à vue et élabore son scénario sans structuration préalable.

René Féret est à l’aise dans son projet comme un poisson dans l’eau. L’histoire de son film, il la connaît bien puisque c’est la sienne et il s’est entouré de comédiens complices qui ont accepté non seulement de tourner dans son film, mais également de se prêter à un travail d’improvisation qui aura permis de définir la trame du scénario.

Si le film est parfois décousu, il est rattrapé par la bonne humeur ambiante, l’humour, la qualité de la photo, des lumières et des lieux, mais surtout par le jeu des comédiens dont on sent à chaque instant qu’ils sont investis dans le projet, qu’ils sont partie prenante de l’aventure. Leur plaisir est palpable et communicatif.

Le bonheur est ici, dans cette légèreté au service d’une œuvre particulièrement soignée.

René Féret a toutes les caractéristiques du potache farceur mais c’est un grand cinéaste qui sait prendre la drôlerie au sérieux.

Il faut courir voir ce film et faire vite, car il est bien possible que, malgré ses multiples qualités, il ne tienne pas longtemps l’affiche.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « La bonne réputation »
    Sofia appartient à la haute bourgeoisie locale. En ce début des années 80, elle mène une vie de luxe et d’oisiveté et ne se préoccupe que de futilités. Les échanges superficiels avec ses amies tout aussi... Lire la suite (15 octobre)
  • « L’angle mort »
    Bébé déjà, Dominick disparaissait mystérieusement de la vue de ses proches. Adulte, le pouvoir de se rendre invisible existe toujours mais il ne s’en sert pas beaucoup. Pire, il a fait de son pouvoir... Lire la suite (14 octobre)
  • « Warrior women »
    « Warrior women » dresse le portrait d’une grande dame des luttes indiennes-américaines, Madonna Thunder Hawk. Le film retrace sa vie de militante, de son éveil politique à la fin des années soixante... Lire la suite (13 octobre)
  • « Martin Eden »
    Martin Eden, un jeune marin voué à ne jamais quitter le milieu prolétaire qui est le sien va, grâce à sa nature curieuse et ambitieuse et au bénéfice de rencontres favorables, voir se dessiner une... Lire la suite (13 octobre)
  • « Mathias et Maxime »
    Mathias et Maxime sont deux amis d’enfance. Leurs rapports amicaux et limpides ne sont menacés d’aucun changement jusqu’au jour où, pour les besoin d’un court métrage amateur, on leur demande de jouer... Lire la suite (12 octobre)