Actualité théâtrale

au Théâtre Nanterre-Amandiers, jusqu’au 20 mai 2012

"Le professionnel" de Dusan Kovacevic, mise en scène Philippe Lanton

Après la chute du régime communiste en Yougoslavie, Teodor Kraj, un ancien dissident qui a connu un traitement lié à ses idées, est aujourd’hui installé dans un confort moral et professionnel sans ombre. Il a abandonné ses activités d’écrivain et de professeur d’Université pour devenir directeur d’édition.
Le téléphone de son bureau sonne sans arrêt et ses étagères croulent sous le poids des manuscrits que lui adressent de prétendus écrivains, qui, faute de réponse, n’hésitent pas à relancer l’éditeur.
Un jour qui aurait pu ressembler aux autres, sa secrétaire lui annonce la présence dans l’entrée, d’un homme particulièrement insistant qui, selon ses dires, lui ressemblerait.
Intrigué, Téodor accepte de le recevoir et dès les premiers propos échangés, découvre que l’étrange visiteur n’est pas le simple écrivaillon qu’il s’attendait à rencontrer, mais quelqu’un qui sait sur son compte, une multitude de choses.
Il découvre très vite que Luka Laban est un professionnel, un agent de service de l’ancien régime et que, pendant dix-huit ans, la mission de cet homme a consisté en une surveillance du moindre de ses faits et gestes.

Photo Luc Maréchaux (droits réservés)

Il a tout noté concernant ses activités et accumulé dans la valise qui l’accompagne, tous les objets qu’il a laissés derrière lui et qui, dans leur globalité, ont fini par constituer le portrait inattendu et précis d’un homme…
Avec cette visite, Teodor va découvrir que "le passé est toujours imprévisible".
"Le professionnel" est une histoire humaine, historique et politique. C’est la confrontation, entre dérision et jubilation, de deux systèmes, de deux conceptions du monde mettant face à face ou renvoyant dos à dos, communisme et capitalisme.
Le texte doux-amer joue sur la théâtralité du croisement de ces deux personnages, l’ancien salaud et le nouvel égoïste, et se déploie comme un piège machiavélique tissé d’autant d’oubli que de mémoire, de courage que de compromis et de lâcheté.
Bernard Bloch qui interprète le professionnel et Luc-Antoine Diquéro qui joue Teodor le font avec un plaisir malicieux, une presque imperceptible distanciation qui servent autant la cruauté que l’humanité de la pièce.
La mise en scène de Philippe Lanton est un travail minutieux d’artisan. Elle laisse le champ libre aux interprètes et repose sur un décor en "clin d’œil" constitué d’un bureau monumental, de lampadaires disproportionnés et d’un mirador en guise de secrétariat.
Un spectacle où le plaisir et la réflexion sont à égalité.
Francis Dubois

Théâtre Nanterre-Amandiers
7, avenue Pablo Picasso
92 022 Nanterre
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 46 14 70 00

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Une des dernières soirées de carnaval »
    Goldoni écrit cette pièce alors qu’il s’est décidé à quitter Venise, sa ville qu’il aime tant et qui l’a tant inspiré. Il est lassé de la guerre d’usure que mènent ceux qui, à la suite du Comte Gozzi,... Lire la suite (11 novembre)
  • « Une bête ordinaire »
    Elle a sept ans et demi, des seins comme des clémentines et l’impression qu’une bête sauvage lui crève le ventre. Elle a fait du garage à vélo de l’école sa cabane et y invite des petits garçons à toucher... Lire la suite (8 novembre)
  • « Le présent qui déborde »
    Après Ithaque , Christiane Jatahy continue à voyager dans l’Odyssée pour y trouver ce que ce poème vieux de 3000 ans nous dit du monde où nous vivons. Nous avions été peu convaincus par Ithaque où... Lire la suite (7 novembre)
  • « Tigrane »
    Tigrane disparaît un jour. On ne retrouve sur la plage que son skate et une bombe de peinture. Dans notre pays où l’école ne réussit pas à assurer une véritable égalité des chances, Tigrane semblait mal... Lire la suite (6 novembre)
  • « Place »
    De Place , couronnée par le prix du jury et le prix des lycéens au festival Impatience 2018, Tamara Al Saadi, son auteur dit : « la pièce est née de la nécessité de parler de ce sentiment qu’éprouvent... Lire la suite (6 novembre)