Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de René Féret

"Le prochain film" Sortie en salles le 21 août 2013

A cinquante ans et au bout d’une longue carrière au cinéma, Louis Gravet n’a interprété que des rôles sérieux. Il aimerait devenir au moins une fois un acteur comique.

Son frère Pierre, qui est réalisateur, saisit la balle au bond et décide d’écrire une comédie où Louis pourrait enfin réaliser son vœu, se montrer sous un jour nouveau et révéler ses qualités d’acteur comique.

L’écriture du scénario est en route mais les circonstances familiales, les aléas du quotidien, les exigences des uns et des autres, l’arrivée inopinée d’une nièce capricieuse vont finir par avoir raison du projet.

Il n’y aura plus qu’à choisir de tourner un tout autre film, neuf et inattendu.

Électron libre du cinéma français, René Féret nous propose avec " Le prochain film " une comédie familiale savoureuse et drôle à la fois bricolée et aboutie, légère et solide, bénéficiant d’une grande marge de liberté.

Il n’y a sans doute pas loin de Pierre Gravet, le personnage du réalisateur dans l’histoire, à René Féret, le réalisateur du film. Pierre Gravet a une vision du cinéma très voisine de celle de René Féret et de ses pratiques de créateur.

Tout comme chez René Féret, le film que Pierre Gravet s’apprête à réaliser est une affaire de famille. Tout comme René Féret, Pierre Gravet navigue à vue et élabore son scénario sans structuration préalable.

René Féret est à l’aise dans son projet comme un poisson dans l’eau. L’histoire de son film, il la connaît bien puisque c’est la sienne et il s’est entouré de comédiens complices qui ont accepté non seulement de tourner dans son film, mais également de se prêter à un travail d’improvisation qui aura permis de définir la trame du scénario.

Si le film est parfois décousu, il est rattrapé par la bonne humeur ambiante, l’humour, la qualité de la photo, des lumières et des lieux, mais surtout par le jeu des comédiens dont on sent à chaque instant qu’ils sont investis dans le projet, qu’ils sont partie prenante de l’aventure. Leur plaisir est palpable et communicatif.

Le bonheur est ici, dans cette légèreté au service d’une œuvre particulièrement soignée.

René Féret a toutes les caractéristiques du potache farceur mais c’est un grand cinéaste qui sait prendre la drôlerie au sérieux.

Il faut courir voir ce film et faire vite, car il est bien possible que, malgré ses multiples qualités, il ne tienne pas longtemps l’affiche.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Les envoûtés »
    La directrice du magazine où Coline n’a jusque là écrit que sur des romans récemment parus lui propose de se charger de la rubrique « Le récit du mois ». Pour cela, elle doit rejoindre dans la maison au... Lire la suite (7 décembre)
  • « Un été à Changsha »
    Dans l’été caniculaire de Changsha, ville située au cœur de la Chine, l’inspecteur Bin enquête sur une drôle d’histoire, la disparition d’un jeune homme dont on a retrouvé le bras sur les bords de la... Lire la suite (3 décembre)
  • « Seules les bêtes »
    Un femme disparaît mystérieusement. Sa voiture est retrouvée abandonnée au bord de la route de montagnes qui conduit à quelques fermes isolées du Causse. Alors que la gendarmerie tente de retrouver... Lire la suite (2 décembre)
  • « It must be heaven »
    Elia Suleiman fuit la Palestine à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil avant de réaliser que son pays d’origine le suit comme une ombre. La France d’abord, lui offre le spectacle d’un Paris... Lire la suite (2 décembre)
  • « Made in Bangladesh »
    Shimu est une jeune ouvrière qui travaille dans une usine textile à Dacca au Bangladesh. Soumise comme toutes les autres ouvrières à un rythme de travail infernal, elle décide un jour avec quelques... Lire la suite (1er décembre)